Heureux avec un chèque sans provision

Le cheque sans  provision vous apporte son bonheur

On  essaie de faire  un  petit raisonnement d’Economie ? .  Le budget moyen annuel de la  France comprend  aujourd’hui 45 milliards d’intérêts à payer  aux banques, et cela chaque chaque année  et chaque année   on a en plus  environ  80 milliards  à emprunter  pour  financer le déficit de l’Etat.   Voilà le programme. Admettons qu’on ait le choix entre 2 systèmes.  Celui  d’aujourd’hui, avec emprunt aux banques, monnaie unique,  peu d’inflation, notation bancaire pour pouvoir emprunter,  plus ou moins cher. Et celui  d’hier,  planche à billet, inflation, dévaluation,  sans endettement.

On va essayer de comparer les 2 systèmes, l’AV et l’AC.   Lors de l’AV  il y avait une  inflation forte et des dévaluations  assez fréquentes. 80 milliards   à financer,  c’était pas compliqué. On téléphonait  à la Banque de France qui  les livrait sur un plateau, entre 2 croissants.  Hormis les frais de papiers,  les frais du livreur et ceux de la soubrette, c’était gratuit.  Le déficit n’était  jamais un  problème immédiat. On avait besoin de  monnaie, elle arrivait. On  augmentait la masse monétaire  en cours,  billets, obligations et autres.  Mais de combien est la masse monétaire aujourd'hui ? C’est un chiffre qu’on ne voit  plus. Avant c’était équivalent  au stock d’or. Mais aujourd’hui l’or a fondu  et il s’est fait la valise.  Les Etats Unis  en  ont  même 8 000 tonnes dans les couloirs !

Ensuite, l’or ayant été fumé,   on a dit  qu’il fallait pouvoir acheter avec la masse monétaire  une année de revenu . A 15 000  E par an  pour la France,  60 millions d’habitants,    on en a certainement  pour 1 000 milliards d’euros de masse monétaire. C’est l’ordre de grandeur  qu’on va retenir. Donc cette année  on aurait ajouté gratuitement  80 milliards  à nos mille milliards de masse monétaire.  Soit  une augmentation de  8% de la masse monétaire et cela gratuit et sans intérêts. Et par rapport  à aujourd’hui  (l’AC) on aurait déjà économisé au total  125  Milliards, les  80 milliards du déficit et les 45 Milliards d’intérêt. Avec des  comptes publics sains, sans déficit,…..Le Nirvana quoi !

Bien sur  le fumet du Nirvana arrivait aux narines de l’émir du pétrole. Il voyait  bien qu’il se faisait berner de quelques billets. Il en voulait 10% de  plus.  Il fallait dévaluer de 10%  pour qu’il soit content.   Et  on achetait nos  importations 10%  plus cher.   Sur nos 500 milliards  d’importations d’aujourd’hui  on aurait donc payer  50  milliards en plus.  On ne gagnerait  plus que 75 Milliards ! 125 milliards moins les 50 milliards,  soit 75 milliards. On serait riche ! Et en plus nos prix à l’exportation auraient baissé de 10%.  On regagnerait donc  20% de vente en plus sur les  500 Milliards  qu’on  exporte. On aurait donc 100 Milliards de plus dans notre PNB. Au total  on aurait gagné    175 milliards. 2 fois le déficit de  80 milliards de l’Etat. Arrêtez ! Des Euros il en tombe de partout.  Plus l’Etat a du déficit et plus on gagne. Evidemment  il y avait quelques limites installées pour ne pas énerver  l'émir. Le total du tirage effectué à la planche à billets était  limité  à quelques dizaines de milliards,  20,30, 40.... Mais la Banque Centrale  pouvait faire des avances avec ou sans intérêts évidemment. L'Etat émettait des bons du trésor anonymes.  L'Etat soignait le citoyen.  Il organisait  le "black" au lieu de le poursuivre !  On en  parle à Cahuzac ?

 Alfred  Sauvy appelait cela le « chèque sans provision qui rend tout le monde heureux ». L’Etat  faisait un chèque sans provision  et nous étions riches ! Aujourd’hui il fait un petit chèque et nous sommes ruinés.

Vous ne voulez pas les réveiller !  Qu’ils regardent  dans le bon sens.  Sinon  on  ne verra jamais Ali Baba et les 40 voleurs  nous  su…..ront jusqu’au bout et CRJ  ne s’en remettra pas. Quel  système choisissez vous  l’AV ou l’AC ?

C’était le monde  économique  vu  par l’oncle Jerlau !   Dites  à Nicolas Doze qu’il en fasse  un tiré à part.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.