jérôme leroy
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mars 2017

Bas les masques !

Quand la rue de Solférino et l’appareil du PS vont-ils soutenir Benoît Hamon ?

jérôme leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai pris ma carte à 50 ans au PS , la nation en péril,  pour lutter contre Sarkozy et contre Ségolène Royal. Celle-ci ayant emporté la primaire de 2007, j’ai loyalement fait campagne pour elle : réunions, tractages, collages, et même propositions. Alors que je soutenais Martine Aubry en 2011, j’ai fait de même pour François Hollande.  Quelques mois de sa présidence ont suffi. La réelle désillusion de la politique menée par François Hollande  m’a amené à me retirer du parti, même si je continue à assurer mon devoir de citoyen, assurant les tenues de scrutins électoraux, les bras manquant …

 Aujourd’hui, Benoît Hamon a été désigné comme le candidat du PS,  à l’issue de la primaire. J’ai naturellement rejoint mes amis du PS. Un souffle nouveau. Et puis , amitiés réelles malgré les divergences de vue . Tractages, discussions de café.. L’amitié.

  Mais, malgré tout, bas les masques.

 Le PS doit arrêter ce climat mortifère  et dénoncer ceux qui  par le plus grand cynisme et par calcul, Collomb, Caresche , Delanoë même partent avec armes et bagages vers Macron.  Le même qui a décrédibilisé la gauche , le même qui a été choisi par François Hollande , pour appliquer un programme diamétralement opposé à celui pour lequel il a été élu , par sa loi Macron, une négation même de ce que doit être la loi au sens constitutionnel du terme,  et par la loi travail . Le même qui incarne le libéralisme et l’alignement sur les puissances de la finance,  le même qui incarne le pouvoir de la finance.

 Arrêtons cette lobotomie politique. Arrêtons ce jeu où Sarkozy fait parler Jean Jaurès et rend obligatoire la lecture dans les écoles de la lettre de Guy Mocquet à ses parents. Arrêtons ce jeu où Hollande explique qu’il est finalement libéral , où Jérôme Cahuzac, alors ministre du budget explique  avec morgue – avant qu’il ne soit rattrapé par son évasion fiscale – que la réforme fiscale a été faite.

 Hamon a été choisi  à l’issue d’une primaire inventée par le PS. Hamon doit désormais être soutenu par ses membres. Il doit être libre et ne doit pas passer sous les fourches caudines d’un Sapin lui demandant de faire allégeance, ou d’un le Foll hésitant à se prononcer entre Macron et Hamon , à moins que ce dernier ne reconnaisse les formidables avancées de la présidence Hollande. Mais si la gauche en est là, si le pays en est là avec cette campagne hors de toute comparaison, avec un FN aux portes du pouvoir, la présidence de François Hollande n’a-t-elle aucune responsabilité dans cette décomposition avancée de la politique en France ?

 A perdre à gauche nous ne gagnerons rien à droite.

 De même, cher Benoît, bas les masques ! Révèle-toi tel que tu es et mets en avant les thèmes qui ont fait que tu as été choisi. C’est essentiellement parce que tu représentes un espoir nouveau pour cette gauche déçue que tu as été désigné.  Travail, chômage,retraite, grands travaux, logement,  réforme fiscale, Europe, politique extérieure, guerre à Daesh , garantie d’Etat aux banques mais à quelle conditions, répliques face à la finance… tous ces thèmes doivent être abordés.

 Bas les masques ! Il faut que le PS et le président de la République en finissent avec leurs jeux d’appareil, avec  un Cambadélis et un Manuel Valls en embuscade, attendant une défaite qu’ils espèrent, qu’ils escomptent.  Ils doivent  parler clairement et dirent si oui ou non ils soutiennent Benoît Hamon.

  Bas les masques ! Il faut que Benoît Hamon sorte de ces jeux d’appareil et parle lui aussi clairement et donne des arguments à ces militants qu’ils l’attendent. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis