jeancharleshouel201
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2015

jeancharleshouel201
Abonné·e de Mediapart

Le monde change, pas les partis politiques, ils en mourront peut-être

jeancharleshouel201
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

75 000 adhérents du Parti socialiste ont participé au vote sur les quatre motions proposées par les divers « courants » pour préparer le congrès de Poitiers. C’est peu. Alors les commentateurs y vont de leurs articles et de leurs analyses pour expliquer pourquoi, en 2015, au PS, à l’UMP, chez les écologistes, au Front de gauche,  au nouveau parti anticapitaliste l’hémorragie des militants fait pleurer les cadres et les élus. Il n’y a guère qu’au Front national que les cartes rentrent mais cela ne va pas durer. Le Front est devenu le parti ramasse-tout. Jusqu’à la prochaine fois. La grande gagnante demeure l’abstention, le désintérêt, l’indifférence…

Dans l’Eure, la motion présentée par Jean-Christophe Cambadélis et Martine Aubry a recueilli 70 % des suffrages. C’est qu’on est légitimiste dans ce département. Martine Aubry a expliqué que son ralliement à la motion du premier secrétaire sortant (et non à celle des frondeurs) signifiait sa volonté de voir le quinquennat de François Hollande être utile aux Français et surtout aux plus modestes. Je ne sais si Martine Aubry est totalement sincère. Le fait est que ce choix a certainement influencé nombre de militants en faveur d’une majorité éclectique.

Reste la question de l’adhésion à un parti. Pourquoi rejoindre les rangs de tel ou tel parti de droite ou de gauche par les temps qui courent ? Lors du congrès de l’UMP prochain, 100 000 adhérents devraient voter sur 200 000 inscrits sans qu’on puisse vérifier quoi que ce soit. Maigre consolation. Parmi toutes les raisons qui expliquent le recul de l’action militante (faible crédit des politiques, trop de luttes pour le pouvoir, inefficacité des programmes et des projets, professionnalisation des mandats, absence de renouvellement des têtes, individualisme forcené…). Il est évident aussi que l’organisation des primaires citoyennes a vidé l’engagement militant d’une partie de son sens puisque ce sont les citoyens (et c’est très bien) qui désignent le champion appelé à les représenter lors de la campagne présidentielle. Il est une autre raison que personne ne cite et qui me semble pourtant essentielle dans la désaffection des Français à l’égard des partis.

Il s’agit des affaires judiciaires et financières. A droite ou à gauche et même au Front national, les mises en examen se succèdent à un rythme soutenu. D’éminentes personnalités et élus sont rattrapées par des déclarations de patrimoine inexactes, des comptes à l’étranger non déclarés, des actes ou des tentatives de corruption, des financements de campagne malhonnêtes avec des fausses factures, des dépenses d’argent public excessives, des emplois publics captés par des clans ou des familles, des emplois fictifs en-veux-tu-en-voilà, sans oublier les incartades personnelles de tel ou tel candidat à la présidence ou président lui-même. Les Français(e)s sont souvent écœuré(e)s par ces comportements peu vertueux. Ils en arrivent à être dégoûtés de la politique et de ceux qui la servent. Même s’ils ont tort puisque la majorité des élus sont d’honnêtes gens, les citoyens ont bien du mal à croire dans le désintéressement personnel et le service de l’intérêt général.

Comme le dit bien une élue communiste « les gens ont du mal à aller voter. Alors adhérer à un parti, vous imaginez…» Le problème avec les partis c’est qu’ils sont des chapelles et que le contenant est souvent plus important que le contenu. La lutte pour les places y est farouche, les egos tenant souvent lieu de programmes, le népotisme règne en maître quand il faudrait privilégier l’engagement, la compétence, l’efficacité. Et surtout les valeurs et les principes. Fait-on de la politique pour soi-même ou pour les autres ou les deux ce qui, somme toute, est légitime ? Le parti à la papa c’est fini. Avec les réseaux sociaux, chacun peut intervenir dans le débat et apporter sa pierre. Il s’agit d’un changement fondamental que les responsables des partis n’ont pas encore intégré. Il suffit de se rendre sur leur site pour déplorer les retards à l’allumage et les renseignements obsolètes. Le monde change, pas les partis. Ils en mourront peut-être.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André