J Houmous
Droit des animaux - Militantisme - Articles - Humour végan
Abonné·e de Mediapart

405 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2015

Qui sème l'impérialisme récolte le terrorisme

J Houmous
Droit des animaux - Militantisme - Articles - Humour végan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Presque un an après les attentats de Charlie hebdo, c'est reparti pour un tour d'hystérie collective. Entre les tartufferies médiatico-politiques ("on a atteint des sommets dans l'horreur", "une porte s'est ouverte sur l'enfer" ...) et l'idiotie collective ("ca y est c'est la guerre", "même pas peur", "la France a été touchée parce que c'est le pays des droits de l'homme" ...), beaucoup devraient redescendre sur terre et essayer de s'imposer un minimum de réflexion et d'honnêteté. Oui, les attentats sont une horreur et les victimes méritent notre empathie ; mais non, la France n'a pas été touchée par hasard, ni même vraiment par surprise. Des victimes de Charlie Hebdo en Janvier dernier aux attentats déjoués depuis (dans le Thalys, contre les églises du Val de marne), il est clair depuis un moment que la France est devenue l'une des cibles privilégiée du terrorisme Islamique. Considéré comme l'un des plus grands spécialistes de la question, le juge anti-terroriste Marc Trévidic déclarait d'ailleurs il y a peu que "le pire est devant nous" et que "les Français vont devoir s'habituer non à la menace des attentats, mais à la réalité des attentats". Et pendant que le même juge dénonçait le manque criant de moyens alloué à la prévention de la menace terroriste en France ("On fait donc le strict minimum ... au risque de passer à côté de graves menaces"), que faisaient nos gouvernants ? Ils Jouaient les gros bras face à Assad et son allié Poutine.

Alors que la politique d'ingérence occidentale s'est révélée mortifère en Afghanistan, en Irak ou encore en Libye (repli ethnique ou confessionnel, affrontements civils, règne des bandes armées, nouveaux foyers de terrorisme), la France est depuis 2011 le pays le plus va-t-en-guerre contre le régime Syrien. Bachar el Assad est certes un dictateur, mais depuis quand les dictateurs dérangent nos gouvernants ? La France n'a-t-elle pas soutenue Ben Ali lors de la révolution Tunisienne en 2010-2011 ? La France ne reçoit-elle pas régulièrement en grandes pompes tout un tas de dictateurs Africains (Idriss Deby, Denis Sassou N'Guesso, Paul Biya ...). Difficile donc de mettre l'obsession de déboulonner Assad sur le compte de l'humanitaire ou de la liberté. Difficile d'accepter dans le même temps que notre pays s'acoquine avec les pires tyrannies du golfe (vente d'armes à l'Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis, financements provenant du Qatar ...) ... tyrannies qui sont d'ailleurs beaucoup plus hostiles aux pays du croissant Chiite (Iran, Syrie, Hezbollah Libanais) qu'aux groupes djihadistes (Sunnites). Depuis peu, la France a fait de Daech son pire ennemi ; pourtant, il n'y a pas si longtemps, notre ministre des affaires étrangères se félicitait des progrès en Syrie d'un autre grand mouvement djihadiste : "Al Nosra (filiale d'Al Qaïda, ndr) fait du bon boulot". N'est-ce pas le signe d'une politique étrangère absurde ? C'est ce que les récents attentats djihadistes (qui ont visé tour à tour la Russie, le Hezbollah Libanais et la France) semblent indiquer ...

En Syrie comme en Libye, nos gouvernants n'ont pas seulement commis une faute morale, ils ont aussi fait preuve d'une grande incompétence. Dans les deux pays, il était largement prévisible que la déstabilisation des régimes en place cède la place au chaos. D'abord, il faut se rappeler que la plupart des frontières au Moyen-orient et en Afrique sont récentes et artificielles (conférence de Berlin pour le partage Européen de l'Afrique en 1884, accords de Sykes-Picot pour le partage Franco-Anglais du Moyen-orient en 1916) ; ces pays comptent de nombreuses minorités (ethniques et/ou confessionnelles) ce qui n'en fait pas le terreau idéal pour l'installation d'une démocratie (à fortiori à court terme et par la violence). Ensuite, force est de constater que nos dirigeants n'ont tiré aucune leçon des erreurs passées. Que s'est-il passé en Libye ? En voulant armer les rebelles, on a surtout armé les djihadistes et donc participé à l'essor du terrorisme international (c'est d'ailleurs pour cette raison qu'on est ensuite reparti en guerre au Mali). Et qu'a-t-on fait en Syrie ? La même chose. Si la France avait vraiment voulue débarrasser ces pays du joug de la dictature, elle aurait poussé à la négociation (mise en place de nouvelles élections, sortie/amnistie du pouvoir en place ...) au lieu d'instrumentaliser le mécontentement populaire et d'attiser la guerre civile. En hurlant sur tous les toits que "le dictateur devra payer pour ses crimes", quel choix lui a-t-on laissé autre que celui de mener une guerre jusqu'au-boutiste ? Aucun. Dès lors, il ne nous restait plus qu'à choisir les groupes d'opposition à armer et espérer ainsi maîtriser l'issue du conflit (émergence d'un régime ami). Sauf que ... raté, ce sont encore les djihadistes qui ont pris le dessus.

En partant en guerre contre Daech, la France a donc joué les pompiers pyromanes. Qu'il est drôle l'exécutif Français de réclamer aujourd'hui l'union nationale alors que les récents attentats ne sont que la conséquence de sa politique étrangère impérialiste. Hollande et Fabius se sont-ils souciés de l'opinion nationale avant de partir faire les cowboys en Syrie ? Bien évidemment, cette union nationale n'est rien d'autre qu'une tentative de mise au pas, une manière de dire : "si vous ne nous soutenez pas, c'est que vous êtes du côté des terroristes". Personnellement, je ne signerai pas le chèque en blanc de cette politique étrangère belliciste, je ne me replierai pas dans un nationalisme rétrograde du style "mon dieu, on nous a attaqué, nous les Français" (les autres on s'en fout) et je ne me tapisserai pas la figure en bleu-blanc-rouge comme un petit soldat du système. Je suis du côté de toutes les victimes du monde, celles de Daech mais aussi celles (bien plus nombreuses) des USA, de la France et d'Israël. Qui pleure les centaines de milliers de civils tués en Irak, en Libye, en Syrie, etc. ces dernières années ? Pour terminer, voici l’extrait d’un texte d'Howard Zinn qui me semble particulièrement bien résumer l'origine du mal : "La désobéissance civile n'est pas notre problème. Notre problème c'est l'obéissance civile. Notre problème, ce sont les gens qui obéissent aux diktats imposés par les dirigeants de leurs gouvernements et qui ont donc soutenu des guerres. Des millions de personnes ont été tuées à cause de cette obéissance. Notre problème, c'est l'obéissance des gens quand la pauvreté, la famine, la stupidité, la guerre et la cruauté ravagent le monde. Notre problème, c'est que les gens soient obéissants alors que les prisons sont pleines de petits voleurs et que les plus grands bandits sont à la tête du pays. C'est ça notre problème".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat