Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 sept. 2020

Art contemporain — Chapitre 34

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Il a quand même ses moments, celui-là. Je ne sais pas où il est allé la pêcher, cette idée-là, mais c’est vrai que, sur le papier du moins, c’était absolument parfait. Audacieux, osé, risqué, mais si ça marchait…

« Tout simplement, il a déclaré que c’était une œuvre d’art. Exactement comme Duchamp et sa fontaine, vous voyez ? Enfin, pas exactement, puisque c’est une pile de pont, ce n’est pas un objet manufacturé, mais vous saisissez l’idée. Une œuvre d’art collectif, mais une œuvre d’art quand même. Ce qui était génial, c’est que lui-même faisait partie des créateurs ! Ben oui : ne serait-ce que parce qu’il y a grimpé pour fêter son bac, mais aussi parce qu’il s’y est marié, qu’il y a planté des fleurs qui ont transformé l’édifice en orgue à vent, il a effectivement mis la main à la pâte. Il était donc légitime pour en déclarer la paternité.

« Mais il n’a pas voulu s’arroger toute la gloire. Si vous le connaissiez, vous sauriez que ce n’est pas du tout dans son caractère. Pas du tout : toujours réservé, modeste. Il n’a pas toujours été comme ça : quand il était gamin, il faisait de ces colères ! Il avait du mal à gérer sa frustration. Il a bien changé depuis.

« Dans sa déclaration, il a listé tous ceux qui avaient participé, plus ou moins volontairement, de près ou de loin, à l’affaire. En vrac : le Président de région, son beau-frère, et même son ex-femme, les architectes du pont, ses anciens camarades du lycée du lycée, les ingénieurs télécom, les militaires, les gens d’Hollywood, les chimistes de l’usine de peinture et le chauffeur, les circassiens, les artificiers, les musiciens, les gangsters et les dealers… bref, tout le monde. Et même moi ! Je n’en demandais pas tant. Ça fait un paquet d’auteurs ! Et une tripotée d’ayant-droits. Le type qui a enregistré la demande n’avait jamais vu ça : non seulement un collectif d’artistes aussi nombreux, mais aussi très large dans le temps : certains des soi-disant créateurs sont morts avant la naissance des suivants. Le seul précédent, nous a-t-il dit, c’étaient les cathédrales. Et encore : dans le cas des cathédrales, tout le monde savait à peu près à quoi il contribuait et pourquoi…

« Pour nous, l’idée était que personne ne vienne se plaindre pour vol de cette « œuvre de l’esprit », quand bien même ce serait plutôt une « œuvre du hasard », si vous me demandez mon avis. Il fallait mettre toutes les chances de notre côté pour éviter l’invalidation de la déclaration et l’annulation de la protection qu’elle est censée garantir.

« Le plus génial, c’est que personne n’y a trouvé rien à redire. Étonnant, non ?

« Alors, bien sûr, il y a eu des questions sur la répartition des royalties, s’il devait y en avoir un jour, mais comme personne n’a jamais songé à faire payer quiconque pour voir la pile du pont, et que j’imagine mal quelqu’un voulant racheter la chose pour la mettre dans son salon… Quant aux photos, et bien… tant pis ! On a décidé que tous les droits, s’il y en a, seront reversés à l’hôpital de ma bru, et puis c’est très bien comme ça. »

Fiction publiée sur www.inacheve.net

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal — Libertés publiques
« Une gestion exclusivement policière de la crise sanitaire »
« La logique aurait voulu que les autorités adoptent une approche sanitaire et sociale » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, pointe la professeure de droit public Diane Roman, qui regrette que, « désormais, tout se résolve en termes de mesures policières ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS