jean_paul_yves_le_goff
philosophe (maîtrise), historien (doctorat)
Abonné·e de Mediapart

3324 Billets

5 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2008

L'intronisation 2008 de Mgr Castet, chevalier de la Légion d'Honneur 2007

jean_paul_yves_le_goff
philosophe (maîtrise), historien (doctorat)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mgr Castet, nommé évêque par Benoit XVI, le 14 avril dernier, a pris possession de son diocèse de Luçon

, en Vendée, le dimanche 29 juin.

Voici quelques propos qu'il a tenu à la fin de la messe d'intronisation

:

"Monsieur le Cardinal, Monseigneur le Nonce Apostolique, Monsieur le Préfet, Monsieur le Ministre, Mesdames et messieurs les parlementaires, mesdames et messieurs les élus,

Avec vous, avant toutes choses, je souhaite rendre grâce à Dieu. Ses choix sont bouleversants. Ils vont bien au-dela de c que commande la raison humaine (...) J'avance dans l'espérance car l'avenir de l'Eglise ne se mesure pas à l'aune des analyses humaines ou des projections incertaines. Il est don de Dieu, qui sait agir bien souvent de façon surprenante.

Monsieur le Préfet, Monsieur le Ministre, Mesdames et messieurs les parlementaires, mesdames et messieurs les élus,

Si la présence des autorités civiles honore ma personne, elle manifeste plus encore la place que tient l'Eglise cahtolique dans le champ social. Dans notre pays, elle avance avec humilité, tout en sachant qu'elle est porteuse de sens. Sa parole est publique, dans le respect des consciences. Avecles apôtres, elle affirme que "nous ne pouvons pas nous taire sur tout que nous avons vu et entendu." Puisqu'elle a la certitude, selon le mot de Saint Irénée que "la vie de l'homme, c'est la vue de Dieu", sa parole portant sur la diggnité ede toute personne du jour de sa conception à celui de l'entrée dans l'éternité bienheureuse mérite d'être librement exprimée dans le concert légitime des opinions.

(...) Merci à vous, frères et soeurs de Vendée. Aujourd'hui, je deviens l'un des vôtres, mais aussi par choix de Dieu et de l'Eglise, votre pasteur. Il y a quatre siècles, en 1608, Armand-Duplessis de Richelieu arrivait à Luçon, dans cette même cathédrale, pour prendre possession de son siège. Je reprends volontiers à mon compte les mots qu'il prononçait alors : "Venant pour vivre avec vous et faire ma demeure habituelle en ce lieu, il n'y a rien qui puisse m'être plus agréable que de lire en vos visages et de reconnaître en vos paroles que vous en ressentez de la joie".

Avant de commenter ce passage, je rappelle que cet ecclésiastique, a eu une carrière que l'on peut, sans lui faire offense, qualifier d'ordinaire. Né en 1950, il est prêtre en 1975. Après un certain nombre d'affectations comme aumônier de différentes paroisses parisiennes et deux passages par deux aumôneries de lycée, il est depuis 1995, curé de la Paroisse Saint-François Xavier à Paris et aumônier de l'enseignement catholique.

Peut-être y -a-t-iI eu dans ce parcours apparemment modeste, quelque acte remarquable... ? toujours est-il qu'il se trouve nommé officier de la Légion d'Honneur dans la promotion du 14 juillet 2007. Etant donné qu'une telle nomination, de même que la nomination à la fonction d'évêque passe par des procédures qui nécessitent une certaine durée, on peut les considérer comme plus ou moins concomittantes. Espérons que seul le hasard en est la cause et qu'il n'y a pas de relation de cause à effet.

Quoiqu'il en soit, la chose tombe bien pour le nouvel évêque, puisqu'à propos de sa nomination il a dit à une journaliste qui l'interviewait :

Vous êtes chevalier de la Légion d’honneur, qu’en retenez-vous ?
Par delà nous-même, c’est une reconnaissance du prêtre dans la communauté de la République, dans le champ social et ses multiples composantes. Le prêtre n’est pas une sorte de zombie extérieur ! Il a sa place au cœur des réalités humaines et j’ai plutôt été facteur d’unité là où j’ai vécu.

Le rôle visible de l'Eglise dans la communauté, aujourd'hui républicaine, est sans doute la raison pour laquelle, il invoquait, le souvenir de Richelieu, son prédécesseur à Luçon, plus connu pour son rôle de ministre de Louis XVI.

Cela étant, pour invoquer la phrase de Richelieu, en 1608, promettant aux ouailles de la cathédrale de faire de la bonne ville de Luçon "sa demeure habituelle", il faut qu'il compte sur la mémoire courte de ses fidèles. Il y reste bien six ans, mais, outre qu'il n'avait jamais souhaité y venir, il ne dut pas consacrer beaucoup de temps à sa fonction d'évêque...

Armand Jean du Plessis avait un rapport aussi distant avec l'Eglise qu' avec Luçon. Né à Paris en 1585, il se destinait à la carrière des armes, lorsque son frère Alphonse, nommé évêque de Luçon, suivant le sort des cadets de famille noble, décline l'honneur et entre dans un couvent. C'est Armand qui doit donc se résigner à prendre l'évéché. C'est par le roi qu'il est nommé évêque, en 1606; il reçoit l'investiture du pape en 1607. Il entreprend des études de théologie aussi rapides que superficielles et reçoit, en effet, la charge du diocèse de Luçon. En 1614, il représente le clergé aux Etats-Généraux , convoqué par Marie de Médicis, mère du jeune futur Louis XIII. Elle nomme Armand Jean du Plessis en 1616 secrétaire d'Etat à la guerre. Après l'assassinat de Concini, le favori de Marie de Médicis, ourdi par l'entourage du jeune Louis XIII, Marie de Médicis est condamnée à l'exil (à Blois). Quand Louis XIII prend les commandes en 1617, Armand du Plessis, Seigneur de Richelieu, connaît deux années d'exil en compagnie de Marie de Médicis. C'est lui qui réconcilie le fils et la mère.

Avec elle, en 1619, il rentre en grâces; il deviendra "premier ministre" (et ministre de la guerre, très actif) de Louis XIII. En 1622, il devient cardinal, cependant que la Seigneurie de Richelieu (aux alentours de Chinon) est élevé au statut de Duché. Il se fait construire un château magnifique, joyau de l'architecture du XVIIème siècle) qui sera seulement terminé en 1642, à sa mort, et détruit à la Révolution (quelques bâtiments subsistent). On lui doit la restauration de la Sorbonne (et la construction de la chapelle où son chapeau est toujours suspendu dans les airs) et naturellement l'Académie française. Et quelques victoires militaires, plus ou moins glorieuses, comme la prise de La Rochelle où les protestants s'étaient réfugiés en 1629.

Souhaitons que l'épiscopat de Mgr Castet soit plus calme.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre