jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2021

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !  Cédric Jubillar, pas d’avancement

Il crie toujours son innocence « Je suis innocent, je n’ai rien à voir avec la disparition de ma femme, je vous l’ai toujours dit ». Vendredi 3 décembre à 9 h 30 Cédric Jubillar, entendu ce par deux juges d’instruction de Toulouse sur le déroulé de la nuit du 15 au 16 décembre 2020, a été confronté aux déclarations de son fils Louis, 7 ans, seul témoin présent dans la maison de Cagnac-les-Mines.

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Je suis un innocent mis en prison »

Mise en examen pour « homicide volontaire par conjoint » et écroué au terme de sa garde à vue, vendredi 18 juin 2021.

Il crie toujours son innocence « Je conteste toujours. Je suis innocent, je n’ai rien à voir avec la disparition de ma femme, je vous l’ai toujours dit ».

 Vendredi 3 décembre à 9 h 30 Cédric Jubillar, entendu ce par deux juges d’instruction de Toulouse sur le déroulé de la nuit du 15 au 16 décembre 2020, au cours de laquelle sa femme Delphine a disparu, a été confronté aux déclarations de son fils Louis, 7 ans, seul témoin présent dans la maison de Cagnac-les-Mines.

 L’enfant, entendu par les mêmes juges du 26 novembre dernier, semble avoir un souvenir de plus en plus précis des faits.

Pour la première fois, l’enfant, Louis 7 ans, témoigne avoir été témoin d’un accrochage entre ses parents. « Ça parlait fort je les ai vus. » Maman parlait à papa : « Cédric arrête » Assez dure dans la voix ! Puis, j’ai entendu papa : « puisque c’est comme ça, alors on va se séparer »

Louis dit aux juges : « Papa et maman me manquent. »

 Le jeune enfant relate la vie de famille avec sa mère qui lui faisait des gâteaux et des câlins et son père. « Avec papa nous faisions des constructions, ça se passait bien »

 D’autres investigations sont en cours, comme l’analyse des lunettes cassées de Delphine Jubillar, la téléphonie qui se traduit par une interminable liste : les appels, Snapchat, Messenger, Facebook etc.

 Selon « La Dépêche du Midi », les avocats de Cédric Jubillar, *Emmanuelle Franck, Jean-Baptiste Alary et Alexandre Martin s’interrogent par exemple sur les 145 appels passés à un numéro inconnu par la compagne de l’amant de Delphine Jubillar.

Ces appels ont été passés dans la journée du 15 décembre, jour du meurtre, et jour où cette femme a découvert l’existence de la relation adultère entre son compagnon et Delphine. Les gendarmes estiment pour leur part avoir fermé cette porte.

 L’amant de Montauban vivait en couple avec la mère de son enfant, dont il prévoyait de se séparer et qui avait découvert sa liaison avec Delphine Jubillar.

La compagne de l’amant de Montauban avait d’ailleurs contacté l’infirmière le jour de sa disparition, pour lui demander de rester discrète sur leur aventure tant que le couple ne serait pas officiellement séparé.

 Nous pouvons en toute logique nous poser des questions sur ce point, sans pour cela donner un avis personnel sur l’investigation faite par les gendarmes. Mais tout de même, comme le soulignent les avocats de Cédric, il faudrait regarder peut-être d’un autre côté !

 https://www.ladepeche.fr/2021/12/03/affaire-jubillar-arrete-toi-ce-que-delphine-a-crie-a-cedric-le-soir-de-sa-disparition-9968645.php

Source : La Dépêche du Midi, Paris Match, Le Parisien, Sud Ouest, France 3 Occitanie.

Bon dimanche à vous tous.

Jean Olmini

Le 5 décembre 2021

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte