Jérôme PIMOT
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 août 2017

Jérôme PIMOT
Abonné·e de Mediapart

Dans quel camp la violence est-elle vraiment ?

Jérôme PIMOT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite aux propos de Deliveroo.fr dans Le Monde par la voix de son directeur général, M. Hugues Décosse, laissant penser que les collectifs de livreurs manifestant partout en France demain dimanche 27 août et lundi 28, pourraient porter en eux de la violence, voici la réponse que me dicte mon expérience très concrète des collectifs.
D'autres parts suite à un mail envoyer aux restaurateurs, toujours par M. Décosse, je tiens à rassurer ici et d'avance les restaurateurs avec lesquels nous tenons à conserver des relations courtoises, étant bien plus proche d'eux que ne le sont Deliveroo.

M. Décosse

La violence résulte de la peur.
Or, nous n’avons pas peur.

Vous nous avez mis sur de frêles vélos dans les rues, dans un milieu dangereux et hostile.
Vous nous avez "motivés" à affronter ces risques et à en faire non pas un champ de bataille mais quasi un terrain de jeu.
Un jeu dangereux certes mais auquel nous nous sommes fait et qui nous renforcé.

Nous avons appris à regarder loin pour anticiper les risques et à rester en équilibre...

Nous n’avons pas besoin d’être violents.
Nous n’avons pas besoin de menacer.

Vous auriez reçu des menaces ?
Sans doutes d’individus isolés sans aucune relation avec nos collectifs.
Peut-être même pas des livreurs.

Vous nous avez offert une violence, votre violence managériale et économique, qui n’a besoin que d’être racontée.

Demain nous n’allons rien casser.
Comme à notre habitude nous allons jouer.

D’ordinaire c’était un jeu, dangereux, pour gagner de l’argent.
Demain le jeu sera d’éteindre des tablettes SANS toucher rien ni personnes, de récolter des soutiens et des “likes” sur nos différentes pages locales d’informations qui ne manqueront pas, soyons-en certains, d’intéresser beaucoup de monde.

Il existe bien des façons de convaincre et -les mots- restent la meilleure.
Surtout quand ils expriment une réalité très concrète. Celle de la rue. Nos rues. Nos vies.
Une réalité, que vous ne connaissez pas, et bien différentes de vos “stratégies de communications et d’influence”.

La violence a servi naguère à interpeller l’opinion dans des temps où l’information était complexe à diffuser.
Mais plus besoin de heurts désormais, du moins dans nos rangs, à l’heure des médias numériques et des réseaux sociaux..

Chercher à nous diaboliser ne fait que renforcer notre énergie que de nombreux leaders de nos collectifs ont appris à canaliser.
Le moindre individu belliqueux, d’où qu’il vienne… sera écarté de la contestation et si besoin est, vous sera... renvoyé.

De même qu’à Lyon, en mai dernier, vous accusiez les Marseillais de violence lors des première grèves alors qu’il n’y en avait eu aucune. Vous parliez de plaintes déposées… Des résultats d'enquêtes ?

Vous étiez même allé négocier avec les grévistes.
Négocie t-on avec des individus violents ? NON bien sûr.

De même que vous parlementiez tout récemment avec des livreurs Lyonnais... qui participent eux aussi aux manifestations de demain.
Piètre interlocuteur sans doute que vous envoyates.

Bref cette diabolisation gratuite dont vous faites preuve à notre égard est, elle, une réelle forme de violence assez éculée et, qui plus est M. Décosse, comme vous devez le savoir, “La violence est le dernier refuge de l'incompétence”.
Et en référence à mon introduction, la violence, votre violence ne peut avoir qu’une origine...

Bon dimanche……...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon