Sebastião Salgado, l'engagement d'une vie

Je me fais l'écho d'un article consacré à la "nouvelle vie" de Sebastião Salgado, dans le magazine Géo du mois de juillet.

Je me fais l'écho d'un article consacré à la "nouvelle vie" de Sebastião Salgado, dans le magazine Géo du mois de juillet.

 

 

Sebastião Salgado, l'un des photographes les plus engagés de ces dernières décennies, par ses travaux sur la condition des sans-terre, des mineurs d'or, ou encore des déplacements de population a fondé en 1999 avec son épouse l'Instituto Terra pour replanter une partie de la mata atlantica.

 

La mata atlantica est la forêt primaire, qui, à l'arrivée des premiers Européens, couvrait 1.3 M km² , soit 15% du territoire brésilien (plus de deux fois la France).

 

mdp1.jpg

"Héritière" de la forêt amazonienne, elle s'étendait sur le littoral, de l'actuel Rio Grande do Norte au Rio Grande do Sul, soit sur l'ensemble du Sud et de l'Est du brésil. Aujourd'hui, il n'en reste que 7% disséminés le long des côtes. La forêt compte au moins 454 espèces d'arbres, plus d'un 1.6 millions d'espèces animales, et 2% des epèces de mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens de la planète.

 

 

 

L'objectif initial du couple Salgado était de reboiser la propriété familiale dont Sebastião avait hérité de son père, et qui, auparavant, servait à l'agriculture intensive. Néophytes en la matière, ils se sont lancés à l'assaut de la tâche monumentale, avec des succès et des défaites, mais une grande détermination et des soutiens divers et variés. Désormais, L'Instituto terra contribue à la formation technique des agriculteurs, mais offre aussi un centre d'initiation pour les enfants, des stages pour les étudiants, et des emplois : une soixantaine sur le domaine. L'institut, fort de son million d'arbres plantés, de ses 600.000 plants produits chaque année, est devenue une véritable référence dans la région.

 

 

 

Bien sûr, cela n'empêche pas la forêt amazonienne de se faire piller un peu plus chaque jour, et cela ne restaurera pas la mata atlantica dans son intégralité, mais c'est un exemple d'espoir et d'optimisme, un message au monde affirmant qu'une autre voie, une autre façon de faire est possible, et que les mentalités peuvent changer, si on les pousse dans le bon sens. Et c'est déja pas mal...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.