jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2021

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur ! Un califat se met en place au Mali !

Un accord avec la confrérie des chasseurs traditionnels et les Djihadistes de La Katiba Macina, a été scellé, liés à Al-Qaïda, elle impose le port du voile aux femmes et aux filles.

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 La France est engagée militairement dans la bande sahélo-saharienne contre les groupes armés terroristes. En effet, le 11 janvier 2013, à la demande du président malien et dans le respect de l’article 51 de la Charte des Nations Unies, la France est intervenue, dans le cadre de l’opération Serval, pour arrêter les colonnes Djihadistes qui menaçaient Bamako faisant craindre l’effondrement de l’État Malien et la création d’un califat islamo-terroriste.

 À l’heure actuelle « les villages » du cercle de Niono région de Ségou, au centre du Mali. Un accord avec la confrérie des chasseurs traditionnels et les Djihadistes de La Katiba Macina, a été scellé, liés à Al-Qaïda, elle impose le port du voile aux femmes et aux filles. La charia n’est pas encore en place, mais assurément pas loin de l’être dans un horizon futur et enflammera tout le sahel.

 Tout ceci a été possible grâce aux militaires qui ont pris le pouvoir par un coup d’État au Mali en août 2020. D’autant que le guide spirituel de ces militaires a participé aux négociations, le Grand Imam de Bamako Mahmoud Dicko, sans oublier la « bénédiction réjouie du haut conseil islamique local ».

 N’oublions pas que la France a perdu à ce jour plus de 50 soldats au Mali depuis huit ans (13 janvier 2013, déclenchement de l’opération Serval).

« Les buts de guerre initiaux ont été atteints au bout de trois mois d’intervention : reconquête territoriale, neutralisation de l’adversaire, ré-légitimation du pouvoir malien » (La tribune)

 Pourquoi nos militaires sont toujours au Sahel. Posons-nous la question : dans ce « Bourbier » La France doit-elle quitter le Mali ? Quels sont vraiment nos objectifs au Sahel ?
Neuf ans après le début de l’entrée en guerre de la France au Mali, de nombreuses voix s’élèvent à Paris et Bamako pour appeler au départ des soldats français. Mais ce désengagement serait lourd de conséquences, analyse le Journal du Mali.
Ils ne sont plus que 49 % des Français a approuvé l’opération Barkhane.

 Le mouvement « Yèrèwolo », debout sur les remparts, qui avait appelé à une mobilisation à Bamako mercredi 20 janvier, jour symbolique du 60e anniversaire de l’armée malienne, pour demander le départ de l’armée française. Pour ce mouvement, le Mali n’aura jamais la paix tant qu’il ne contrôlera pas son armée et ne jouira pas pleinement de sa souveraineté.

 Au Sahel, les terroristes veulent frapper plus loin et plus fort.

Il est assez rare que le patron des services secrets français prenne la parole. C’est évidemment pour mettre en garde l’Afrique de l’Ouest que le chef de la DGSE, Bernard Émié, est sorti de sa réserve, le 2 février. « Selon lui, après s’être enracinés au Sahel, les groupes Djihadistes visent une expansion vers le Bénin et la Côte d’Ivoire » (Courrier International).

 Vu d’Algérie. Le nouveau chef d’Aqmi, un vétéran de la terreur peu charismatique. Cinq mois après la mort de son chef historique, l’organisation terroriste au Sahel a annoncé le nom de son nouveau chef : l’Algérien Abou Obeïda Youssef Al-Annabi. Il prend la tête d’une organisation « qui perd du terrain », souligne la presse. (Le journal Liberté)

 L’arrivée du nouveau chef d’Aqmi survient aussi alors que de plus en plus de voix s’élèvent au Sahel pour que les autorités engagent des négociations avec les groupes terroristes. Huit ans après le début de la guerre au Mali, l’option militaire se révèle largement inefficace. (Malik Ben Salem)

 Au lendemain de l’annonce de la mort de 13 soldats français au Mali, les hommages pleuvent. Mais en parallèle, face à l’augmentation de l’insécurité, la presse sahélienne se fait l’écho d’un sentiment anti-français de plus en plus fort dans le pays.

 Dans ce Merdier que devons nous faire ? Je ne suis pas assez expérimenté sur le sujet militaire  voire politique, pour donner un sentiment personnel sur l’intervention militaire Française.

 Une chose est sûre si le Sahel tombe dans les mains des islamistes, il est à peu près sûr et à prévoir, d’un fort embrasement en Afrique du Nord et dans tout le Sahel.

 France 24. Le 27 novembre 2020

https://www.youtube.com/watch?v=DPGzQfwwrL4

 Bon dimanche à vous tous.  

Jean Olmini

Le 25 avril 2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine