jtombeur
Journaliste bientôt « honoraire »
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 déc. 2012

Mediapart, dépourvu de preuves, désapprouvé

jtombeur
Journaliste bientôt « honoraire »
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Soyons lucides, et n'ayons pas peur d'user d'un titre incitatif : Mediapart ne dispose pas de preuve dans l'affaire Cahuzac, et c'est même l'opinion de son propre avocat qui évoque « un faisceau d'indices ». Mais dire que Mediapart est désapprouvé est fort faible, car la rédaction est condamnée, villipendée, notamment par celui qui, dans l'affaire Dominique Strauss-Kahn contre Nafissatou Dialo, faisait fi de la présomption d'innocence. J'ai nommé Bernard Debré, député de Paris, compagnon (RPR, UMP, de l'Ordre de la Légion d'honneur) de Michel Gonelle, qu'il dénonce, de fait, autant que Mediapart.

Bernard Debré agit en corbeau : « Même si la femme avec laquelle il est en instance de divorce essaye de l'en faire accuser, il n'y a aucune preuve ». Voici donc, sur la foi d'un indice (difficile à trouver de la sorte sur Mediapart), une accusation grave, calomnieuse. Et c'est aussi l'honneur de Michel Gonelle qui est mis, de fait, implicitement, mais assurément, en cause. Mais que Jérôme Cahuzac et Bernard Debré s'empressent donc de porter plainte contre Michel Gonelle !

Je ne vous résumerai pas ici mes articles parus sur Come4News sur cette affaire de presse, qui devient un fait de société. Mais, selon Bernard Debré, sur son blogue-notes personnel dont les propos sont repris par l'Union républicaine, Mediapart nous renvoie, en quelque sorte, aux heures les plus sombres de l'histoire de France. Ce qui mérite d'être relevé.

Élizabeth Lévy, de Causeur, n'avait pas osé. Bernard Debré l'a fait.
Voici donc des semaines que je tente de recenser, non seulement dans la presse, mais sur les blogues (dont, par exemple, celui d'Élie Arié), les sites des fédérations des formations politiques, ailleurs encore, ce qui est écrit sur Mediapart.
http://www.come4news.com/affaire-cahuzac-le-pas-vu,-pas-pris-de-bernard-debre-643667 soit « Cahuzac : le pas vu, pas pris de Bernard Debré » vous en donnera un furtif, récent, aperçu.

L'évolution est nette : la presse, notamment de la PQR (la régionale), ne se rallie pas ouvertement et majoritairement aux vues de Mediapart, mais les mises en cause ont en général cessé, les appuis discrets (à déceler entre les lignes), sont plus fréquents. Du Front de gauche au Front national, hormis quelques rares exceptions locales (dans les fédérations), un silence prudent est observé. L'affaire n'est pas du tout évoquée, ou indirectement. En revanche, quelques personnalités, surtout à droite, se déchaînent.
C'est le cas de Robert Debré qui aligne accusations et invectives.

Rappelons que c'était le même qui, interrogé par Le Figaro sur la présomption d'innocence, accablait d'emplée DSK, un « délinquant sexuel ». Mais où sont donc, à présent, les preuves ?

De fait, Bernard Debré prône le « pas vu, pas pris ». Tant qu'une preuve formelle (laquelle ? comment l'obtenir ? l'étayer ?) n'accablera pas Jérôme Cahuzac, « tout semble faux » et mensonger. Il se rattrape aux branches : si des faits devaient s'avérer réels, « il serait toujours temps de les dénoncer. ».
Attendons donc sagement, une trentaine d'années, que des archives soient déclassifiées, par exemple… On aurait d'ailleurs dû faire de même dans le cas de Maurice Papon ?

Que l'affaire Salengro est lointaine, qu'il est loin ce temps où politiciens de tous bords, presse d'opinion, s'écharpaient. Qu'il est loin le temps ou « l'affairisme mitterrandien » mobilisait la presse avec l'approbation de la droite unanime et d'une partie de la gauche, y compris socialiste.

Du fait de Mediapart, « la France est tombée bien bas » se lamente Bernard Debré à propos du traitement de l'affaire Cahuzac. C'est nouveau, et pas du tout inintéressant, et même fort significatif. C'est le plus insolite – voire inouï – des cas d'école de journalisme et d'analyse de la presse depuis fort longtemps, pour user d'une litote.

Voici Edwy Plenel transformé en Savonarole, en Jacques René Hébert, du Père Duchesne, en gueux (là, on rigole) en guerre contre le système, le pouvoir de l'argent, &c. Ou en Zola, en Jaurès, c'est selon…

La réalité est sans doute autre. Mais, de mémoire de professionnel, c'est aussi la première fois que je constate qu'à part quelques investigations sur les à côtés (ainsi de ces histoires de détectives privés), toute la presse « suit » plus ou moins un titre concurrent, sans même chercher des compléments, sans même tenter de contacter un stringer à Singapour (pour tenter de retrouver Marc D., par exemple).
Pas un seul hack mobilisé par les rédactions en chef. Depuis trois semaines ! Au mieux se contente-t-on de papiers d'ambiance à Villeneuve-sur-Lot.

Rapprochement, apparentement ? Voici quelques jours, nous avons, à Come4News, reçu du papier bleu. Des avocats d'un député-maire UMP de la région parisienne, évoqué par Peter Allen dans le Sunday Times et le Daily Mail dans l'affaire de la tuerie de Chevaline. Nous n'avions rien, légalement ou autrement, à nous reprocher… Nous étions sûrs d'une issue judiciaire, et d'autre part, l'intéressé n'avait sans doute aucun intérêt à nous poursuivre (ce qui le remettait sur le devant de la scène). Nous avons choisi de « poubelliser » l'article. Histoire d'avoir la paix. Le Daily Mail et le Sunday Times n'ont pas été poursuivis, les articles sont toujours accessibles en ligne. Et de fait, il n'y avait guère matière à les poursuivre : il ne s'agissait que d'allusions, plutôt déguisées, et encore…
Mais, pour tout et n'importe quoi, voici la presse sommée de se taire, d'attendre l'issue judiciaire d'affaires qui, peut-être, n'en trouveront pas.

La presse est effectivement tombée bien bas ; en tout cas, elle a chuté de plus haut. L'affaire (ou les affaires) Cahuzac est à marquer déjà d'une pierre blanche, avant même d'être close. Symptomatique. Lourdement.
Peut-être par exemple, du fait que, faute de se voir fournir un dossier en béton, de sources officielles, déposé désormais sur la table des directions des rédactions – car il faut même se méfier des « informateurs », plutôt désinformateurs, même hautement officiels – plus rien ne vaut de se remuer, d'enquêter. Exploitons plutôt l'agenda (des vedettes de la chanson ou de l'écran, des officiels, des industriels et financiers, celui des assemblées générales et réunions publiques), c'est beaucoup moins coûteux et surtout moins risqué.
Cette antienne n'est pas nouvelle. Mais un Bernard Debré – parmi d'autres, moins véhéments – la remémore. Ne jamais s'en prendre à plus puissant que soi sans un sac, que dis-je, un tombereau de billes, et attendre qu'il vous soit fourni.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Liberté d'expression : en Inde, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart