jerome messinguiral
Médiateur Professionnel
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2015

Citoyen, républicain et Médiateur

jerome messinguiral
Médiateur Professionnel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Citoyen républicain et Médiateur

Vous l'avez peut être appris sur les réseaux sociaux, dans la presse ou sur le site de la campagne, je me suis lancé en politique aux dernières élections départementales. Cet engagement citoyen a pris la forme de la création du site web de la campagne, de l'animation des réseaux sociaux, du travail de terrain et de mes conseils rédactionnels.

Ces élections ont permis de voter pour un duo mixte et leur remplaçant de même sexe respectif. 4 personnes donc qui ont œuvré ensemble, soutenu par une petite équipe du parti politique qui soutenait notre candidature.

Le fonctionnement même des partis politiques m'amènent à une question : comment être force d'évolution quand les partis sont structurellement des freins aux changements.

Je ne suis pas naïf, je me doutais bien que les difficultés internes des partis étaient la cause même de la désaffection des personnes pour la politique. Mais vue de ma fenêtre, les évolutions nécessaires à ce retour de confiance et donc d'implication des citoyens, ces évolutions nécessaires sont bien loin d'être mises en oeuvre.

Non pas que les idées ne soient pas connues, non pas que certains ne soient pas porteurs de ces évolutions, mais la concentration des pouvoirs entre les mains de peu permet de rejeter tout ce qui pourrait remettre en cause la position des puissants.

La lutte, perpétuelle, calculée, âpre, pour faire évoluer les méthodes, les us et coutumes, les procédures est propre à décourager les engagements partisans et la confiance citoyenne.

Je lisais en parallèle de la campagne (débutée en janvier, elle a pris fin le 22 mars) La République de Platon, compilation d'ouvrages dans lesquels Socrate cherche à déterminer le meilleur gouvernement possible de la cité. Royaliste, aristocratique, démocratique, tyrannique. Voilà les 4 modes de gouvernance qu'il a trouvé. Ces modes de gouvernance sont juxtaposés au mode de fonctionnement interne de chaque individu.

On pourrait dire que les populations ont les dirigeants qu'ils méritent, soit, mais les populations ont ils la possibilité de faire des choix éclairés parmi toutes les personnes qui souhaitent s'impliquer.

Pas de théorie du complot, une défaite est avant tout personnelle, une incapacité à agglomérer les personnes autour de sa candidature et de son projet.

Mais la question que je pose est la suivante : les personnes les plus aptes à gouverner sont elles celles qui se présentent et qui sont élues ou alors peuvent elles être parmi les citoyens qui ne se présentent pas, ou qui ne sont pas élues ?

Je vais relire la République et le livre qui me prépara à entrer en médiation, "Et tu deviendras médiateur... et peut être philosophe".

L'énergie déployée pendant la campagne a eu une conséquence des plus indésirables, l'un d'entre nous a fait une dissection de l'artère aorte.

Une fin de parcours sur fond de récupération politique, de règlement de compte, de positionnement pour les prochaines échéances électorales, bien loin de l'implication personnelle de notre quatuor.

Certains d'entre nous pensent que les partis ne peuvent évoluer que de l'intérieur, peut être. De l'intérieur, le travail est long et semé d’embûches.

La solution extérieure aux partis politiques est plus radicale et efficace mais difficile à metre en oeuvre quand il s'agit de demander aux personnes visées de mettre en place les conditions de leur propre changement.

 Jérôme Messinguiral

Citoyen, républicain et médiateur

http://messinguiral.info/?p=798

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses