Un groupe vend un single à son "vrai" prix : 3.700 euros

Qui, en achetant un single à 0,99 euros sur internet, s’est déjà demandé combien en réalité cette œuvre avait coûté à concevoir, produire, enregistrer, éventuellement graver… ?

Gaggle, un groupe vocal britannique composé 22 chanteuses, s’est posé la question, et s’est servi de la réponse pour déterminer le prix de vente de son nouveau single intitulé « The Power of Money » : à savoir la modique somme 3.700 euros.

Il faut préciser que ce prix reflète le statut de groupe indépendant de Gaggle, et la faiblesse de ses ventes. Mais la démarche est avant tout militante, un coup de gueule contre le marché du disque renvoyant dos à dos industrie du divertissement et consommateurs, comme l'explique un communiqué livré avec le morceau:

« Que signifie pour vous l’argent ? Comment évaluez-vous les choses auxquelles vous tenez ? L’argent vaut-il ce qu’il mesure ? Cette chanson est précieuse. Et pourtant, aujourd’hui, on nous dit qu’un single ne vaut quasiment rien. Et ça nous fait chier. Nous avons donc calculé notre budget en fonction de ce que ce single a « coûté ». Les nombreuses heures qu’il a fallu pour l’écrire, l’arranger, composer, le matricer ; l’expertise des musiciens, des techniciens, des designers, des producteurs impliqués ; tout l’argent, le temps, l’énergie, l’amour, les discussions qui ont été nécessaires pour que tout arrive. Et cela donne une VALEUR. »

Peu de chance pour que Gaggle vende beaucoup de ce single dont le clip est d’ailleurs diffusé sur You Tube (voir ci-dessous). Mais l’objectif de ce groupe, féministe engagé, est atteint. Leur initiative a déjà été relayée par le très influent NME et « The Power of Money » s’est retrouvé en tête de la sélection hebdomadaire du Guardian. L’album dont est tiré le single, « From The Mouth Of The Cave » est lui sorti en juin 2012. Il est écoutable, gratuitement, sur SoundCloud.

Gaggle - Power Of Money (Official Video) © TVGaggle

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.