Le rassemblement national ne rassemble pas, il divise car il ment

Prise en flagrant délit de mensonge, Marine Le Pen n'a pas présenté d'excuses. Jamais les réfugiés n'ont touché d'indemnités supérieures aux allocations vieillesse, loin de là. Elle le savait pourtant.

Ne croyez pas qu’il s’agit chez moi d’une obsession. Mais le Rassemblement national qui n’a de rassemblement que le nom puisqu’il exclut et maudit tous ceux qui ne pensent comme la chef, Marine Le Pen, ne prend pas beaucoup de gants avec la vérité des faits. Imitant Donald Trump dont le New York times recense plus de 10 mensonges par jour, la fille de son père, célébrissime débatteur bateleur, Marine Le Pen donc, ne s’embarrasse pas. Elle vient ainsi de décréter que « les réfugiés arrivés en France touchaient plus d’argent que certains retraités nationaux. »

Ce blog ne peut pas devenir un décodeur ou un chasseur de fausses nouvelles. Il y a des journaux d’information pour cela. Tout de même, quand on aspire aux plus hautes fonctions, à moins d’être une démagogue patentée, on prête attention aux formules qu’on emploie surtout quand elles sont écrites et lues et donc disponibles aux corrections ou vérifications.

Sans entrer dans les détails, sachez que cette affirmation de Marine Le Pen est fausse. Grossièrement fausse. Un réfugié peut, je dis bien peut, toucher jusqu’à 400 euros mensuels et quelques…pour se loger, pour s’habiller, pour se nourrir. Un retraité désavantagé par le sort ou l’histoire touche le double de cette somme, fruit de la solidarité nationale. Que certains, gilets jaunes ou non, souhaitent le relèvement de ces minima sociaux est bien compréhensible. Comment vivre, ou survivre plutôt avec des sommes aussi modestes. Mais il s’agit là d’un autre débat. Il dépasse le cadre strict de notre propos qui vise à dénoncer les contre-vérités d’une responsable d’un parti dont on dit qu’il pourrait recueillir 20 % des suffrages lors des prochaines élections européennes. Qui vole un œuf vole un bœuf. Qui ment une fois mentira toujours.

C’est d’autant plus étonnant que Marine Le Pen doit bien se douter que tous ses discours et affirmations seront passés au crible des observateurs et des journalistes dont le métier consiste (aussi) à vérifier les réalités factuelles. Comme Trump, Marine Le Pen pense que ses électeurs — sa base comme on dit — doivent entendre ce qu’ils veulent entendre au prix du mensonge et de la contre-vérité. Il est vrai que cette base demeure imperméable à toute critique ou toute remise en cause de la ligne fixée en haut. Ainsi, ils resteront plus longtemps en bas.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.