Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 sept. 2020

Art contemporain — Chapitre 33

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« De notre côté, j’avoue qu’on a fait chou blanc avec notre histoire de parc naturel. D’abord parce que la procédure prend beaucoup de temps. Mais surtout parce que c’est un vrai casse-tête administratif — plus encore qu’on pourrait le penser, et pourtant, je m’étais préparé, croyez-moi. En plus, il faut avoir l’accord, ou du moins l’assentiment, des élus locaux. Et, vous le croirez ou non, mais il y en avait parmi eux qui croyaient encore au pont. À la possibilité d’un pont, un vrai. Pas seulement une pile. Ils étaient persuadés que le projet de notre escroc d’ancien Président de région était encore possible. Oui, oui. Résultat, ils ont tout fait pour nous mettre des bâtons dans les roues. Ben oui : qui dit parc naturel, dit protection du site, et donc bye bye le pont ! Ils ne pouvaient pas accepter ça.

« Donc, pas de parc naturel. C’est alors que mon fils a eu une idée de génie : faire inscrire la pile de pont aux Monuments historiques ! Ça permettait de la protéger elle, mais aussi tout le périmètre alentour, qui recouvre une grande partie des gorges et du plateau. Idée géniale. Mais casse-tête administratif aussi. L’avantage, toutefois, c’est que les élus n’avaient pas leur mot à dire. Les bureaucrates du ministère, en revanche, ça a été autre chose.

« Devant la somme des documents nécessaires pour une simple proposition, on a failli baisser les bras. Et puis on s’est mis au boulot : pour tout ce qui est documentation photo, on avait ce qu’il fallait, mais il a fallu se farcir la description de « l’édifice », sa situation, son histoire, son statut juridique (là, on a encore eu un problème parce que rien n’avait été clairement fait à l’époque de la construction). Après quoi, il fallait quand même les avis d’architectes et conservateurs des monuments historiques. Et là, ça n’a pas été simple. Ils n’avaient pas du tout l’habitude de ça. Ils n’avaient jamais vu un truc pareil, pour la plupart.

« Dans un premier temps, la réponse a été non. Tout net. Une simple lettre, sans aucune motivation ni rien. Une fois calmée l’éruption de frustration, on a quand même appelé pour savoir de quoi il retournait : on nous a baladé d’un service à l’autre, d’un poste à l’autre, jusqu’à ce qu’on tombe enfin, au bout d’une dizaine de jours et de centaines d’appel, sur l’architecte en chef qui avait traité le dossier. En l’occurrence, il était venu jadis en vacances dans la région et connaissait l’histoire, mais il n’avait pas réussi à convaincre ses collègues.

« J’avoue, quand il nous a dit pourquoi notre dossier avait été refusé, on a été un peu surpris, et puis on a bien ri. Le refus reposait sur le fait que la pile de pont n’était que ça, justement, une pile. C’est-à-dire un élément d’un ouvrage d’art inutile et sans valeur esthétique par lui-même. Ça se discute, mais bon. En gros, parce que le pont n’avait jamais été fini, la pile était sans valeur. Ce ne pouvait même pas être une ruine de quelque chose, puisque ce quelque chose n’avait jamais existé. Et, selon le comité, le « vestige » ne témoignait de rien. Rien de significatif sur notre civilisation, sur l’histoire de la pensée ou de l’esthétique.

« Ironique, non ? Et pas complètement faux, à bien y réfléchir. Mais mon fils, lui, n’a pas voulu en démordre. Pas « significative », notre pile de pont ? Sans valeur ? Ah non, alors. Il y est presque plus attaché que moi : après tout, c’est bien à la pile de pont qu’il devait son bonheur de père de famille ! Sans ce truc, nos vies auraient été très différentes, c’est certain, et pas seulement les nôtres.

« Et mon fils a eu un nouveau trait de génie. »

Fiction publiée sur www.inacheve.net

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal — Libertés publiques
« Une gestion exclusivement policière de la crise sanitaire »
« La logique aurait voulu que les autorités adoptent une approche sanitaire et sociale » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, pointe la professeure de droit public Diane Roman, qui regrette que, « désormais, tout se résolve en termes de mesures policières ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois