jerome baschet
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2019

Honte à vous, Monsieur le Maire de Commercy

Vous avez envoyé tracteurs et forces de l'ordre pour détruire la «cabane de la solidarité» que les Gilets jaunes avaient érigée au centre de la ville. Un lieu fourmillant d'initiatives où des habitants venus de tous horizons s'employaient à restaurer, dans le respect de leurs différences, une fraternité vraie, retrouvant l'art de s'écouter et le goût de faire ensemble.

jerome baschet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous venez d'envoyer, ce mercredi 13 mars, tracteurs et forces de l'ordre pour détruire la « Cabane de la solidarité » que les Gilets Jaunes avaient érigée sur la Place Charles-De-Gaulle, au centre de la ville. Leur ayant rendu visite il y a quelques jours à peine, je peux attester que la cabane n'entravait en rien la circulation, ne gênait aucun commerce ni n'empiétait sur nul monument ou édifice public.

Je veux surtout témoigner du fait que la Cabane de la solidarité était un lieu fourmillant d'initiatives où des habitants venus de tous horizons s'employaient à restaurer, dans le respect de leurs différences, une fraternité vraie, et retrouvaient l'art de s'écouter et le goût de faire ensemble. S'y tenaient trois Assemblées par semaine, ouvertes à tous, à l'ordre du jour foisonnant et où, effectivement, les participants n'avaient pas besoin que quelqu'un leur donne le micro pour réguler leur parole et construire une intelligence collective des situations.

Depuis plusieurs semaines, les Gilets Jaunes avaient entrepris une consultation des habitants de Commercy, une sorte de RIC local, leur demandant notamment s'ils étaient pour ou contre le maintien de la cabane. Une lourde tâche de porte-à-porte, suivie par une journée de vote, le dimanche 10 mars, a permis de recueillir 574 votes (pour environ 3500 inscrits à Commercy), ce qui est loin d'être négligeable. Le résultat a été de 534 votes pour le maintien de la cabane.

Et c'est trois jours seulement après cette démonstration du goût des Gilets Jaunes pour l'exercice démocratique (certes sans légalité, mais non sans légitimité) que vous avez décidé de mettre à bas la modeste cabane où les résultats de ce RIC local avaient été soigneusement dépouillés et proclamés.

Il est vrai que vous aviez annoncé la couleur en déclarant, non sans aplomb : « ce n'est pas aux Commerciens de décider ». Depuis on vous imagine, trônant dans votre château municipal et proclamant, tel un Louis XIV aux petits pieds : « La Commune, c'est moi ».

Vous incarnez ainsi à la perfection le despotisme démocratique en quoi s'est transformée une démocratie représentative exsangue contre laquelle les Gilets Jaunes se sont soulevés partout et à tous les niveaux. Et vous montrez sans détour la vraie nature de l'actuelle démocratie : nous avons le droit de choisir nos élus, mais à condition, après cela, que chacun reste chez soi ; et si d'aventure, l'air du temps aidant, on nous accorde une dose de participation, les règles doivent en être fixées par ceux d'en haut. Pas question de tenter par nous mêmes de créer quelque espace démocratique que ce soit. Il en va d'ailleurs de même du Grand Débat, dont le but premier est que tout le monde rentre à la maison, revienne à cette atomisation individuelle que les Gilets Jaunes sont si fiers d'avoir rompu, afin que, depuis cette morne réalité, la routine d'une démocratie qui dépossède le peuple de sa souveraineté puisse reprendre.

Grâce à votre geste, Monsieur le Maire (et vous semblez avoir pris plaisir à contribuer personnellement à la destruction de la cabane), vous vous êtes affirmé comme l'incarnation d'une classe politique repliée sur ses privilèges, qui a peur de toute expression populaire réelle. Et ce, jusqu'à l'absurde de vous en prendre à un bâtiment inoffensif et à l'expérimentation politique pacifique de certains de vos concitoyens, qui ont fait davantage pour la réputation de votre ville que les ducs de Lorraine et les madeleines réunis, car sachez qu'aujourd'hui c'est grâce aux Appels des Gilets Jaunes que Commercy est connu aux quatre coins du monde.

Mais, au fond, on ne peut pas vous donner tort. Vous avez bien raison de craindre l'expression d'une démocratie réelle, qui se construit par en bas et en appelle à la multiplication des Assemblées populaires. Vous faites bien, parce qu'à mesure que ce mouvement ira croissant, il démontrera la nuisible inutilité de la classe politique à laquelle vous appartenez.

Jérôme Baschet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie