Jean-Georges Betto : le droit des affaires par arbitrage

Avocat de Bernard Tapie dans le dossier Adidas, Jean-Georges Betto est une pointure du droit des affaires.

Jean-Georges Betto est la figure même du boxeur, par sa carrure et sa force de conviction. «?Une plaidoirie se gagne en interpellant et en convainquant?», estime l’avocat qde Bernard Tapie lors de la remise en cause de l’arbitrage sur la vente d’Adidas.

Un battant devenu plus réaliste sur ce dossier qui lui a révélé la noirceur des magistrats-instructeurs et des médias. Jean-Georges Betto préfère au contentieux judiciaire l’arbitrage, «éloigné de toute bataille médiatique, la pire manière de rendre la justice.» 

Mis en selle par Emmanuel Gaillard, qui depuis l’a adoubé en lui confiant un dossier d’arbitrage pour la République du Gabon, il fonde son propre cabinet avec le professeur Christophe Seraglini début 2013. «?Nous sommes une famille, nous sommes liés à jamais.?»

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.