A Louviers, l'impôt était redistribué en services publics «gratuits»

La valeur argent ne peut pas être le seul objectif de vie. Pour que les vraies idées de gauche progressent, les partis qui affirment la représenter doivent revoir leur logiciel du progrès humain.

Une auditrice attentive de l’émission de France Culture « la Fabrique de l’histoire » (du 17 janvier dernier) consacrée au Comité d’action de gauche de Louviers m’a fait part de son regret. Aucun mot, me reproche-t-elle, n’a été consacré aux gilets jaunes qui, selon elle, utilisent aussi les outils de la démocratie participative. Je me dois d’indiquer que lors de l’enregistrement de l’émission, je n’ai pas omis d’insister sur le besoin de reconnaissance témoigné sur les ronds points et d’une recherche de dignité face à l’arrogance de certains de nos gouvernants.

La journaliste de France Culture, responsable des choix éditoriaux, n’a pas souhaité retenir mon propos mais je ne saurais le lui reprocher. Cette « Fabrique de l’histoire » en restaurant la crédibilité d’une aventure partagée pendant près de vingt ans dans la ville de Louviers a montré que la démocratie participative était avant tout une entreprise collective au service d’objectifs communs. Elle a aussi rappelé que cette démocratie de base ne peut qu’exister — dans le système actuel — qu’avec le soutien d’élus éclairés et courageux.

Le mouvement des gilets jaunes a pris naissance contre la taxe carbone et finalement contre le consentement à l’impôt. Il est vrai que l’optimisation fiscale et la fraude fiscale — celles des riches le plus souvent — créent une injustice révoltante. Pour autant, à Louviers, ce consentement à l’impôt était justifié par la redistribution directe aux citoyens-contribuables sous la forme de services publics « gratuits ». Les Lovériens, les plus jeunes notamment, avaient un accès libre aux équipements sportifs, culturels, éducatifs, de mobilité, les dépenses de fonctionnement étant assurées par les quatre taxes (foncier bâti, non bâti, taxe professionnelle et taxe d’habitation). Ces quatre taxes visant à imposer plus lourdement les propriétaires et les plus riches. Le Dr Martin, alors maire, déclarait « que les citoyens ne rechignent pas pour payer l’eau ou le service des eaux usées alors que la culture, par exemple, devrait être une simple option. »En mutualisant les dépenses, c’était une façon de redistribuer les richesses.

Je reconnais qu’il existait d’importantes réticences des forces politiques situées à droite mais même au parti socialiste il s’est trouvé des hommes et des femmes pour coller des affiches sur les murs de Louviers disant : « la gratuité ça coûte cher ! » Voilà pourquoi aucun accord ne fut possible avec les partis de gauche traditionnels lors des élections de 1977 qui virent le CAG (Comité d’action de gauche) emporter les 27 sièges à pourvoir. Pourquoi la droite est-elle revenue au pouvoir à Louviers en 1983 ? Parce que les campagnes électorales fondées sur la « gabegie » « les impôts trop élevés » trouvent toujours des électeurs pour protester contre l’impôt et ce qu’ils appellent « le gaspillage » Tant que la valeur argent demeurera un objectif de vie (au-delà du nécessaire s’entend) le combat des idées vraiment de gauche aura bien du mal à progresser.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.