PAS UN MOT POUR LES CHOMEURS !

Comment on élimine 25% des gilets jaunes du débat.

Relativement présente lors des reportages télévisés au début du mouvement des gilets jaunes, la parole des chômeurs et des exclus du monde du travail s'est tue au fil des semaines pour laisser la place a celle des gens qui  travaillent et qui n'arrive pas a finir le mois. La droite comme la quasi-totalité des mouvements politiques, soucieuse d'essayer de récupérer quelques égarés a fait glisser les discussions du coté des classes moyennes en centrant le débat sur l’impôt sur le revenu, les heures supplémentaires défiscalisées, des sujets qui ne concernent pas ou très peu les dix millions de pauvres en France qui survivent sous le seuil de pauvreté avec souvent moins de 500 € par mois.

A grand renfort de médias on à montré des gens qui travaillent 12 heures par jour pour des salaires pitoyables, écrasés de charges sociales, des  fonctionnaires qui ne s'en sortent pas, des paysans qui travaillent 365 jours par an et qui gagnent des sommes dérisoires. Tous les déboires d'une classe moyenne dans laquelle on s'est empressé de mélanger les retraités jusqu'à 2000€, les smicards, les patrons de TPE qui travaillent sans se verser de salaire, les fonctionnaires,....................

Après autant de misère sociale affichée en boucle sur les chaines d'infos,qui va se préoccuper du sort des cinq million de chômeurs et des cinq autre millions d'inactifs qui perçoivent de généreuses prestations payées justement avec les charges salariales qui pourrissent le pouvoir d'achat de la pseudo classe moyenne.

Et voilà comment on arrive à diviser pour mieux régner dans le joli monde des gilets jaunes.

Et voilà pourquoi, avant même le premier mot de l'allocution de notre cher Président, je savais qu'il n'y aurait pas un seul mot pour les chômeurs.

Tout simplement parce qu'en ne parlant que des actifs il divise les pauvres, éliminant du débat tous ceux qui n'ont pas la possibilité d'avoir un travail et qui représentent en gros un quart des gilets jaunes, certainement parmi les plus actifs et les plus disponibles car ils ne bossent pas. Ces gilets jaunes qui n'ont pas fait beaucoup d'études, qui ont du mal à faire entendre leur voix, mal à l'aise devant les médias et souvent déconsidérés sur les plateaux surtout par les professionnels de la politiques rompus aux joutes verbales, ces gens incapables de dire clairement leur misère, n'intéressent personne.

Du pain béni pour un gouvernement libéral qui cherche asservir un peu plus les actifs en les rendant interchangeables et soumis à la pression de ceux qui rêvent de prendre leur place. Ajoutez à cela le fait qu'il n'existe aucun mouvement pour fédérer les précaires de manière efficace et qu'ils ne disposent d'aucun moyen de pression pour revendiquer quoi que ce soit, et vous avez  tous les ingrédients pour rendre parfaitement inaudible près de dix millions de Français et cerise  sur le gâteau il s'agit de la tranche des plus pauvres ceux qui coûte le plus cher puisqu'il faut les assister et qu'ils ne rapportent rien. On prendra bien soin d'oublier la TVA et autre taxes sur les produits pétroliers ou pour le coup la TVA sur la TVA que les pauvres payent au même prix que les plus aisés.

 

Heureusement, tout ce qui porte un gilet jaune n'est pas forcément un imbécile messieurs les énarques et il n'aura pas fallu longtemps pour comprendre que les mesures proposées par le Président lors de son intervention n'était qu'un enfumage qui ne concernait qu'une infime minorité de gens et que le fond du problème était loin d'être atteint. Que malgré ses effort pour dissimuler ce qu'est la vraie pauvreté en France et feindre d'y répondre avec quelque montages financiers pour essayer d'acheter la paix sociale, il persiste dans cette vision utopique de la valeur travail, alors que les politiques qu'il cautionne sont responsable de la destruction de millions d'emplois. Ne pas se tromper de cible. C'est le capitalisme forcené qui est responsable de la quasi totalité de nos problèmes ainsi que de la dégradation de notre environnement et qu'il faut aller chercher l'argent ou il est à commencer par la fraude fiscale avant de nous sortir des théories fumeuse pour justifier les hausses de taxes extravagantes que vous faites supporter aux plus pauvres.

Il sera bien plus facile de jouer le pourrissement, tenir compte du froid qui sévit depuis bientôt une semaine, des fêtes de noël qui arrivent que de chercher les vraies solutions. quoi qu'il en soit lorsque les beaux jours reviendront et que rien n'aura changé la colère reviendra soyez en certains.

NB:

Si les service de l'état cherche un conseiller pour s’occuper du chômage, je possède un certain nombre d'année d'expérience. J'ai en outre une solide expérience dans le monde du travail: mécanicien pendant 20 ans puis comme travailleur handicapé et comme auto entrepreneur.J'ai participé a plusieurs stages de formation et je suis disponible de suite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.