Le 17 juin Pierre Mendès France parlera aux Français…

Cultiver en permanence le lien indéfectible entre le politique et l'électeur(trice). Pierre Mendès France avait une haute idée du citoyen sans lequel l'action politique et la défense de l'intérêt général seraient désincarnées. Le 17 juin, PMF parlera de nouveau aux Français.

Pierre Mendès France a toujours eu le souci de tisser, d’abord, et de maintenir, ensuite, le lien créé par l’homme politique et l’électeur. S’il était un fervent défenseur du scrutin d’arrondissement, comme on disait alors, c’est bien parce que ce système oblige l’élu à demeurer en contact permanent avec la base qui l’a choisi et aussi parce que le scrutin proportionnel fait une part trop belle aux partis c’est-à-dire aux appareils politiques et leurs apparatchiks. Jamais Pierre Mendès France n’a été inféodé à une ligne qui l’aurait mis en contradiction avec ses convictions.

Lorsqu’il devient Président du conseil en 1954, placé là par une majorité parlementaire pour régler le problème indochinois qu’il est le seul à pouvoir surmonter, Pierre Mendès France inaugure ce qui, pour l’époque, sera original et novateur : « Les causeries du samedi » à la radio. La télévision ne deviendra en effet média de masse que dans les années soixante. Il précise qu’un responsable de gouvernement se doit de justifier et d’expliquer sa politique puisqu’au fond, s’il est là où il est, c’est par la grâce du suffrage universel et qu’il a des comptes à rendre.

C’est peu dire que certains parlementaires ont mal vécu ce souci de démocratie participative avant l’heure. Ils furent un certain nombre à déplorer que le chef du gouvernement passe en quelque sorte, au-dessus des assemblées pour assumer ses choix, les commenter et évoquer les projets en cours. Dans l’esprit de Pierre Mendès France, il n’y avait aucunement la volonté de dessaisir le Parlement de ses prérogatives. Son but était simple : intéresser les Français(e)s à la vie publique, leur expliquer avec pédagogie les différentes politiques conduites dans tous les domaines de l’action : l’économie, la science, les relations internationales, les institutions, la culture, sans oublier le progrès social au cœur de la politique mendésiste. Le mot progrès est un mot que PMF utilisait souvent. Il alliait progrès technique et scientifique, progrès démocratique, le tout au service de l’intérêt général.

Le 17 juin prochain, l’Institut Pierre Mendès France, en collaboration avec la Fondation Jean Jaurès, l’INA et les Archives nationales, organise une journée consacrée à « Mendès France parle aux Français. » Toutes les personnes intéressées par la vie politique et plus particulièrement par l’action de l’ancien maire de Louviers ont la possibilité de s’inscrire à cette journée. Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale, à la demande de Bruno Questel, député de Louviers, a accepté de mettre à disposition de l’Institut Mendès France la salle Victor Hugo qui peut accueillir plusieurs dizaines de personnes.

Je publie le programme de cette journée. On remarquera que l’action locale de Pierre Mendès France n’est pas négligée. Des intervenant(e)s de qualité aborderont les principaux chapitres d’une courte histoire que la mémoire nationale ne cesse de cultiver.

Pierre Mendès France à la mairie de Louviers © DR Pierre Mendès France à la mairie de Louviers © DR

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.