jtombeur
Journaliste bientôt « honoraire »
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 janv. 2013

Après l'affaire Merah, l'assassinat de militantes kurdes à Paris

jtombeur
Journaliste bientôt « honoraire »
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est étonnant. Après l'affaire Mohamed Merah, qui avait dans un premier temps conduit certains enquêteurs à privilégier l'hypothèse d'actions de l'extrême-droite, voilà que d'anonymes ou non experts, policiers, magistrats, indiquent au Figaro qu'une action des services secrets turcs, officiellement mandatés, est à exclure dans les assassinats de trois militantes kurdes à Paris.

Je ne vais surtout pas vous soutenir le contraire ni vous résumer ici mon article de Come4News, « Kurdes exécutées : hypothèses contradictoires ». Simplement tenter de vous remémorer très brièvement les affaires Merah et de la tuerie de Chevaline. Dans cette dernière, tout d'abord, on privilégie l'hypothèse d'un tueur aguerri, professionnel. Puis la piste irakienne s'impose. Puis il est question du cycliste, qui selon Peter Allen, de la presse britannique, aurait été la principale cible. Le procureur dément et à présent il est question d'un tueur fou.

Là, nous avons trois victimes. Dont les personnalités sont mal connues. Des féministes, des alévis (branche de l'islam), des endettées, des femmes mariées, divorcées, séparées, &c. ? Pourquoi donc, a priori, la plus connue des trois serait-elle la principale cible ? Car cela semble plus logique. Tout faits-diversier un peu expérimenté vous dira que les pistes initiales les plus plausibles ont été maintes fois contredites.

Il est aussi remémoré l'épisode de Roj TV (kurde et européenne), début 2012, sous le gouvernement Fillon. Reporters sans frontières évoquait des pressions d'Ankara. Là, il est écrit que, forcément, les trois femmes étaient très surveillées par les services français. Davantage que Mohamed Merah ? Franchement, je n'en sais fichtre rien. « Hollande complice ? » (de la Turquie ?). C'est aller un peu vite en besogne.

Le gros problème de la presse, et des « experts », dans de tels cas, c'est que, même dans le flou le plus complet, il faut s'empresser d'écrire ou dire quelque chose de plausible. Avouer sa totale incertitude, « ça le fait pas ».
Pourquoi la Turquie ? Pourquoi le PKK (pour des raisons obscures) ? Pourquoi pas Israël, les États-Unis, la Syrie, l'Irak, l'Iran ?
Il est bien évident que je serais bien incapable d'avancer à qui peut profiter le crime. De même, en fonction des conséquences, qu'il est beaucoup trop prématuré de supputer, on pourra peut-être suggérer une hypothèse plutôt qu'une autre, mais il convient d'abord de relever que cette action criminelle n'a pas été revendiquée. Le serait-elle qu'on aurait peut-être du mal à déterminer s'il s'agit d'une vraie, vraie-fausse, fausse-vraie revendication.
Par ailleurs, ce n'est pas parce qu'on ne voit pas trop des services agir sans avoir soupesé toutes les répercussions imaginables qu'il n'arrive pas que les intentions aboutissent à des fiascos et que des opérations soient ordonnées à la légère (si l'affaire Greenpeace et du Rainbow Warrior ne vous dit plus rien, je n'insiste pas ; inutile non plus de rappeler les fiascos de la CIA).

Admettons qu'il semble a priori exclu qu'un voisin exécédé par le bruit des trois femmes ait fait le coup. Mais aucun raisonnement, y compris absurde, ne devrait être écarté lorsqu'un fait divers un tant soit peu complexe survient. Je ne poursuivrai pas dans cette voie, mais les raisonnements par l'absurde en valent parfois d'autres.

Ce qui me frappe, c'est qu'un titre tel celui du Figaro, fort factuel, « Mystérieux assassinat de militantes kurdes », donne si vite l'occasion à L'Hurryet Daily News de titrer « Les experts français : la Turquie n'est pas un suspect crédible ». Par ailleurs, la couverture d'Hurryet est plutôt équilibrée.

J'ai évoqué Israël… avant même de consulter les réactions des commentateurs des articles d'Hurryet. Un peu comme cela, en l'air… Mais c'est déjà pris au sérieux par certains (il est vrai qu'Israël est un client très sûr dès lors que le moindre complot est évoqué). Mais si je donnais dans le complot, j'y mettrais aussi la Russie, qui a quelques problèmes avec des minorités turcophones. Histoire de la faire connaisseur en géopolitique. Heureusement, je n'ai aucun livre à vendre… Sinon, en fonction du sujet, pourvu qu'il soit vaguement en rapport, la tentation demanderait à être au plus vite réfrènée.

Pour le moment, Mediapart s'est contenté de remanier assez superficiellement une dépêche, en restant le plus factuel possible. On verra ce qu'il en adviendra si un développement est envisagé. J'espère en tout cas que, si c'était le cas, un expert ne sera pas (trop) privilégié et qu'on ne se contentera pas de ses seules hypothèses si elles trop restreintes. En attendant, circonspection est le mot-clef, même si l'enquête avançait un tant soit peu sans que des éléments très fortements probants apparaissent…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre