Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 sept. 2020

Art Contemporain — Chapitre 35

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Depuis qu’on a gagné, tout le monde se désintéresse de la question. Même mon fils qui est bien occupé à autre chose. Alors, comme je vous le disais, il n’y a plus que moi et le Père Goriot, qui joue les ermites dans les gorges. Et encore : le Père Goriot n’est même pas venu récupérer son vieux kayak qui traine encore là et qui ne ressemble plus à rien. J’ai bien envie de le bazarder à sa place. Ça viendra sans doute. Les autres ont tout laissé en plan.

 « Donc oui, vous aviez raison. D’un certain point de vue : c’est bien une œuvre d’art. Pas depuis très longtemps, mais tout de même. D’ailleurs, j’ai bizarrement toujours du mal à me faire à cette idée. Ce serait une œuvre d’art uniquement parce qu’on l’a décidé ? Alors que ce n’était pas précisément conçu pour ? Une œuvre d’art au milieu de nulle part, sans vrai créateur, et sans public non plus. Une œuvre d’art à l’abandon.

« Une œuvre d’art inachevée, aussi. À moins qu’elle ne soit achevée justement parce qu’on a décidé qu’elle était œuvre d’art. Un peu arbitrairement. On la fige comme ça, dans son jus. On se dit que ça y est. Et ce n’est pas comme si on pouvait remettre l’ouvrage sur le métier. D’ailleurs, qui pourrait le faire ? Ceux qui sont inscrits sur la déclaration ? Ou d’autres — et en ce cas, faudra-t-il changer la déclaration ?

« En vérité, il n’y a plus que le temps qui pourra faire son œuvre à présent. Le temps et les éléments. Ça me rend un peu triste. Et pourtant j’aime les marques du temps qui se posent sur les objets. J’ai toujours aimé. Ma montre, par exemple. Voyez : elle a au moins 60 ans ! Toujours la même. Elle ne quitte pas mon poignet, à part pour me laver et dormir. J’en aime chaque rayure, chaque éclat dans le verre, chaque ride, chaque accident.

« Même chose pour la pile de pont : j’en aime chaque détail, chaque défaut, chaque anfractuosité, même et surtout celles dont je ne connais pas l’origine. Celles que je remarque alors que je croyais la connaître par cœur. Ou les nouvelles, qui apparaissent mais qui disparaitront sans doute, ou se fondront bientôt dans la masse : fientes d’oiseau, coulées humides…

« J’avoue, je ne m’y attendais pas : j’étais tellement concentré sur sa protection à tout prix, contre toute destruction, je ne me rendais pas compte que cela revenait aussi à la momifier, à la pétrifier, à la tuer, presque.

« Et si on veut faire revenir un cirque ou un orchestre ? En aura-t-on le droit ?

« Et que se passera-t-il la foudre tombe à nouveau sur elle ? S’il y a un nouvel incendie ? Je sais, je vous vois venir : il n’y a plus rien à brûler, mais ça peut être autre chose : un tremblement de terre ? Un accident d’avion ? Qui sait ?

« Qu’arrivera-t-il alors ? Y aura-t-il un imbécile pour vouloir la restaurer ? et alors, comment ? Dans quel état, à quelle époque ?

« En faire une œuvre d’art, c’était signer son arrêt de mort. C’était en faire son tombeau. S’il ne peut plus rien lui arriver, elle cesse de vivre. C’est la fin. La fin de la pile du pont. Ou tout comme.

« Autant la dynamiter. »

Fiction publiée sur www.inacheve.net

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette