jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juil. 2019

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !Le lion Rugy sans-façon !

Montesquieu à dit : Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. Ce qui arrive à Monsieur le ministre François de Rugy de la Transition écologique, il a voulu faire comme les autres, marcher sur l’eau. François de Rugy a outrepassé ses fonctions de président de l’Assemblée nationale, en festoyant sans demi-mesure, en multipliant de somptueux dîners à l’Hôtel de Lassay de 2017 et 2018.

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce qui arrive à Monsieur le ministre François de Rugy de la Transition écologique, il a voulu faire comme les autres, marcher sur l’eau.

 C’est mercredi que Mediapart rapporte les agapes de l’ancien président de l’Assemblée nationale. François de Rugy a outrepassé ses fonctions de président de l’Assemblée nationale, en festoyant sans demi-mesure, en multipliant de somptueux dîners à l’Hôtel de Lassay de 2017 et 2018.

 C’est particulièrement son épouse Séverine de Rugy, journaliste people à Gala, qui avec grand standing, organisait d’éclatants dîners dans les salons de l’hôtel de Lassay.

Elle a contribué à l’organisation de ces dîners, comme elle a participé et participe toujours à de nombreuses rencontres officielles ou informelles. « François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale, et son épouse ont multiplié les dîners privés fastueux à l’Hôtel de Lassay entre 2017 et 2018, rapporte mercredi Mediapart. 

« Un travail de représentation » assumé par le ministre de l’Écologie, qui garde pour l'heure la « confiance » de Macron, comme l'a assuré l'Élysée cet après-midi » (Ouest France) 

Bizarrement apparaît en contradiction avec le combat mené depuis des années par François de Rugy pour la transparence et une meilleure gestion des deniers publics au Parlement. 

Toujours des grands crus directement issus des caves de l’Assemblée, réputée pour être l’une des mieux garnies de France. 

« Nous avons bu entre amis du mouton-rothschild 2004 du centenaire de l’Entente cordiale entre l’Angleterre et la France (au moins 500 euros la bouteille, en photo ci-contre), du Château Cheval Blanc 2001 (550 euros), du Château d’Yquem 1999 (265 euros la bouteille), du Château Pichon-Longueville (100 euros), de la Clarté de Haut-Brion 2014 (100 euros), du Château Brane-Cantenac 2000 (120 euros), du pavillon-rouge du château Margaux 2003 (200 euros) »…(Médiapart) 

Nous n'avons rien à nous reprocher, ni elle ni moi", a assuré François de Rugy.

Ne dîtes plus « dîners entre potes » mais « dîners informels liés à l’exercice de ses fonctions avec des personnalités issues de la société civile » (François de Rugy) ». 

Il profiterait depuis 2016 d’un logement à loyer social préférentiel, sans répondre aux conditions de location. 

François de Rugy a voulu sauver sa tête en offrant la mienne », assure son ex-directrice de cabinet, Nicole Klein. Scandaleux !

 Virée par François de Rugy après les révélations de Mediapart, la directrice de cabinet Nicole Klein, qui a dirigé les opérations d’évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes quand elle était préfète des Pays de la Loire, a décidé de sortir du silence. 

Tout ceci promet de large moment dans la vie des nos politiques. N’oublions pas que des français souffrent de précarités.

 Bon dimanche à vous tous. 

Jean Olmini 

Dimanche 14 juillet 2019

https://www.mediapart.fr/journal/france/100719/la-vie-de-chateau-sur-fonds-publics-des-epoux-de-rugy

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN