Municipales d'Aix-en-Provence : petit avertissement sans frais pour les partisans d'un rapprochement Ps-Modem

Encore gagné! L'UMP a décidément le vent en poupe depuis quelque temps. Après les Européennes, elle s'adjuge une municipale partielle à Aix-en-Provence, 2è ville des Bouches-du-Rhône avec 140 000 habitants. Maryse Joissains a donc battu ce qui pourrait ressembler à un succédané d'un front républicain associant le Parti socialiste, le Modem et les Ecologistes. De justesse, certes -50,22% contre 49,78%- mais seule la victoire est belle.

Et pourtant elle revient de loin Maryse Joissains après l'invalidation de son élection en 2008 suite à des écrits et propos diffamatoires à l'encontre du leader local du Modem, François-Xavier de Peretti. Cela s'annoncait donc mal pour elle. D'autant que le Ps et le Modem se sont alliés dès le premier tour, contrairement à 2008. Ou, mais voilà, quand un moribond et un boiteux s'associent, il y a peu de chance d'en faire un homme en pleine santé.

Les résultats du premier tour de 2009 étaient déjà limpides et préfiguraient la défaite de ce dimanche. Alliés Ps et Modem ne retrouvaient pas leurs scores séparés du premier tour de 2008. Même l'association avec les Ecologistes n'a pas permis de renverser la situation au second tour.

 

Certes, il ne s'agit que d'une municipale partielle et les enjeux locaux priment les considérations nationales. Cependant, celles et ceux qui penchent pour un rapprochement et une alliance Modem/Ps dès les premiers tours des élections devraient méditer la chose, et François-Xavier de Peretti en particulier : il s'agit bien d'un avertissement sans frais -hormis pour les Provençaux- envoyé après cette nouvelle déconfiture électorale.

 

La dynamique reste du côté de l'UMP, et le Ps et le Modem devraient plutôt chercher à exister seuls à travers leurs programmes. C'est bien cette voie qui ouvrira des perspectives à une alternative.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.