Özakça libéré, Gülmen reste en prison

Les proches des deux enseignants en grève de la faim ne masquent pas leur dépit après la décision rendue vendredi par la justice turque. L’inquiétude est grande pour l’état de santé de Nuriye Gülmen.

Les mines étaient déconfites à la sortie de la prison de Sincan, non loin d’Ankara, ce vendredi 20 octobre. S’y déroulait la troisième audience du procès de Nuriye Gülmen, Semih Ozakça et Acun Karadag, tous les trois accusés d’appartenir au DHKP-C, une organisation terroriste marxiste-léniniste et d’en faire la propagande. Le juge a décidé de libérer Semih, qui sera assigné à résidence, mais de maintenir en détention Nuriye jusqu’à une prochaine audience à la mi-novembre. Tous deux en sont à leur 225e jour de grève de la faim. Leur proches et soutiens craignent que Nuriye ne survive pas à ce nouveau report.


Lire la suite sur Le Courrier

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.