Attentat à l'assemblée: la Démocratie poignardée par des députés radicalisés!?

Les lois sur les "fake news" et sur le secret des affaires étendent encore la manipulation possible de la vérité. Les citoyens n'auraient plus la "capacité de discernement" du vrai du faux selon la ministre F.Nyssen. Les députés crachent donc sur leurs électeurs en votant la première loi, et s'agenouillent devant les lobbys en votant la seconde. La démocratie est morte, vive la lobbycratie!

Qu'a dit la ministre de la culture, Mme Nylsen, le 22 mai 2018, lors de son audition à la commission des affaires culturelles de l'assemblée nationale? : Qu'il ne faut "pas céder à la démagogie en renvoyant à la seule capacité du discernement des citoyens"...Penser que le citoyens ont capacité à discernement serait donc de la démagogie...Il est assez affligeant d'entendre de telles paroles de la bouche d'élus par...les citoyens. A se demander si ils ne voteront pas également, un jour, une loi pour que les élections se fassent sans le vote des...électeurs, puisque ceux-ci manqueraient de discernement, pour mettre en place ceux qu'ils veulent, là où ils veulent!

 Il faudrait alors légiférer pour retirer de tout support, et notamment le web, les "fausses" informations auxquelles ils pourraient croire en périodes électorales et référendaires, et ce dès la publication du décret de convocation des électeurs…

Étonnamment, personne n'a pensé, parallèlement,  à une loi interdisant les sondages durant ces mêmes périodes d'élections ou référendum, sondages qui pourraient influencer non pas ceux qui s'intéressent à la politique et la suive, mais tout ceux qui n'ont pas ou plus d'intérêt pour elle (par dégout suites aux affaires, aux engagements non tenus...) et qui vont voter par devoir, sur les seuls critères restant: l'image d'un candidat et sa popularité dans les sondages. Et vu le nombre d'indécis aux élections, cela pourrait changer la donne.

Personne n'a non plus pensé à une loi rendant le vote obligatoire, pour pousser nos concitoyens à essayer de s'intéresser à ceux qui les gouvernent, pour leurs idées.

Personne n'a pensé non plus à une loi pour la prise en compte des votes blancs dans les résultats pour faire relativiser les candidats à leur "victoire".

Non seulement rien n'a été fait pour remettre le citoyen au centre du débat...mais la seconde loi veut donner aujourd'hui plus de force aux lobbys (Cela explique peut-être en partie la réussite éclair de certains).

Car si les lobbys articulent ce monde depuis bien longtemps par leurs pouvoirs et leurs manœuvres, voilà que maintenant cette loi sur le secret des affaires vient les y aider un peu plus, en venant les protéger de tout ce qui pourrait les gêner encore. Cela n'était certainement pas indispensable au vu des décisions déjà étonnamment, voire scandaleusement, favorables à ces lobbys dans certaines affaires. Avec cette deuxième loi, que va t-il devenir de toutes les enquêtes sur les affaires de valeureux journalistes, aidés par de courageux lanceurs d'alertes? La plupart seront enterrées, et la désinformation l'emportera toujours plus...pour cacher la vérité.

Car pour nos dirigeants, seul compte aujourd'hui leur Europe capitaliste (ainsi que leurs statuts), dans laquelle le peuple n'est plus qu'un outil encore trop cher. Les nouveaux députés de la majorité qui auraient du amener une politique novatrice ne font pourtant que montrer leur appartenance au vieux monde, sans mesurer réellement la portée des lois déposées, tous persuadés par leurs chefs du bien fondé de celles-ci: c'est un cauchemar pour la démocratie. Quand certains pensent détenir la vérité au point de voter des lois pour la cacher, on ne peut que constater la société dans laquelle nous sommes déjà.

Heureusement qu'un nombre certain de personnalités, journalistes, intellectuels et citoyens ont manifesté leur opposition, et il faut espérer que les citoyens finissent par comprendre ce qui se passe, même s'il est difficile pour beaucoup de tout suivre lorsqu'on a une vie sociale et familiale. D'ailleurs nombreux sont ceux qui comprennent aujourd'hui l'erreur qu'ils ont commises en déposant leur bulletin.

En votant ces lois en marche forcée, ces députés radicalisés prétendent vouloir protéger la démocratie, la réalité est bien qu'ils la poignardent dans le dos, en voulant contenir toutes les vérités dérangeantes. Oui, la radicalisation à de multiples facettes, car des lois peuvent être aussi une forme de violence lorsqu'elles privent de justice, et nous pouvons le constater grâce à eux.

PS : Pour ceux à qui le titre pourrait choquer, il n’est pas pire que lorsque G.Collomb déclare (à BFM le 26/05/2018) les manifestants complices des casseurs dans les manifestations car ils ne les empêcheraient pas…mettant même en question pour le coup le droit même de manifester…Tout va bien…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.