Jérôme THOUART
enseigne, lit, écrit sur www.frayerneuf.net
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

Jérôme THOUART
enseigne, lit, écrit sur www.frayerneuf.net
Abonné·e de Mediapart

Sandra Lucbert, la langue capitaliste et l'œil de la littérature

Dans Personne ne sort les fusils, publié au Seuil l'an dernier, réédité dans la collection Points, il est question de bouffer et de liquider l'humain, pour le profit de quelques-uns.

Jérôme THOUART
enseigne, lit, écrit sur www.frayerneuf.net
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La littérature s’occupe de tout. Rien ne l’indiffère. Elle porte partout son regard. Elle pose des questions, elle révèle. Par exemple, dans quel monde on vit ? Tout dépend de quel côté on vit. Ce qui réunit peut-être l’humanité tout entière, malgré cette histoire de côté, c’est la famine. On en le dit pas assez, mais on a tous faim. Même les systèmes. La famine. La famine ruine des vies par milliers, on le sait. Mais quoi, le capitalisme a faim aussi, à sa façon. Pourquoi lui reprocher son appétit féroce ? Il a une faim inouïe, insatiable. La famine du capitalisme, c’est « une richesse pas palpable », écrit Sandra Lucbert. Vous ne voudriez pas le priver non plus ? C’est notre enfant. Il veut tout toucher, tout bouffer. Il bouffe, il bouffe tout ce qu’il peut, jamais repu. Me revient en mémoire La Grande bouffe. Ses collaborateurs : l’actionnaire, le financier, le dirigeant, etc, ce genre de dénominations, reproduisent la faim capitaliste, comme ça, bien obligés dit-on, et elle ruisselle, quel joli mot. Tous ont faim de la faim du capitalisme. Ils y travaillent. La carte est rédigée, mais pour qui cuisiner avant de se mettre à table ? Les employés cuisinent pendant que les dirigeants attendent à leur table. Et si ça n’est pas bon, ils les cuisinent, à leur façon, de sorte qu’ils crient famine, eux aussi. Pour qu’ils les comprennent. Même étudiant, voyez, la famine pointe son nez. Le capitalisme leur a glissé à l’oreille à tous que sa faim insatiable est dans l’ordre des choses, leur a bourré le crâne tout en bourrant son estomac. Il a fait son prof. Profit, profiter, précarité.

Il arrive que l’on puisse faire une pause dans la course à la famine. C’est le bon moment. S’appuyant sur Proust, Sandra Lucbert précise que la littérature permet de « donner des yeux à la pensée ». En lisant, ne détournez pas le regard, restez bien face à ce que la justice, en partie épargnée par la faim, encore dirigée par un principe de justice, met en lumière lors du procès France Télécom-Orange (2019), restez bien à l’écoute, malgré les bourrasques que cela pourrait bien provoquer dans votre esprit. Sandra Lucbert le dit : « Toute notre mécanique sociale devrait comparaître ; et c’est impossible, car nous sommes à l’intérieur ; elle dicte nos présupposés. On ne la voit pas : c’est par elle qu’on voit ». Le tribunal « parle la langue qu’il accuse ». Il est question dans ce procès de « harcèlement moral à l’échelle d’une entreprise ». Il est question de liquider 20 % des effectifs en trois ans (22 000 employés) : ça porte le joli nom de « crash program ».

Poser son regard sur un moment limite, le temps d’un livre court, mettre l’accent, grâce aux écarts permis par les lectures du Quart-Livre, de La Colonie pénitentiaire (Marie José Mondrian lui a consacré un livre, publié en 2020), de Bartleby, d’Orange mécanique, sur ce qui jaillit et saute aux yeux, à l’occasion de la confrontation de la justice et du capitalisme : la mise à nu de « la guerre des classes » ; la déraison de vouloir exclure, toujours, ceux qui ne sont pas à la hauteur, qui ne participent pas bien, pas assez à la course au profit ; la volonté de se donner les moyens d’accélérer l’exclusion de ceux qui ralentissent le flux. Les exemples de vies bousillées ponctuent l’analyse de la langue managériale, de la langue du pouvoir capitaliste, et font ressentir à quel point cette langue se débarrasse des humains, sans vergogne. Elle va plus loin, cette langue, quand c’est elle qui est dans le collimateur, quand la question de sa justice se pose : pour elle, ce sont les humains qui sont responsables des drames, trop fragiles, les humains, pour supporter le rouleau-compresseur. Sa présence dans un tribunal, sa potentielle condamnation sont condamnables.

« Un monde n’est pas inéluctable ; c’est une version des rapports humains temporairement victorieuse. » Ce monde n’aime pas être peuplé par les vies qui ne le servent pas en se soumettant gentiment, car elles gâchent « la fête ». Il les broie pour que seule sa vision impitoyable et criminelle de la vie domine. Mais la littérature, s’en écartant, définit sa mise en procès, tout comme Sandra Lucbert, dans une mise à nu percutante, corrosive, de l’inhumanité de la langue et du système capitalistes.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost