Migrations, surveillance, big data et algorithmes

Le mois dernier, se tenait à Berlin la conférence annuelle de la Berliner Gazette intitulée « TACIT FUTURES ». Durant trois jours, journalistes, codeurs, hacktivistes, artistes… étaient invités à travailler sur les concepts de mouvement, de flux à la fois de personnes de biens ou d’argent, à l’heure du big data et des algorithmes prédictifs.

La Berliner Gazette n’est pas un journal comme les autres. Historiquement, elle est tout d’abord sans doute l’un des tout premiers médias numériques allemands. C’est en 1999, qu'elle est pour la première fois diffusée, sous la forme d’une newsletter hebdomadaire en allemand d’analyses et de réflexions sur les enjeux sociétaux, culturels, philosophiques de notre époque. En 2002, elle ouvre son site internet tout en conservant sa newsletter et sa ligne éditoriale. Au cœur de la vie culturelle berlinoise, la Berliner Gazette est très impliquée dans le débat public. Devenue une association en 2005, elle participe à de nombreuses manifestations, conférences, ateliers ou débats publics qu’elle organise ou dont elle rend compte dans ses pages.

Chaque année notamment, à la fin du mois d’octobre, la Berliner Gazette organise sa « conférence annuelle » et convie des journalistes, codeurs, universitaires, hackers, activistes, artistes à se réunir pour réfléchir durant trois jours sur une problématique faisant écho à l’actualité. L’édition 2015 par exemple, baptisée « UN COMMONS » était consacrée aux « communs ». Pour la conférence de cette année, intitulée « TACIT FUTURES », les participants étaient invités du 27 au 29 octobre à travailler sur les concepts de frontières, de mouvement, de flux à la fois de personnes de biens ou d’argent, à l’heure du big data et des algorithmes prédictifs.

Répartis en cinq ateliers, les participants avaient donc un peu moins de trois jours pour créer un contenu de leur choix (articles, vidéos, applications, jeux…) dans le cadre d’une sous-problématique pré-défini. Un des groupes (dont faisait partie l’auteur de ces lignes) s’est intéressé au déplacement des migrants à travers l’histoire de Hamed, un réfugié afghan ayant rejoint l’Allemagne via la Grèce, racontée par des textes et vidéos et par une carte interactive de son périple.

Un autre atelier a tenté de retracer les infrastructures techniques rencontrées par les migrants durant leur voyage de l’Afrique vers l’Europe, que ce soient celles qu’ils doivent éviter (dispositifs de contrôles et surveillances européens, drones…) ou celles qui peuvent les aider (lieux de rencontre et d’aide, réseaux wi-fi ouverts…). Un autre encore un initié un projet, qui sera poursuivi dans les mois à venir, visant à créer un Atlas des interactions entre flux financiers et frontières. L’ensemble des contenus produits a été publié sur le site de la Berliner Gazette sous licence Creative Commons.

Les ateliers étaient également rythmés ce plusieurs débats et conférences dont les enregistrements ont également été mis en ligne.

- L'intégralité des contenus sont disponible sur la page TACIT FUTURES.

- Une vidéo de présentation de la conférence.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.