Jérôme THOUART
enseigne, lit, écrit sur www.frayerneuf.net
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

Sandra Lucbert, la langue capitaliste et l'œil de la littérature

Dans Personne ne sort les fusils, publié au Seuil l'an dernier, réédité dans la collection Points, il est question de bouffer et de liquider l'humain, pour le profit de quelques-uns.

Jérôme THOUART
enseigne, lit, écrit sur www.frayerneuf.net
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La littérature s’occupe de tout. Rien ne l’indiffère. Elle porte partout son regard. Elle pose des questions, elle révèle. Par exemple, dans quel monde on vit ? Tout dépend de quel côté on vit. Ce qui réunit peut-être l’humanité tout entière, malgré cette histoire de côté, c’est la famine. On en le dit pas assez, mais on a tous faim. Même les systèmes. La famine. La famine ruine des vies par milliers, on le sait. Mais quoi, le capitalisme a faim aussi, à sa façon. Pourquoi lui reprocher son appétit féroce ? Il a une faim inouïe, insatiable. La famine du capitalisme, c’est « une richesse pas palpable », écrit Sandra Lucbert. Vous ne voudriez pas le priver non plus ? C’est notre enfant. Il veut tout toucher, tout bouffer. Il bouffe, il bouffe tout ce qu’il peut, jamais repu. Me revient en mémoire La Grande bouffe. Ses collaborateurs : l’actionnaire, le financier, le dirigeant, etc, ce genre de dénominations, reproduisent la faim capitaliste, comme ça, bien obligés dit-on, et elle ruisselle, quel joli mot. Tous ont faim de la faim du capitalisme. Ils y travaillent. La carte est rédigée, mais pour qui cuisiner avant de se mettre à table ? Les employés cuisinent pendant que les dirigeants attendent à leur table. Et si ça n’est pas bon, ils les cuisinent, à leur façon, de sorte qu’ils crient famine, eux aussi. Pour qu’ils les comprennent. Même étudiant, voyez, la famine pointe son nez. Le capitalisme leur a glissé à l’oreille à tous que sa faim insatiable est dans l’ordre des choses, leur a bourré le crâne tout en bourrant son estomac. Il a fait son prof. Profit, profiter, précarité.

Il arrive que l’on puisse faire une pause dans la course à la famine. C’est le bon moment. S’appuyant sur Proust, Sandra Lucbert précise que la littérature permet de « donner des yeux à la pensée ». En lisant, ne détournez pas le regard, restez bien face à ce que la justice, en partie épargnée par la faim, encore dirigée par un principe de justice, met en lumière lors du procès France Télécom-Orange (2019), restez bien à l’écoute, malgré les bourrasques que cela pourrait bien provoquer dans votre esprit. Sandra Lucbert le dit : « Toute notre mécanique sociale devrait comparaître ; et c’est impossible, car nous sommes à l’intérieur ; elle dicte nos présupposés. On ne la voit pas : c’est par elle qu’on voit ». Le tribunal « parle la langue qu’il accuse ». Il est question dans ce procès de « harcèlement moral à l’échelle d’une entreprise ». Il est question de liquider 20 % des effectifs en trois ans (22 000 employés) : ça porte le joli nom de « crash program ».

Poser son regard sur un moment limite, le temps d’un livre court, mettre l’accent, grâce aux écarts permis par les lectures du Quart-Livre, de La Colonie pénitentiaire (Marie José Mondrian lui a consacré un livre, publié en 2020), de Bartleby, d’Orange mécanique, sur ce qui jaillit et saute aux yeux, à l’occasion de la confrontation de la justice et du capitalisme : la mise à nu de « la guerre des classes » ; la déraison de vouloir exclure, toujours, ceux qui ne sont pas à la hauteur, qui ne participent pas bien, pas assez à la course au profit ; la volonté de se donner les moyens d’accélérer l’exclusion de ceux qui ralentissent le flux. Les exemples de vies bousillées ponctuent l’analyse de la langue managériale, de la langue du pouvoir capitaliste, et font ressentir à quel point cette langue se débarrasse des humains, sans vergogne. Elle va plus loin, cette langue, quand c’est elle qui est dans le collimateur, quand la question de sa justice se pose : pour elle, ce sont les humains qui sont responsables des drames, trop fragiles, les humains, pour supporter le rouleau-compresseur. Sa présence dans un tribunal, sa potentielle condamnation sont condamnables.

« Un monde n’est pas inéluctable ; c’est une version des rapports humains temporairement victorieuse. » Ce monde n’aime pas être peuplé par les vies qui ne le servent pas en se soumettant gentiment, car elles gâchent « la fête ». Il les broie pour que seule sa vision impitoyable et criminelle de la vie domine. Mais la littérature, s’en écartant, définit sa mise en procès, tout comme Sandra Lucbert, dans une mise à nu percutante, corrosive, de l’inhumanité de la langue et du système capitalistes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau