Enseignement en France : puisque l'on vous dit que tout va bien...

Finalement, ils sont sortis ces résultats de l'enquête concernant le niveau des CM2 français…Avant même leur parution, tout avait été dit sur la méthodologie et l'intérêt de l'exercice.

Finalement, ils sont sortis ces résultats de l'enquête concernant le niveau des CM2 français…Avant même leur parution, tout avait été dit sur la méthodologie et l'intérêt de l'exercice.

 

A ma droite, M. le ministre et ses représentants pour qui la chose est entendue : rien ne vaut une bonne évaluation! Là, je pose une question qui n'a sans doute rien à voir : à quand le “benchmarking” des ministres? Ou si vous préférez : qui évaluera l'évalatueur?

 

A ma gauche, les enseignants et leurs représentants officiels, pour qui la chose est aussi entendue, mais d'une autre manière bien sûr : l'éducation cela ne s'évalue pas, les indicateurs de performance ne passeront pas par eux, promis, juré!

 

Ainsi va la vie dans le finistère de l'Europe. Remarquez, les enquêtes internationales PISA, qui évaluent les compétences et connaissances des jeunes gens de 15 ans dans le monde entier, ne trouvent pas plus grâce chez nos politiciens que chez nos enseignants. Voir le billet de C. Lelièvre…N'aurions-nous pas un mais deux “mammouths”?

 

D'autant que les résultats de sondages et d'enquêtes permettent des interprétations parfois peu convergentes…Le 20 Minutes de ce matin titrait : Une note mitigée aux résultats de CM2, alors que Le Monde se voulait positif sur les résultats : Les élèves sont plutôt bons, mais leur évaluation reste critiquée . On pourrait continuer notre tour de France des quotidiens. Allez risquons-nous jusqu'à la voix de l'Elysée, Le Figaro : Les élèves de CM2 meilleurs en Français qu'en maths…Notez que cela ne signifie en rien que les résultats soient bons…

 

Malgré une titraille volontairement différente, on voit bien que ce qui est implicite dans ces résultats, c'est que tout cela est bien moyen. Moyen tout comme le verdict de l'enquête PISA pour leurs aînés : la France est située dans le milieu du peloton, rien de très folichon…Autrement dit, syndicats d'enseignants et représentants du gouvernement vont pouvoir continuer leurs polémiques stériles.

 

Pourtant, il y a de quoi être en colère contre des résultats qui font état de 25 % des élèves de CM2 qui ont soit des acquis encore fragiles ou insuffisants en Français. En mathématiques, c'est pire, on est à 35%. Le meilleur système scolaire du monde, vous disiez? La faute au collège unique, tous ces adolescents en rupture d'école?

 

Si nos enseignants du primaire voulaient bien un jour collectivement se remettre en question et décider de changer l'école, si nos gouvernements voulaient bien faire confiance à ces mêmes enseignants et leur donner une autonomie de décision, il est fort probable que l'on irait de l'avant…

 

Mais je me pose la question, qu'est-ce-qui est le plus facile? Changer de président et de gouvernement, ou changer les enseignants?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.