jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2021

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !La police est exaspérée

Ils déclarent en avoir marre d’être stigmatisés et traités sans cesse de racistes.

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Les policiers se disent excédés par les amalgames faits à leur encontre. Ils veulent crier leur ras-le-bol.

Ils déclarent en avoir marre d’être stigmatisés et traités sans cesse de racistes. Des policiers qui réclament aussi la généralisation des « Caméras Piéton » afin, disent-ils, de ne plus être accusés injustement de violences. Le mouvement dit vouloir aller plus loin que les organisations syndicales, qu’il n’hésite d’ailleurs pas à attaquer ouvertement, ce qui vaut des tensions en interne.

« Les syndicalistes font de la politique au lieu de défendre nos droits ! » Dit un policier en colère.

 Selon une enquête, 69 % des Français ont une « image assez positive » de la police et gendarmerie.

 L’institution policière traverse aujourd’hui une crise d’ampleur. 

À quoi sert la police, la gendarmerie ? Ensemble des mesures ayant pour but de garantir l’ordre public : Les pouvoirs de police dans la société. Ensemble des forces du maintien de l’ordre.

La police judiciaire, ayant pour objet, sous la direction, le contrôle et la surveillance de l’autorité judiciaire, de rechercher et de constater les infractions pénales, d’en rassembler les preuves, d’en rechercher les auteurs et leurs complices, de les arrêter et de les déférer aux autorités judiciaires compétentes.

 Le renseignement et l’information, permettant d’assurer l’information des autorités gouvernementales, de déceler et de prévenir toute menace susceptible de porter atteinte à l’ordre public.

 Les gendarmes s’en tiennent aux constatations, ils sont donc factuels, contrairement aux policiers qui interprètent des faits, retranscris sur leur procès-verbal. En tant que militaires sont plus « disciplinés », car la chaîne de commandement plus contraignante, garde le plus souvent le contrôle sur les actions menées.

Il faut le savoir. Les gendarmes sont des militaires avec une formation de 3 Ans, les policiers font partie du ministère de l’intérieur avec une formation d’un an.

 Nous vivons des moments difficiles, les policiers plus que les citoyens. Depuis quelques années des mouvements extrêmes de droite et de gauche (Les Blacks Blocs) s’en prennent aux forces de l’ordre. Grâce à des rassemblements de revendications sociales, notamment « les gilets jaunes », ces mouvements profitent de ces manifestations pour se rassembler et imposer le chaos ; ce qui provoque des violences policières.

Surtout désorganiser l’État. Le gouvernement, le président de la République qui est responsable du désordre de la société. La police a dû employer des moyens drastiques pour faire régner l’ordre.

 La haine de la police par toute cette mouvance d’extrême gauche et d’extrême droite est ahurissante ; seraient-ils au pouvoir, que leur « police » serait omniprésente et répressive en mode Stasi, une « justice » expéditive !

 Les slogans des manifestants anarchistes :

Un flic, une balle, justice sociale » « Police partout, justice nulle part », « Police fasciste, médias complices ». En manif aussi, les modes passent, mais le style reste éternel… Samedi 13 juin, place de la République, ont retenti les slogans désormais classiques « Tout le monde déteste la police ! » ou « Suicidez-vous ! » en direction des forces de l’ordre.

Si l’animosité du flic est née en même temps que la maréchaussée, elle s’est longtemps cantonnée aux militants de la mouvance anarchiste.

 « L’ampleur des violences policières, dont la perception d’un phénomène antisocial qui est le fait d’une minorité de policiers, qui agissent seuls. « On a entendu les mots du chef de l’État qui a déclaré que les forces de l’ordre méritaient le soutien de la Nation, mais il faut maintenant des actes ». A complété le syndicaliste ». (Le point du 17 juin 2020)

« Il faut davantage de fermeté pour les agresseurs de policiers et régler les problèmes de la délinquance. »

 Une situation, ou nous avons tout à perdre, si on laisse faire impunément ces apprentis autocrates, dictateurs des consciences, il faut donc agir le plus en amont possible et avec les moyens appropriés de l’arsenal judiciaire afin de stopper cette population anarchiste de notre société.

 Emmanuelle Cosse : « La police est là pour nous protéger, elle n’est pas là pour faire peur »

 Malgré le problème de policiers aigris, racistes, d’un pouvoir extrême, abusant de l’autorité ; nous devons faire place à une police sereine, efficace, fière d’elle-même et en chasser les brebis galeuses.

De leur donner des moyens financiers, par un plan de modernisation de la police, des infrastructures et du matériel neuf adapté à leur mission.

 Source : Elabe, Le Point-Archive, L’Express, La Dépêche du Midi

 https://www.youtube.com/watch?v=JHYC4BQwEXQ

  Bon dimanche à vous tous !

Jean Olmini

Le 9 mai 2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo