Le duel Hamon-Valls ce soir à la télé : ça va saigner !

A la télévision ce soir, Benoît Hamon et Manuel Valls s'affrontent à la veille du second tour de la primaire citoyenne. Ils vont démontrer pourquoi les deux gauches qu'ils incarnent sont irréconciliables.

 

Le face à face de ce soir à la télévision est prometteur. D’un côté Manuel Valls, ex-Premier ministre de François Hollande, l’homme du 49-3, de la laïcité intégriste et de la déchéance de la nationalité, de l’autre Benoît Hamon, ancien ministre devenu frondeur après que le gouvernement a mis en place sa politique de l’offre faisant la part belle aux entreprises sans aucunes contreparties. Lui, il est l’homme du revenu universel, du rêve comme disent ses détracteurs qui répandent la rumeur déjà tentée avec Ali-Juppé : Hamon est l’ami des Frères musulmans ! Diantre. Entre camarades, on n’y va pas de main morte comme entre deux gauches irréconciliables.

 

Un match en trompe l'œil

Sur le papier, le match semble équilibré. C’est pourtant un trompe l’œil car la dynamique est incontestablement du côté de Benoît Hamon. Il est sorti en tête au premier tour, bénéficie de cinq points d’avance, il a reçu les renforts d’Arnaud Montebourg et de Martine Aubry. Si ce dernier a gagné face à ses six concurrents c’est aussi et surtout parce qu’il représente une forme de nouveauté, place dans ses priorités la justice sociale et met en avant des mesures favorables aux jeunes de notre pays. Rares sont ceux qui leur parlent les yeux dans les yeux sans mentir sur les difficultés qui attendent le prochain président, quel qu’il soit.

 

L

Benoît Hamon en visite à Val-de-Reuil (Eure) © jean-charles houel Benoît Hamon en visite à Val-de-Reuil (Eure) © jean-charles houel
es Français veulent renverser la table

Manuel Valls met en avant la crédibilité de son projet, s’appuie sur son expérience au plus haut niveau, assure qu’il est le seul présidentiable digne de ce nom à gauche. Après une campagne hésitante, il a décidé de frapper dur et fort sur son camarade-adversaire qui ne serait qu’un marchand d’illusions. Il va loin dans sa charge puisqu’il refuse, cette semaine, et contrairement à la lettre et l’esprit de la charte des candidats à la primaire citoyenne, de s’engager à soutenir Benoît Hamon si celui-ci gagne la finale. Un refus de perdant potentiel sans aucun doute. D’autant que les Français ont mis à terre Sarkozy, Juppé, Hollande, Duflot, des sortants sortis sans ménagement. Valls pourrait bien connaître le même sort funeste.

Après cinq ans de hollandisme, les Français veulent renverser la table. Ils ont assez des demi-mesures et des hésitations ainsi que des faux pas. Pourquoi n’essaieraient-ils pas un homme tourné vers l’avenir : revenu universel, taxe robot, révolution écologique… et qui a fait de la question sociale sa priorité. La vie quotidienne des Français, leur emploi, leur pouvoir d’achat, leur santé, l’éducation de leurs enfants, cela vaut tous les coups de menton sur la sécurité (indispensable) la lutte contre le terrorisme (nécessaire)…Deux gauches, deux visions du monde. A suivre ce soir sur France 2 et TF1.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.