Jérôme PIMOT
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2018

Première grève de la Gig économie néerlandaise (chez Deliveroo)

Les livreurs de Deliveroo protestent contre le nouveau modèle freelance

Jérôme PIMOT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

HAARLEM - Les coursiers Deliveroo sont en grève aux Pays-Bas. C'est la première grève des employés de l’économie de plateformes aux Pays-Bas. Ils exigent l’annulation d’un système qui forcera les employés à devenir des «faux-indépendants».

À 17h, le groupe tiendra une manifestation sur la place centrale du marché à Haarlem. De là, ils défileront en ville et visiteront plusieurs restaurants partenaires de Deliveroo, pour appeler à la solidarité.

"Nous sommes très fiers de la façon dont les coureurs se sont organisés", a déclaré Frederique Zebeda de la FNV. Ils sont vraiment en colère. Le 1er janvier est le plus gros jour pour Deliveroo en termes de volume de commandes. Deliveroo offre d'énormes incitations aux coureurs pour travailler. Nous sommes impressionnés par la motivation à frapper de tant de pilotes.

Yorick Bleijenberg, de la Riders Union, a déclaré: «Nous espérons que la résolution du Nouvel An de Deliveroo sera de prendre soin des gens qui font le travail et de leur faire  gagner de l'argent à eux plutôt qu’aux investisseurs.

Le nouveau modèle

Deliveroo veut changer la rémunération d'un salaire horaire en un salaire à la livraison. "Ce modèle est très mauvais pour les employés", dit Bleijenberg. «Non seulement les travailleurs peuvent gagner moins que le salaire minimum, mais ils perdent aussi toutes les protections et tous les droits des employés. Les cyclistes circuleront dans les villes sans assurance.

Le parlement néerlandais est très critique

Lors d'une audience au parlement néerlandais le mois dernier, Deliveroo a subit un feu nourri. Les parlementaires de tous les côtés sont devenus furieux après avoir découvert que Deliveroo avait fait des déclarations trompeuses dans la presse au sujet du système d'assurance qu'ils prétendaient avoir pour les coureurs. Ils n'en avaient pas. Le Parlement a demandé au ministre du Travail, Wouter Koolmees, d'enquêter immédiatement sur la société et de faire appliquer la loi.

Le ministre a déclaré qu'il voulait enquêter sur la construction que Deliveroo utilise. Le Parlement recevra une lettre avant la fin du mois de janvier dans laquelle le ministre décrira comment il veut faire appliquer la loi, en particulier dans les cas où les entreprises agissent de «mauvaise foi».

Protestation internationale

Dans le monde entier, les gens s'interrogent sur le modèle que Deliveroo utilise avec les «entrepreneurs indépendants». Au Royaume-Uni, des groupes de travail parlementaires veulent que les coursiers Deliveroo soient considérés comme des «salariés» par défaut. Il y a plusieurs procès et enquêtes. Récemment, l'inspection du travail de Valence, en Espagne, a déclaré que Deliveroo pratique un salariat déguisé et une relation de travail authentique et a statué que les «entrepreneurs indépendants» étaient de fait des salariés. Ils ont également décidé que Deliveroo devait payer 160 800 euros de cotisations de sécurité sociale.

Grand effet

Déjà pendant le déjeuner, les clients n'ont pas pu commander à Haarlem et Amsterdam. Le site Web a montré un avis de service indiquant:

"Nous reviendrons!
Nous sommes très occupés, donc nous ne pouvons pas prendre de commandes dans votre région pour le moment. S'il vous plaît revenez dans quelques minutes. "

A propos de The Riders Union et FNV

The Riders Union est la plus grande organisation de travailleurs de concert aux Pays-Bas avec 250 membres et fait partie de la FNV.
La Confédération des syndicats néerlandais (FNV) compte 1,1 million de membres, ce qui en fait le plus grand syndicat des Pays-Bas.

Cet article est la traduction du communiqué de presse issu de la page Facebook des livreurs militants Néerlandais The Riders Union

First Dutch gig economy strike

Deliveroo riders protest the new freelance model

HAARLEM -- Deliveroo couriers are on strike in The Netherlands. This is the first strike of gig economy employees in The Netherlands. They demand the reversal of a construction that will force employees to become 'fake-freelancers'.

At 5pm the group will hold a manifestation at the central Market Square in Haarlem. From there they will tour around the city and visit several restaurants that are partners of Deliveroo, to ask for solidarity.

‘We are very proud of how the riders organized themselves’, says Frederique Zebeda from FNV. ‘They are really angry. The 1st of January is the biggest day for Deliveroo in terms of order volume. Deliveroo is offering huge incentives to the riders to work. We are impressed with the motivation of so many riders to strike.’

Yorick Bleijenberg from the Riders Union says: ‘We hope Deliveroo's New Year's resolution is to take care of ánd listen to the people who are doing the actual work and earn the money, rather than to the investors.’

The new model

Deliveroo wants to change the pay from an hourly wage into a pay-per-delivery. ‘This model is very bad for the employees’, says Bleijenberg. ‘Not only could workers earn less than the minimum wage, they also lose all employee protections and rights. Riders will ride around the cities uninsured.’

The Dutch parliament is very critical

In a hearing in the Dutch parliament last month, Deliveroo was under heavy fire. Parliamentarians from all sides became furious after they discovered that Deliveroo made misleading statements in the press about the insurance scheme they claimed to have for the riders. They didn’t have one. Parliament asked the minister of Labour, Wouter Koolmees, to immediately investigate the company and enforce the law.

The minister stated that he wants to investigate the construction that Deliveroo is using. Parliament will receive a letter before the end of January in which the minister will describe how he wants to enforce the law, especially in instances when companies 'act in bad faith'.

International protest

Around the world people are questioning the model Deliveroo uses with the 'independent contractors'. In the UK, parliamentary working groups want Deliveroo couriers to be classified as ‘workers’ by default. There are multiple lawsuits and investigations. Recently, the Labor Inspection of Valencia, Spain stated that Deliveroo ‘conceals’ an authentic employment relationship and ruled that the 'independent contractors' were in fact workers. They also ruled that Deliveroo had to pay 160.800 euros of social security contributions.

Big Effect

Already during the lunch, customers where not able to order in Haarlem and Amsterdam. The website showed a service advisory stating:

“We'll be right back!
We're really busy, so we're unable to take any orders in your area right now. Please check back in a few minutes.”

About The Riders Union and FNV

The Riders Union is the biggest organisation of gig-workers in The Netherlands with 250 members and is part of FNV.
The Netherlands Trade Union Confederation (FNV) has 1.1 million members, making it the largest trade union in the Netherlands.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc