Jeanne Llabres
Journaliste et militante Front de Gauche. Féministe. Sociologie, Vulgarisation scientifique.
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 août 2013

Révolte dans un camp de concentration pour migrants en Grèce

Jeanne Llabres
Journaliste et militante Front de Gauche. Féministe. Sociologie, Vulgarisation scientifique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Si c'est un homme de Primo Levi

Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis,
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meurt pour un oui ou pour un non.
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces mots dans votre cœur,
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant ;
Répétez-les à vos enfants,
Ou que votre maison s'écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous.

Plus de répression en réponse au soulèvement du camp d’Amygdaleza en Grèce

https://www.okeanews.fr/20130813-plus-de-repression-en-reponse-au-soulevement-du-camp-damygdaleza-en-grec

Depuis dimanche, les « invi­tés » (nom très cyniques donné aux détenus...) sont inter­dits de préau. Ainsi, cela fait déjà 48 heures qu’ils sont enfer­més dans les contai­ners, ris­quant d’être affec­tés de coups de cha­leur. Dans la majo­rité des contai­ners l’électricité est cou­pée, la cli­ma­ti­sa­tion ne fonc­tionne pas et cer­tains sont même pri­vés d’eau, tan­dis que l’atmosphère devient encore plus irres­pi­rable à cause des gaz lacrymogènes.

Lors de l’inspection qu’elle a menée hier, la méde­cin res­pon­sable du Centre, Mme Elpida Efthymiatou a constaté que plu­sieurs des « invi­tés » ont des contu­sions dues aux coups por­tés par les forces de main­tien de l’ordre (MAT) qui semblent s’être achar­nés sur chaque détenu qu’elles trou­vaient devant elles. Certaines infor­ma­tions non véri­fiées font même état de coups de feu, durant l’intervention. Selon la police, dix offi­ciers auraient été bles­sés à coups de pierre durant le soulèvement.

Les troubles ont commencé lorsque les détenus ont été informés que la durée maximale de rétention dans le camp serait porté à 18 mois, contre un an auparavant. Selon des migrants, une cou­pure d’électricité ren­dant inopé­rant la cli­ma­ti­sa­tion (en plein mois d’août) dans 2 conte­neurs dans lesquels ils sont détenus aurait duré 3 jours et ils auraient alors refusé de ren­trer dans les « fours sombres », ce qui aurait pro­vo­qué la colère des gar­diens, qui auraient insulté et frappé les déte­nus, criant « Cela ne nous fait rien si vous mour­rez ». Il y aurait un ou deux morts et des bles­sés graves, selon les détenus.

Athènes (AFP), 11 août 2013

La police grecque a lancé une chasse à l’homme à Athènes pour retrouver des migrants qui se sont évadés au cours d’une émeute samedi dans un camp de rétention qui avait fait 10 blessés dans les rangs de la police, ont indiqué dimanche les autorités. Huit Pakistanais et deux Afghans manquaient toujours à l’appel dimanche, tandis que 14 autres migrants en provenance du Pakistan, de l’Afghanistan et du Bangladesh ont été capturés, a indiqué la police. L’émeute a éclaté samedi soir dans le camp d’Amygdaleza près d’Athènes, le principal centre de rétention de migrants de Grèce où quelque 1.200 migrants, principalement asiatiques, sont retenus sous surveillance policière.

Au total, 41 migrants en provenance du Pakistan, l’Afghanistan, le Bangladesh et le Maroc ont été identifiés comme ayant participé à l’émeute.Ils seront poursuivis pour tentative d’évasion, destruction de biens et coups et blessures graves. (!!!)

Le camp d'Amygdaleza près d'Athènes

Le camp d’Amygdaleza est l’un des centres de rétention de migrants sans papiers mis en place en Grèce depuis 2012 "pour faciliter le rapatriement des migrants illégaux." Les organisations de défense des droits de l’homme accusent la police de commettre des abus à l’encontre des migrants dans les camps et affirment que ces derniers sont privés de soins médicaux. La semaine dernière, une organisation de gauche de défense des droits de l’homme, KEERFA, a affirmé que des détenus musulmans avaient été battus par leurs gardiens pendant la prière.

En juillet, KEERFA avait fait état de la mort d’un Afghan souffrant d’une infection pulmonaire qui aurait été ignorée pendant des mois par des gardien

Les « invités » d’Amygdaleza sont privés de sortie et comptent déjà 48 heures enfermés dans leurs containers, courant le risque d’être affectés de coups de chaleur. La majorité des containers ont l’électricité coupée et la climatisation ne fonctionne pas. Certains sont même privés d’eau courante. La Grèce continue de se moquer éperdument des droits de l'homme.

© 

       "On nomme camp de concentration un lieu fermé de grande taille créé pour regrouper et pour détenir une population considérée comme ennemie, généralement dans de très mauvaises conditions. Cette population peut se composer des opposants politiques, des résidents d'un pays ennemi, de groupes ethniques ou religieux spécifiques, des civils d'une zone critique de combats, ou d'autres groupes humains, souvent pendant une guerre. Les personnes sont détenues en raison de critères généraux, sans procédure juridique, et non en vertu d'un jugement individuel"

© 

Vidéo : Le camp après la mutinerie 

http://www.rts.ch/video/info/journal-continu/5125837-le-camp-d-amygdaleza-apres-la-mutinerie.html

     Manifestation des migrants

© 

   Grèce : Révolte des détenus du camp de concentration d'Amygdaleza :

   https://www.okeanews.fr/20130811-grece-revolte-des-detenus-  du-camp-de-concentration-damygdaleza

   Sur le même sujet : http://berthoalain.com/2013/08/12/migrants-revolte-du-camp-de-retention-de-%CE%B1%CE%BC%CF%85%CE%B3%CE%B4%CE%B1%CE%BB%CE%AD%CE%B6%CE%B1-amygdaleza-11-aout-2013/

Toutes les  photos du camp et de la révolte des migrants ici :

https://www.google.fr/search?q=amygdaleza&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=SisLUoakAo_z0gW_3YDoAw&sqi=2&ved=0CDoQsAQ&biw=1024&bih=557

      Le maire d’une commune du camp d’Amygdaleza dénonce   le «business juteux» des camps de détention

      https://www.okeanews.fr/20130812-le-maire-dune-commune-du-camp-damygdaleza-denonce-le-business-juteux-des-camps-de-detention

       La Grèce bafoue le droit des migrants avec l'accord de l'Europe :

       http://www.blogapares.com/la-grece-bafoue-les-droits-des-migrants-avec-laccord-de-leurope/

       Des armes pour contenir les migrants :

http://www.presseurop.eu/fr/content/article/37149-des-armes-.30.pour-contenir-les-migrants

Solidarité avec les manifestants du camp d'Amygdaleza !

                        http://www.demotix.com/news/1834014/solidarity-protest-amygdaleza-detention-centre-athens#media-1833938


L'enfer pour les détenus en Grèce...

https://www.okeanews.fr/20130412-lenfer-pour-les-detenus-en-grece-personne-ne-pourrait-rester-la-9-mois-ni-meme-9-heures

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel