Pourquoi saisir un médiateur professionnel ? Guide pour la résolution de votre conflit

Les échanges sont tendus et il est impossible de discuter sans que la colère, l'entêtement, la mauvaise foi se mêlent de la conversation. A ce stade vous avez besoin de faire comprendre votre point de vue, qui est pour vous la solution, voire la seule. La discussion étant devenue impossible, vous avez 3 possibilités : aller en justice, aller en médiation, fuir la relation.

L'article original est paru sur un site économique inaccessible à l'heure actuelle, je le publie ici aussi afin qu'il puisse servir de guide pour déterminer si la médiation est adaptée à votre situation et quel médiateur choisir.

Cette tribune vient en réaction à un article sur le recours à la médiation plutôt que d’aller en justice. Je trouvais que des précisions pouvaient être apportées afin de dresser un portrait de la médiation et du médiateur professionnel qui permette à chacun de savoir pourquoi le saisir, quand le saisir (à quel moment) et pour quels résultats attendus. Enfin quel médiateur professionnel choisir pour obtenir les résultats présentés ?

 

SolutionMediation © libre de droit SolutionMediation © libre de droit

Pourquoi saisir un médiateur professionnel ?

La réponse semble évidente, quand vous êtes en conflit bien sûr, reste à définir ensemble ce qu’est un conflit. Il existe plusieurs types de différends, du litige au conflit en passant par le contentieux, qui déterminent le professionnel auquel vous devez confier votre dossier.

S’il s’agit d’un litige (une interprétation différente du contrat qui vous lie, de la loi dans laquelle la relation évolue) et uniquement d’un litige (il n’y a pas d’animosité particulière propre à se transformer en guerre des tranchées) alors vous pouvez aller à la rencontre d’un avocat, de la justice ou d’un arbitre afin de trancher en droit une discussion toute juridique.

S’il s’agit d’un contentieux (un aspect technique du contrat vous oppose, par exemple le montant des indemnités de licenciement) et uniquement d’un contentieux (là encore il n’y a pas d’animosité particulière propre à se transformer en guerre des tranchées), vous pouvez négocier ou demander l’avis d’un expert.

S’il s’agit d’un conflit (c’est-à-dire une situation telle que les conversations se transforment rapidement en surenchère, qui sera celui qui parle le plus fort ? dans l’objectif d’avoir imposé une solution qu’il juge légitiment valable pour tous, cette guerre des tranchées qui ne se finit que par l’abandon du champ de bataille, la résignation ou la victoire sur l’ennemi), alors la médiation professionnelle est là pour vous permettre de trouver une solution.

Nous sommes loin de la croyance selon laquelle un médiateur doit maitriser la thématique dans laquelle le conflit est immergé, un conflit est défini par sa composante majoritaire (une communication sous le joug des ressentis) et pas ses composantes minoritaires (l’aspect juridique et technique de la situation).

On identifie d’ailleurs, grâce à cette définition précise de l’intervention du médiateur professionnel, les symbioses possibles avec les avocats et les experts qui alimentent les composantes techniques et juridiques, si besoin.

Quand saisir un médiateur professionnel ?

La réponse découle de ce qui a été dit plus tôt, quand vous vous retrouvez dans l’incapacité d’échanger dans des conditions qui permettent de trouver une solution amiable.

Cette croyance que l’humain est plus au cœur des conflits familiaux est basée sur le même principe selon lequel les salariés laissent devant la pointeuse leur vie privée avant de commencer à travailler. C’est bien l’humain qui est au cœur des conflits et sa communication qui en est le vecteur.

Que vous soyez prêt à saisir la justice (il s’agit alors d’une médiation conventionnelle, prise en charge possible d’une partie des frais par votre protection juridique), pendant une procédure judiciaire (le juge vous invite à rencontrer un médiateur, il s’agit alors d’une médiation judiciaire, ou en parallèle d’une action en justice, il s’agit alors d’une médiation conventionnelle), ou alors à l’issue d’une procédure judiciaire qui a tranché le litige mais qui n’a pas résolu le conflit, la guerre est à nouveau ouverte (médiation conventionnelle)…

La formation du médiateur professionnel fait de lui est un professionnel de la qualité relationnelle.

Les situations qui permettent de faire appel à un médiateur professionnel ne sont pas définies par le contexte (patrimonial, professionnel, familial, de voisinage…) mais bien par la définition de leur conflit. Le médiateur professionnel permet aux personnes qui se posent des questions à ce sujet lors d’un entretien d’information de peser le pour et le contre et de vérifier qu’elle est l’option la plus adaptée à leur situation (justice, arbitrage, expertise, médiation)

Que les deux parties soient d’accord (cas idéal et assez rare en somme) ou qu’une seule partie souhaite mettre en place une médiation, le médiateur professionnel est formé pour recueillir l’adhésion à la médiation lors d’un entretien d’information individuel, au cours duquel les possibilités qui s’offrent à chacun sont débattues afin de trouver le processus adéquat (justice, arbitrage, négociation, médiation).

Pour quels résultats attendus ?

Le médiateur professionnel ne juge pas, ne propose pas de solution, n’apporte pas de conseils.

Le médiateur professionnel a en charge de permettre à des personnes qui ne sont plus en mesure de discuter sur la définition d’un projet sans envenimer les choses, de le faire dans un climat de confiance réciproque, et de d’implication à trouver leur solution.

Un médiateur n’apporte pas de solution, il libère la créativité des participants, leur permettant de trouver des solutions qu’au départ ils n’auraient pas envisagées.

Le conflit est la matérialisation d’une relation dégradée entre les parties, le médiateur professionnel intervient sur la relation pour permettre aux parties de s’écouter, de s’entendre et de se comprendre en altérité pour ensemble faire un choix sur leur projet.

Médiation professionnelle : qualité relationnelle © Médiation professionnelle Médiation professionnelle : qualité relationnelle © Médiation professionnelle

Quel médiateur saisir, quelles compétences doit il présenter ?

Il n’y pas d’encadrement de la médiation, et une personne qui connait bien une thématique peut se saisir du rôle de médiateur sans être formée à la résolution de conflit, il s’agit la plupart du temps dans les faits d’une conciliation ou d’une négociation.

Un médiateur professionnel a suivi une formation en qualité relationnelle qui lui permet d’intervenir quelle que soit la thématique dans laquelle le conflit s’est développé.

 Il continue de se perfectionner par des actions de formation continue.

Il respecte un code d’éthique et de déontologie accessible et exigeant, dont les piliers sont l’indépendance (vis-à-vis de toute autorité), la neutralité (vis-à-vis de la solution choisie par les parties), l’impartialité (il n’a aucun intérêt à ce que l’un ou l’autre sorte avantagé par la médiation).

 Il respecte en outre une stricte confidentialité qui lui permet de ne devoir rendre compte de la teneur des propos recueillis en médiation ni même sur l’accord de médiation à quiconque.

 

Vous pouvez, par exemple, prendre connaissance de la vision du syndicat des médiateurs professionnels sur leur profession sur le site du syndicat www.cpmn.info et de leur manifeste pour le droit de chacun à la médiation www.mediateurs.pro

 

En résumé :

Choisir la médiation professionnelle quand vous êtes en conflit, quel que soit le sujet, à n’importe quel moment, en vérifiant la formation du médiateur professionnel, le code d’éthique et de déontologie qu’il respecte et la présence, bien sûr d’une responsabilité civile professionnelle couvrant sa pratique professionnelle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.