jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2019

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur ! Come prima, niente de piu !

Pour sa première conférence de presse à l’Élysée ce jeudi 25 avril, en regardant le chef de l’État présenter ses « politiques », nous avons la sensation d’être ailleurs, qui fait la leçon au bon peuple! Mais où sont les attendes des Français ? Pouvoir d'achat, temps de travail, retraites… Ce n’est pas pour aujourd’hui !

jean@olmini.fr
Retraité de la presse écrite PQR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je te fiche mon billet de ma mauvaise humeur !

Come prima, niente de piu !

(Comme avant, rien de plus)

Ça devait être un « waouh », il renverserait la table ! D’abord qu’elle table, nous n’avons rien vu. La vérité est toujours difficile à entendre. Macron trompe les Français !

Pour sa première conférence de presse à l’Élysée ce jeudi 25 avril, en regardant le chef de l’État présenter ses « politiques », nous avons la sensation d’être ailleurs, qui fait la leçon au bon peuple. Emmanuel Macron a une vision particulière du problème du pouvoir d’achat et de présenter une évolution de l’avenir.

Certes, il faut prévoir le lendemain. Le mouvement des Gilets jaunes, « c’est progressivement, c’est transformé par les violences, dit-il des Black Blocs et l’extrême droite et Gauche, ce mouvement a été récupéré ». Pour le chef de l’État, il ne soutient plus aucune « revendication légitime » récupéré par les violences de la société, l’antisémitisme, l’homophobie, les attaques contre les institutions, les journalistes parfois, les forces de l’ordre. À mon simple avis, lors de la conférence de presse, le président dévoile un plan d'action pour relancer l’acte II de son quinquennat à l'Élysée.

Mais où sont les attendes des Français ? Pouvoir d'achat, temps de travail, retraites… Ce n’est pas pour aujourd’hui ! 

« Les annonces du Président brassent suffisamment large pour concilier les attentes des sociaux-démocrates et celles des libéraux du parti majoritaire » « Le clivage entre les ailes sociale-démocrate et libérale au sein de la macronie ces dernières semaines ».

« La gauche de la majorité ne cachait pas son inquiétude face à l’offensive des élus et ministres issus de la droite, très insistants, tant les incertitudes sont importantes. » (Libé) 

Au cours du même entretien, vous l’avez sûrement entendu, il a assuré qu'il ferait « très attention à ses petites phrases » avant d'ironiser sur « Jojo avec un gilet jaune ». 

Pour résumer les mesures palpables, elles sont peu nombreuses. Sur le plan institutionnel, Emmanuel Macron a fait le catalogue des possibilités évoquées dans le grand débat et en a évacué la plupart.

Le vote obligatoire (une option pourtant peu entendue) ? Trop contraignant et inefficace, donc refusé. Le décompte du vote blanc ? Pas question, parce que c’est une « solution de facilité ». 

Pour le reste, il ne s’agit que d’attendre. « On a fait des choses qui ne se voient pas tout de suite », a indiqué le chef de l’État. 

Quand Le Général De Gaule était président…

« En 1968, les événements étudiants, les révoltes agitent la société française et le SMIG augmente alors avant et après les accords de Grenelle sur l’emploi. Le salaire global, lui, augmente carrément de 10 %. » 

Quand Georges Pompidou était président…

« 1970, C’est sous la Présidence de Georges Pompidou, successeur du Général de Gaulle, et sous le gouvernement Chaban-Delmas qu’est créé le SMIC, destiné à réduire l’écart entre le salaire minimum et le salaire moyen. Le SMIG disparaît au profit du SMIC, le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance, fondé sur l’inflation et l’évolution du pouvoir d’achat » 

S’il y a un changement ça ne sera pas pour aujourd’hui ! 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/04/25/vote-blanc-et-ric-ecartes-baisses-d-impots-ce-qu-il-faut-retenir-de-la-conference-de-presse-de-macron_5454978_823448.html

Bon dimanche à vous tous

Jean Olmini

Le 28 avril 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena