jean.roy80@orange.fr
Citoyen du monde, vieux militant toujours actif surtout à l'international. Rien de ce qui est humain ne m'est étranger. Ne lâchons rien !
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2022

Quand c'est fini ça recommence. Les thèmes oubliés dans la négociation du Nupes

Des éléments importants ont été laissés de côté dans les négociations des candidatures Nupes. Oubliés? Il y en a cinq qui me font souci. Mais ce n'est qu'un début : il faudra un mouvement social à la hauteur des enjeux. Quelques décisions auraient pu être prises pour renforcer l'aide susceptible de lui apporter par la composition des élus Nupes.

jean.roy80@orange.fr
Citoyen du monde, vieux militant toujours actif surtout à l'international. Rien de ce qui est humain ne m'est étranger. Ne lâchons rien !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je croyais, bêtement, comme quoi on peut être naïf même à plus de 80 ans, qu'allaient s'ouvrir toutes grandes les fenêtres de la manière de faire de la politique autrement. Je m'étais intéressé de près à la démarche de la Primaire Populaire, avec, je l'avoue un certain agacement  à voir les partis recommencer à prendre leurs attitudes péremptoires déjà expérimentées lors du mouvement des Gilets Jaunes. Mais cette-fois ci, les élections ou réélections dépendant directement du vote des citoyens exprimant fortement leur désir d'unité, il a bien fallu.... Non, je ne vais pas bouder mon plaisir. C'est un pas important.

Par contre, à côté d'une démarche unitaire réconfortante, les conditions de la mise en place des candidatures Nupes ont présenté à mes yeux, sous certains aspects, des airs de réchauffé aux relents de soupe ancienne venue polluer un peu la lumière de la belle démarche unitaire.

Et voilà, par exemple, que dans ma circonscription, la candidature PS, pardon Nupes, a été attribuée au maire d'une des agglomérations importantes de la circo. Et voilà, par exemple, que madame le maire PC de Vaux en Velin exprimait fortement sa conviction, face à une candidature d'un jeune, originaire d'une famille immigrée. Ayant comme moi-même et bien d'autres commis quelques excès dans la mise à mal du politiquement correct, madame le maire, outre l'urticaire que devait lui provoquer cet ensemble de caractéristiques d'un candidat dérangeant, déclarait que la candidature lui revenait "naturellement" si j'ai bien entendu. Mais la professionnalisation de la politique n'est pas un élément qui explique, parmi d'autres, la montée des abstentions n'est-ce pas! J'ai vécu dix ans dans une ville à municipalité PC depuis la Libération, où le maire, conseiller général et président de la communauté de communes considérait, élections après élections que ces postes lui revenaient naturellement. Jusqu'à ce que le PC finisse par perdre la ville avec un score minable, même face au FN.

On m'objectera que ces élus concentrent une expérience politique solide qui manquerait sûrement à d'autres candidats.

Cet argument apporte de l'eau à mon questionnement. S'il y a si peu de personnes dotées d'un solide bagage de compétence politique, est-ce que ce ne serait pas un petit peu dû au profil très largement majoritaire des élus : blancs, masculins, diplômés, aux professions, style, lieu et niveau de vie dramatiquement éloignés de l'immense majorité de la population. Et atteints par les caractéristiques générationnelles qui amènent beaucoup à une dérive conservatrice (on dira sagesse) croissante, n'est-ce pas les Daniel C.B (j'ai vécu mai 68 comme jeune salarié d'usine )? Et autres anciens contestataires qui ont fait carrière dans un système qui finalement, ne vous va pas si mal?

Voilà. I have five dreams. Une place importante dans le temps des militants politiques consacrée à la formation à l'exercice d'un pouvoir largement partagé qu'aux campagnes électorales, formation pour l'accès à l'exercice de ce pouvoir à l'intention des femmes, des jeunes, des salariés de production, des artisans et agriculteurs dans une discrimination positive afin de rattraper le temps perdu. En dégageant temps et moyens financiers de cette formation. Que soient introduits des quotas limitant les candidatures des professions si sur représentées. Et ça ne date pas d'aujourd'hui : médecins, avocats, hommes d'affaires....

Que soit pris l'engagement ferme et définitif d'enfin donner le droit de vote aux étrangers vivant et travaillant ce nous depuis quelque temps.

J'aimerais tellement voir le début du début d'un tel nouveau monde avant de quitter celui-là.

Merci mes camarades dirigeants de partis.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ! L'appel des déserteuses d'AgroParisTech
Le constat est clair : ce système est un monstre à bout de souffle. Retrouvons-nous samedi midi, devant la mairie de la ville la plus proche, pour partager un repas, des idées, du concret, pour nous donner les moyens de quitter nos boulots nuisibles, construire notre autonomie matérielle localement, sans les multinationales, sans les Gafams, créer des espaces communs – fermes, ateliers, cafés... –. Et faire ce premier pas vers de nouvelles façons de vivre.
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois