jean_paul_yves_le_goff
philosophe (maîtrise), historien (doctorat)
Abonné·e de Mediapart

3301 Billets

5 Éditions

Billet de blog 4 juil. 2008

Les musulmans de France et la République (de Franck Fregosi)

jean_paul_yves_le_goff
philosophe (maîtrise), historien (doctorat)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une tribune libre de l'Huma (Jean-Paul Scot)

http://jeanpaulyveslegoff.over-blog.com/article-20972198.html

TRIBUNE LIBRE -

Article paru

le 1er juillet 2008

IDÉES

Islam et laïcité

Penser l’islam dans la laïcité. Les musulmans de France et la République, de Franck Fregosi. Éditions Fayard, 2008, 500 pages, 22 euros.

C’est d’une excellente idée que part ce directeur de recherches au CNRS. Aucune religion, pas plus le christianisme et le judaïsme hier que l’islam aujourd’hui, n’accepte facilement de se voir dessaisie

de son influence politique et sociale héritée du passé. Face au processus de sécularisation des sociétés et de séparation du politique et du religieux, l’islam doit s’adapter à la laïcité, en France comme dans le monde arabe, et il commence déjà à le faire en dépit d’incompréhensions. L’auteur entend rompre avec

les caricatures qui font des musulmans une cinquième colonne menaçant la laïcité ou qui exigent qu’ils renoncent à leur religion pour obtenir un brevet de civisme. Par un retour sur l’histoire, il avance que le Prophète n’était qu’un prophète, que le califat n’avait aucun fondement religieux, que rien dans l’islam ne peut justifier la politisation de la religion sinon des contresens sur la nature du djihad et une lecture erronée de l’indivision de l’autorité religieuse et du pouvoir séculier. L’intérêt principal du livre est de montrer la rencontre à l’oeuvre entre les musulmans de France et la laïcité au travers de mutations religieuses et sociales qui témoignent d’une grande pluralité des appartenances à l’islam. L’auteur analyse avec finesse la diversité, voire la disparité, des niveaux d’observance culturelle

et de pratique religieuse : il distingue des pratiquants ethniques, des dévots piétistes, des puritains rigoristes, des convertis fidéistes ou pragmatiques ainsi que des musulmans libéraux ou « engagés » pour ne pas dire islamistes ; il souligne la pluralité des modes d’identification religieuse depuis l’islam visible et ritualiste des croyants pieux jusqu’à l’islam culturel et festif des croyants non pratiquants sans oublier l’islam minimaliste des ex-musulmans. Autant de clés pour comprendre les tensions qui traversent leur quotidien tiraillé entre confessionnalisme et sécularisation. Cependant l’ouvrage inquiète dans ses propositions. Sous prétexte de faciliter « l’hybridation » entre laïcité et islam, l’auteur propose un « métissage » des deux : si les musulmans doivent accepter des « accommodements raisonnables entre la lettre de la foi et la réalité sociale », l’auteur estime que « le droit français peut composer avec des dispositions du droit musulman » (page 420). L’acculturation juridique des musulmans supposerait l’adaptation de certaines pratiques coutumières

en matière de mariage, de polygamie, de répudiation, d’héritage ! L’auteur promeut ainsi la convention franco-marocaine de 1981 qui permet aux Marocains

de bénéficier en France d’un statut personnel national musulman que la Belgique a refusé d’appliquer en 1991 après enquête sur le sort des femmes immigrées. Réduisant la laïcité à une « philosophie », voire à une « idéologie laïciste », Frégosi se réclame d’une « laïcité juridique qui aménage les relations entre les cultes

et l’État davantage qu’elle n’organise une stricte séparation » (page 456). Voilà où pourrait mener

une laïcité « positive » !

Jean-Paul Scot, historien

http://www.humanite.fr/2008-07-01_Tribune-libre_Islam-et-laicite

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie