« Même l'émir ne prie pas ». Les aveux d'un membre de Boko Haram

Le texte que je publie ci-dessous est paru dans Aïr-Info à Agadez au Niger. Un ami de Timia, village jumelée avec Louviers, me l'a fait parvenir :


« Il s’appelle Awalé. Il a une trentaine d’années et est natif de Diffa. Il a été pris par les forces de sécurité nigérianes à Maïduguri après la récente intrusion des éléments de Boko Haram dans cette ville. Lors de l’interrogatoire qu’il a subi, le terroriste Awalé a tout dit. Il a révélé le vrai visage de Boko Haram, secte à laquelle il a fait allégeance depuis plusieurs années. Il a parlé des exactions horribles qu’ils commettent sur des populations au nom de Boko Haram. Il a parlé du sort réservé aux femmes qu’ils kidnappent. Il a parlé des soutiens dont leur secte terroriste bénéficie à Maïduguri. Il a parlé de ce qu’il gagne après avoir tué et ou pillé des banques et des magasins…etc 


Aïr Info s’est procuré une copie de ce document pour révéler à la face du monde comment des jeunes, drogués, endoctrinés par des gourous illuminés tuent, volent et violent au nom d’un faux idéal qui permet seulement à un groupe d’intérêts de gagner de l’argent. Awalé, un de leurs exécutants, dit tout et en termes insoutenables. Décryptage.

 

Quand vous tuez des gens, et volez leur argent, est-ce que vous êtes payés pour ça et combien ?

Quand nous tuons des gens ou braquons des banques, nous remettons tout à notre chef. C’est en fonction de ce qu’on a rassemblé que nous sommes payés. Si c’est par exemple plusieurs millions de nairas, il peut décider de nous remettre chacun une prime qui peut aller des fois à 100.000 nairas.

Où-est-ce que tu caches cet argent, toi ?

Des fois, j’envoie une partie à mes frères qui sont restés à Diffa.

Comment tu leur envoies cet argent alors ?

Je pars à Gomborou et je remets l’argent à un ami chauffeur répondant au nom de Amouna, qui remet ça en mains propres à ma famille.

Et le reste de l’argent ? Qu’est-ce que tu fais avec ? Tu fais un trou pour le cacher ou tu le déposes en banque ? Dis-nous la vérité !

Je n’envoie pas tout à la maison. Je pars déposer le reste à la banque.

Combien as-tu actuellement en banque ?

Cela fait à peu près deux à trois mois que je n’ai pas été à la Banque. Mais je sais que j’ai environ un million et demi de nairas sur mon compte à la Banque Interprice.

Où est ton carnet de chèques ? Peux-tu nous confirmer que ce compte est à ton nom ? On va vérifier si ce que tu dis est vrai !

Oui, je vous confirme que j’ai un compte à Interprice. Mais je n’ai plus de chéquier. Il me faut en commander un autre.

Alors dis-nous maintenant ce que tu comptes faire avec tout cet argent ?

Je compte me marier à Diffa. Une fois le mariage scellé, je vais amener la femme au village de N’Gala.

Est-ce que la fille que tu veux épouser sait que tu es membre de Boko Haram ?

Non, elle ne le sait pas ! Elle est de la famille de ma mère. C’est un mariage de famille. C’est ma mère qui l’a choisie pour moi.

Depuis que tu es avec Boko Haram, est-ce que tu t’es marié ? Et puis dis-nous ce que vous faites des femmes que vous kidnappez ?

Oui, on kidnappe des filles pour les amener chez nous. Une fois avec nous, elles sont totalement mises à notre disposition.

Est-ce que vous les épousez quand elles sont avec vous ?

Non, tout le monde passe quand il veut. Nous les violons à tour de rôle.

Et vous vous dites musulmans avec ça ?

Non, nous ne prions même pas ! Pas du tout ! Même notre Emir ( Ndlr : Aboubacar Shekau) ne prie pas. Je peux le témoigner car je suis avec lui de temps en temps.

Ah bon ? Votre Emir ne prie même pas ! Et c’est pourquoi il vous demande d’aller égorger des musulmans dans les mosquées, de tuer des gens qui n’ont rien fait ! Mais pourquoi toi tu continues de faire ce qu’il te dit de faire ?

Moi, on m’a forcé à être dans Boko Haram. On m’a remis une arme pour aller tuer.

Mais pourquoi, tu n’as pas utilisé cette arme pour tuer ceux qui te poussent à faire ce que tu fais sachant pertinemment que ce qu’on te demande de faire n’est pas bien ? Qu’est-ce qu’ils t’ont fait pour ne pas agir contre eux ?

Vraiment, je ne sais. On m’a donné une sorte de boisson pendant trois mois. Rien que cette boisson pendant trois mois, sans vraiment manger. Regarde comment j’ai maigri après ce que j’ai enduré pendant ce temps.

Après ça, qu’est-ce qu’ils t’ont demandé comme première mission ?

Ils m’ont demandé de tuer trois personnes sur place et après boire leur sang. Mais quand j’ai refusé, ils m’ont demandé de laver mon visage avec leur sang et c’est ce que j’ai fait car, disaient-ils, cela « sèchera » mes yeux pour ne plus avoir peur de tuer par la suite.

Est-ce que tu as une fois eu envie de quitter Boko Haram ?

Franchement, non ! Les quitter ? Non, je ne pensais même pas à ça au début ! Parce que si je dis que je vais les quitter, ils vont me tuer ! Mais j’ai réfléchi avec mon mariage qui approchait et hier nuit, j’ai fui. C’est en ce moment-là que vous m’avez pris.

Quand on t’avait arrêté, tu portais plusieurs bagues aux doigts, à quoi elles servent ?

C’est pour remettre ça à ma mère qui est à Diffa. Elle aime les bagues.

Ok ! Tu es sûr que c’est pas pour perdre les traces en te comportant comme un « Nigga » (Ndlr : jeune habillé dans le style hip hop américain) ?

Non, c’est pour offrir ces bagues à ma mère !

Dis-nous maintenant : qui sont vos soutiens ici à Maiduguri ? Quelqu’un qui vous aide en vous fournissant du matériel, de l’argent ou n’importe quoi ? Attention, dis-nous la vérité, rien que la vérité !

Là où on se trouve à Guebi, ils sont trois à nous rendre visite et à nous aider. Il y a Emir Mohamed Ibrahim, nous l’appelons aussi «Alanguro» (Ndlr : chef en langue kanuri) et deux autres que nous appelons «Alanguro assistant». Ils sont tous de Maiduguri et logent au quartier Diaré. Je sais que l’un d’entre eux travaille à la Banque. »

Propos recueillis par DIALLO Ibrahim Manzo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.