Turquie : Un référendum sous haute tension

Malgré une campagne violente de l’AKP, l’issue de la consultation du 16 avril visant à renforcer les pouvoirs d’Erdogan est plus incertaine que prévu. Reportage dans les rues d’Istanbul.

Dans un café du quartier populaire de Sirinevler, à Istanbul, Mert, la vingtaine, choisit ses mots avec précaution. Ses convictions politiques sont loin de faire l’unanimité dans cet arrondissement conservateur acquis au Parti de la justice et du développement (AKP) du président Recep Tayyip Erdogan. « Au référendum, je vais voter contre Erdogan », souffle-t-il. Kurde, originaire du sud-est du pays, Mert vivote grâce à un emploi dans un bureau de change. Rien ne trouve grâce à ses yeux chez le président actuel. Le serveur est tout aussi catégorique, mais en faveur du chef de l’État, « Si Erdogan gagne, nous serons plus forts, tout ira mieux », affirme-t-il. 

Le 16 avril, 56 millions de Turcs sont appelés à se prononcer par référendum sur une réforme constitutionnelle. Précisément, 18 articles renforçant substantiellement les pouvoirs du chef de l’État, l’autorisant entre autres à gouverner par décret-loi, au risque de gommer toute séparation des pouvoirs. « Cette réforme institutionnalise les pouvoirs qu’Erdogan possède déjà depuis l’instauration de l’état d’urgence après le coup d’État manqué de juillet dernier », résume Bayram Balci, chercheur au Ceri-Sciences Po, à Paris. Pour Mert, ce référendum n’offre pas de bonnes options : " Quoi qu'on vote, le résultat sera le même. " 

 


 

Lire la suite sur Politis

https://www.politis.fr/articles/2017/04/turquie-un-referendum-sous-haute-tension-36689/

Update - Les partisans du "Evet", à savoir en faveur de la réforme constitutionnelle ont officiellement remporté la consultation avec un peu plus de 51% des voix. L'opposition dénonce des fraudes et demande l'annulation du référendum. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.