Recueillement

Nous venons de vivre une attaque massive terroriste comme de nombreux pays l'ont déjà connue avant nous, en Espagne, en Inde, en Turquie, au Liban et bien sûr dans les pays en guerre civile. La menace est là, invisible, lâche, prête à viser les plus faibles, s'adaptant aux dispositifs policiers et militaires. Dans ces moments, il ne faut pas paniquer. Au contraire, il faut être prudent mais surtout retisser les liens ou les consolider avec ses proches, ses voisin-es, tout son entourage professionnel, de quartier... Ne pas s'isoler mais isoler la menace aveugle pour ne pas sombrer dans le tout sécuritaire qui est toujours impuissant face à la folie humaine. Nous sommes sans doute entrés dans une longue période trouble.

Le moment est au recueillement mais après il faudra revenir sur les origines de tout cela, sortir des simplifications et des hypocrisies, faire appel à la raison et non aux sofismes.

Pour finir, rappelons les mots de Jens Stoltenberg, Premier ministre norvégien, le 22 juillet 2011, après le massacre d'Utoya et d'Oslo:

" J'ai un message pour celui qui nous a attaqué et pour ceux qui sont derrière tout ça: vous  ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur.
Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d'ouverture et de tolérance"

Toutes mes condoléances à celles et ceux qui ont perdu une personne ptoche.

Jérôme

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.