Moi jsuis con, Home, j'ai bien aimé...

Ben oui, je me sens un peu seul ici, ou presque. Moi, ça m'a plu, Home... J'ai trouvé ça beau. Je ne parle pas des commentaires, mais des images... Et puis, j'ai trouvé ça bien, aussi. En couillon de base que je suis, je me dis que finalement, la biographie du type n'est importante que quand on veut bien la regarder, hein.

Ben oui, je me sens un peu seul ici, ou presque. Moi, ça m'a plu, Home... J'ai trouvé ça beau. Je ne parle pas des commentaires, mais des images... Et puis, j'ai trouvé ça bien, aussi. En couillon de base que je suis, je me dis que finalement, la biographie du type n'est importante que quand on veut bien la regarder, hein.

Arthus-Bertrand, il est vendu à Pinault et Besson, bouh!!! Vilain garçon !!!!

Et alors ? Dali, il était bien vendu à Franco, ça n'empêche pas qu'il soit unanimement considéré comme un artiste.

 

J'ai parfois un peu de mal à comprendre cette catégorisation des individus médiatiques et/ou célèbres : On dirait qu'ils doivent toujours ne penser qu'aux autres, qu'eux n'ont pas le droit de penser un peu à eux. Ils n'ont pas le droit non plus de prendre conscience de certains problèmes un peu tard, sinon ce sont des arrivistes qui surfent sur la vague... Ils n'ont pas le droit de se tromper, de changer d'avis, d'essayer de faire bouger les choses à leur manière, avec leur réseau et leurs contacts, de la façon qui leur semble appropriée.

Alors bien sûr, on va me prendre pour un lapin de 6 semaines, mais je me dis quand même que parfois, même les gens riches et célèbres peuvent ressentir des émotions, être juste touchés par un sujet, par une image, par, par, par... n'importe quoi en fait, n'importe quoi qui puisse un jour toucher l'être humain en eux (si, si, il parait que certains font partie de la même espèce que nous !!!!).

L'homme médiatique -tiens, comme la chanson de Noir Désir, le groupe de rock que tout le monde trouvait génial avant l'événement tragique de Vilnius-, l'homme médiatique, disais-je, me donne la sensation de faire fantasmer quant à son pouvoir supposé. Sa médiatisation le pousse à être perçu comme un être surnaturel qui doit faire les choses dans le bon timing, bien comme il faut, avec l'ensemble de ses pouvoirs. Sinon, ce n'est qu'un sale petit profiteur qui nous manipule pour faire son beurre.

 

Je ne dis pas, les commentaires étaient clairement un peu plan-plan. Oui, pour la plupart des gens qui s'intéressent un temps soit peu à la chose écologique, à l'actualité, toussa toussa.

Pourtant, je me dis aussi que ce film, par la multiplicité de diffusion à travers le monde, à des heures de "grande écoute", peut engendrer le début du commencement de la germination de l'idée que peut-être on peut essayer de faire quelque chose avant qu'ils ne soit trop tard. Je ne parle pas forcément de toi, ami lecteur, toi qui déja est durablement développé... Encore que, parfois, une petite piqure de rappel ne fasse pas de mal du côté de la motivation, quand on se tape les 5 étages de son immeuble chargé des 25 sacs de tri différents chaque semaine. Non, je parle de tous ces gens dans le monde, pour qui la lutte contre la déforestation, le manger bio, le développement durable et autres réductions d'empreinte carbone passe - les salauds - après leurs besoins primaires.

 

Pour tous ces gens, qui ne sont pas sensibilisés au quotidien à ces sujets (c'est vrai que nous Français avons bien des leçons à donner sur l'écologie, vu le retard accumulé sur nos voisins d'Europe du Nord), j'ai la sensation que c'est aussi ouvrir une porte sur le monde, ouvrir une porte sur des façons alternatives d'exister, de traiter la planète, alors que pour certains d'entre eux, c'est nous qui avons rompu leurs liens ancestraux avec la terre nourricière en leur apportant le confort suprême de la civilisation.

 

Alors oui, YAB, et son film, sont peut-être bien financés par le grand satan capitaliste, je pense qu'il n'y a que ceux qui n'ont jamais pêché la baleine qui peuvent lui lancer la première pierre pour avoir essayé de faire quelque chose. Bien sûr, il est de bon ton d'être blasé de l'infâme récupération de l'écologie par la société de consommation - que ce soit YAB, ou les constructeurs de voitures qui n'émettent QUE 120g de CO2 par km (pas vu de billet là-dessus encore, c'est pas assez médiatique ?) -, sauf que là, l'enjeu est quand même foutrement plus important que de savoir si on est manipulés, pas manipulés, utilisés, pas utilisés, récupérés, pas récupérés, recyclés, etc.

 

Alors, franchement, autant prendre le problème à l'envers et se dire que c'est parce que les gens ont entendu les ayatollahs télévisés de l'écologie comme YAB ou Nicolas Hulot, que c'est parce qu'ils se sont un jour entendu dire que si on continue comme ça, on va dans le mur, et peu importe qui le leur disait, que la "société de consommation" a évolué, que la prise de conscience a modifié et/ou modifie nos habitudes de consommation, que les vendeurs ont du s'adapter et proposer des produits plus écologiques et le marketing qui va avec. Dans l'offre et la demande, il y a aussi la demande, et la publicité ne fera jamais vraiment de nous uniquement des braves moutons. Nous avons le pouvoir d'influer sur l'offre, et, quoi qu'on en dise, si Home n'avait planté ne serait-ce qu'une graine de prise de conscience chez une seule personne, ce serait déja une victoire pour la planète.

 

Quant aux lapideurs irréprochables, faites-vous plaisir, l'huile de coude n'émet pas de CO2, quelle que soit la quantité de pierres lancées...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.