jean.roy80@orange.fr
Citoyen du monde, vieux militant toujours actif surtout à l'international. Rien de ce qui est humain ne m'est étranger. Ne lâchons rien !
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2022

Quand c'est fini ça recommence. Les thèmes oubliés dans la négociation du Nupes

Des éléments importants ont été laissés de côté dans les négociations des candidatures Nupes. Oubliés? Il y en a cinq qui me font souci. Mais ce n'est qu'un début : il faudra un mouvement social à la hauteur des enjeux. Quelques décisions auraient pu être prises pour renforcer l'aide susceptible de lui apporter par la composition des élus Nupes.

jean.roy80@orange.fr
Citoyen du monde, vieux militant toujours actif surtout à l'international. Rien de ce qui est humain ne m'est étranger. Ne lâchons rien !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je croyais, bêtement, comme quoi on peut être naïf même à plus de 80 ans, qu'allaient s'ouvrir toutes grandes les fenêtres de la manière de faire de la politique autrement. Je m'étais intéressé de près à la démarche de la Primaire Populaire, avec, je l'avoue un certain agacement  à voir les partis recommencer à prendre leurs attitudes péremptoires déjà expérimentées lors du mouvement des Gilets Jaunes. Mais cette-fois ci, les élections ou réélections dépendant directement du vote des citoyens exprimant fortement leur désir d'unité, il a bien fallu.... Non, je ne vais pas bouder mon plaisir. C'est un pas important.

Par contre, à côté d'une démarche unitaire réconfortante, les conditions de la mise en place des candidatures Nupes ont présenté à mes yeux, sous certains aspects, des airs de réchauffé aux relents de soupe ancienne venue polluer un peu la lumière de la belle démarche unitaire.

Et voilà, par exemple, que dans ma circonscription, la candidature PS, pardon Nupes, a été attribuée au maire d'une des agglomérations importantes de la circo. Et voilà, par exemple, que madame le maire PC de Vaux en Velin exprimait fortement sa conviction, face à une candidature d'un jeune, originaire d'une famille immigrée. Ayant comme moi-même et bien d'autres commis quelques excès dans la mise à mal du politiquement correct, madame le maire, outre l'urticaire que devait lui provoquer cet ensemble de caractéristiques d'un candidat dérangeant, déclarait que la candidature lui revenait "naturellement" si j'ai bien entendu. Mais la professionnalisation de la politique n'est pas un élément qui explique, parmi d'autres, la montée des abstentions n'est-ce pas! J'ai vécu dix ans dans une ville à municipalité PC depuis la Libération, où le maire, conseiller général et président de la communauté de communes considérait, élections après élections que ces postes lui revenaient naturellement. Jusqu'à ce que le PC finisse par perdre la ville avec un score minable, même face au FN.

On m'objectera que ces élus concentrent une expérience politique solide qui manquerait sûrement à d'autres candidats.

Cet argument apporte de l'eau à mon questionnement. S'il y a si peu de personnes dotées d'un solide bagage de compétence politique, est-ce que ce ne serait pas un petit peu dû au profil très largement majoritaire des élus : blancs, masculins, diplômés, aux professions, style, lieu et niveau de vie dramatiquement éloignés de l'immense majorité de la population. Et atteints par les caractéristiques générationnelles qui amènent beaucoup à une dérive conservatrice (on dira sagesse) croissante, n'est-ce pas les Daniel C.B (j'ai vécu mai 68 comme jeune salarié d'usine )? Et autres anciens contestataires qui ont fait carrière dans un système qui finalement, ne vous va pas si mal?

Voilà. I have five dreams. Une place importante dans le temps des militants politiques consacrée à la formation à l'exercice d'un pouvoir largement partagé qu'aux campagnes électorales, formation pour l'accès à l'exercice de ce pouvoir à l'intention des femmes, des jeunes, des salariés de production, des artisans et agriculteurs dans une discrimination positive afin de rattraper le temps perdu. En dégageant temps et moyens financiers de cette formation. Que soient introduits des quotas limitant les candidatures des professions si sur représentées. Et ça ne date pas d'aujourd'hui : médecins, avocats, hommes d'affaires....

Que soit pris l'engagement ferme et définitif d'enfin donner le droit de vote aux étrangers vivant et travaillant ce nous depuis quelque temps.

J'aimerais tellement voir le début du début d'un tel nouveau monde avant de quitter celui-là.

Merci mes camarades dirigeants de partis.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison