LA PITIE DANGEREUSE

La pitié dangereuse,un vieux titre d'un vieil auteur un peu oublié ,Stefan Zweig.J'y repense,déplaçant une branche du toit improvisé,la pluie recommence de tomber fine,régulière,assommante,froide.Zaporoye je crois,pas très loin du poste hongrois.J'ai abandonné le groupe.Lassitude,écoeuré par la foule,son allure,toute cette souffrance étalée.Le petit bois s'est ouvert tout proche,épais,touffu,vert,quelques provisions et outils accumulés depuis l'étape précédente pour un projet confusément formulé .Lassitude .

Toute cette foule se dirigeant vers l'Europe,chassée de ses cités par des bombes en partie larguées par les pays vers lesquelles elle cherche refuge.Une ironie et pourquoi ?

Irakien,je me le demande.Bien sur Saddam était un tyran,massacreur même a l'occasion de sa propre famille ,kurdes,gazs,femmes ,enfants ,familles tout y passait mais l'ensemble du pays tenait,sa population commerçait,vendait ,achetait,vivait ,trafiquait.Il existait des routes,des ponts,des enfants naissaient,se soignaient  dans des hopitaux pas très modernes certes,pas très  mais on les soignaient,des médicaments existaient mais après l'embargo ; plus rien ni même d' hopitaux,cassés,détruits,anéantis.Plus de toits, de maisons,plus de routes ,plus de ponts,des réfugiés fuyants sous les bombardements,tués par des assaillants dont ils ignorent le nom ou le visage et  pouquoi ? J'ai gardé dans ma poche un de ces tracts tombés du ciel peu avant la destruction de Bagdad : " Nous vous apportons la liberté,la démocratie,bientôt vous serez libres " Libres,oui mais de fuir,d'aller n'importe où  là où on ne veut pas de nous .

Un parmi des libyens,des afghans ,des somaliens,des syriens,ethiopiens ,toute une masse immense fuyant de grandes pestes,différentes mais tout aussi meurtriéres que celles du Moyen-Age.

La peste,oui la peste mais oui : pourquoi ? Pour quels intérêts cachés sous quelque masque humanitaire et salvateur.Et maintenant  quoi ? Je,vous ,ils,réfugiés sous quelques tentes quand elles existent,attendant une pitance ou même de l'eau si l'on veut nous en donner.

Regrettons nous Saddam ? Nos tyrans ? Non,bien sur que non,nous regrettons la brutalité,l'incompétence,l'indifférence,l'injustice de ceux qui leurs ont succédés et de ceux qui les appuient.Notre situation à l'évidence est pire que jamais et d'autres nous rejoignent tous les jours au fur et à mesure des guerres déclarées à des tyrans nouvellement déclarés .

L'Europe elle-même ,celle qui refuse de nous accueillir après nous avoir chassé de nos terres,aidé ou poussé par son puissant allié,n'en est pas à l'abri.Souvenez-  vous  dans son désir d'union,de conquête ( ? ) elelle a démantelée

des pays issus de son sol.La Yougoslavie toujours pas remise de son dépeçage avec son Kosovo et ses traffics d'organes,une Maçédoine qui craque dns ses coutures,des serbes coinçés entre deux feux puis maintenant,un peu plus loin au delà une Ukraine où l'on a remplaçé un dictateur légalement élu mais tout aussi pourri que le précédent ou la précédente par un autre, pourri  lui aussi mais aux ordres cette fois de l'Américano-Europe,lui- meme produit improvisé et a peine d'origine.Il a réussi une guerre civile avec un pays coupé en deux,les bombardements et morts usuels ,des réfugiés cette fois vers l'Est.

La pluie reprend inlassable.Du toit tombent des gouttes qui ruissellent sur mon sac qui ne contient plus ue quelques boîtes de conserves ,de l'eau et ...rien d'autres.Dns quelques jours ,il me faudra repartir.Où ? Dieu ,Où ? 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.