jeromeP
humain mais pas trop . Photographe , philosophe , poète , musicien ....
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2022

" De l'écologie à l'écologie punitive "

D'où vient l'expression " écologie punitive " quelles en sont les origines et les conséquences , les sens cachés , les réflexions qui en découlent et vers quelles actions nous orienter .

jeromeP
humain mais pas trop . Photographe , philosophe , poète , musicien ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'écologie n'est jamais punitive . L'écologie, c'est l'écho du logis de la vie , l'écho de notre corps et celui de son berceau . C'est l'écho de et dans notre corps du champ de l'univers dans le champ de l'évolution . L'ajout du mot punition est la conséquence de l'application de concept moraux du bien et du mal , de culpabilité , et de croyances . L'exemple le plus frappant est l'appellation dont certains qualifient le virus de la covid 19 qui impacte aujourd'hui nos vies :  " diabolique " . Un virus n'est jamais diabolique ou maléfique : il essaie tout simplement , selon le principe de la sélection naturelle, d''assurer et de pérenniser son existence . Il n'a également aucun intérêt ou desintérêt à maintenir son hôte en vie , et il n'a pas , contrairement à nous les Homo sapiens-sapiens ( qui savons que nous savons ) conscience de son existence et de sa disparition probable : il s'adapte aux circonstances par le jeu de la sélection et de mutations  .

Pour revenir à l'écologie punitive , de quel cerveau mal intentionné , mal informé ou mal formé est-il né ? L'écologie n'est jamais punitive : c'est l'étude des milieux et des interactions qui s'y nouent . Accoler le terme punitive à écologie est la conséquence des concepts moraux qui irriguent , traversent et nourrissent la construction de nos pensées . C'est prendre un point de vue supérieur : celui d'un Dieu en dehors d'une nature , d'un jardin d'Eden .  " Ecologie punitive " fait partie de la novlangue ambiante , conséquences des facilités de langage et des lacunes intellectuelles de notre époque : la répétition plutôt que l'analyse , l'interprétation et la correction . Tout comme la planète qui serait " à sauver " alors qu'il ne s'agit que de notre survie à assurer sur cette même planète . J'ai tant de fois lu et entendu ces expressions toutes faites que j'en ai souvent l'envie de me laver les yeux dans un paysage où les oreilles dans le bruissement des feuilles et les chants d'oiseaux .

Débarrassons-nous des concepts moraux de supériorité ou d'infériorité , préférons leurs ceux de différence et de diversité et observons . Moi l'animal doué de conscience , je m'imagine parfois comme un arbre dans une forêt . Je ne me penche pas pour trouver ma place , je ne me courbe pas pour laisser ma place : je me développe avec plus ou moins de succès en fonction des aléas de mon environnement , des capacités de mon espèce et des interconnexions qui en résultent . Enraciné au sol je cherche la lumière qui est nécessaire à mon développement , simplement . Et si une forêt paraît harmonieuse elle n'a pas la volonté de l'être  . Nous rejoignons ici même l'essence de l'univers et de l'universel : l'harmonie musicale , visuelle , sensorielle . De combien de sens disposons-nous réellement , nous autres sapiens sapiens ? Et de quelles interactions sont-ils responsables dans la masse cérébrale qui est la nôtre et qui demeure un mystère encore pour la plus grande partie ?  Prendre soin de son environnement , de son corps et de ses récepteurs c'est conserver et préserver des possibilités qui semblent infinies . Les conséquences de la modification de notre environnement , de notre propre fait , qui agit sur l'état global de notre propre corps récepteur-émetteur sont réelles . Il me paraît , en poussant la réflexion plus loin , que ce n'est ni bien ni mal , une simple conséquence de l'évolution de l'univers . Ainsi un OGM devient un OGE : organisme génétiquement évolué ( par réciprocité nous sommes nous les OGE humain des OGM ) et la  "main "humaine n'est que le fruit de la " main " univers .

Laissons de côté la question vertigineuse du sens de l'univers et de la destinée .

Il apparaît alors que seule la souffrance et la douleur nous sont préjudiciables quand elles ne peuvent être maîtrisées . Préservons-nous donc au maximum de celles-ci avec toute l'énergie , tous les moyens et toutes les précautions dont nous disposons . C'est je pense l'axe majeur des réflexions et des actions qui deviendront primordiales dans les temps incertains qui nous attendent . Saisissons-nous de la balance avantages-inconvénients dans tous les domaines et toutes les temporalités . Autorisons le droit à l'auto l'euthanasie en pleine conscience et réglons le problème de la mort qui nous hante . C'est à ce prix que nous pouvons continuer à jouir de vivre , dans et par notre environnement , au moment de la réalité du changement climatique , des épidémies , des pandémies et de notre exposition croissante à une multitude d'ondes électromagnétiques qui perturbent et altèrent le fonctionnement de notre cerveau et de notre corps .

Si nous ne pouvons lutter contre ces changements , NOUS POUVONS PEUT-ÊTRE EN MODIFIER LE TEMPO , LE SENS ET L'AMPLEUR .

Pour enrichir la discussion , je conseille quelques lectures qui ont nourri ma pensée et complété ma formation en électrotechnique :

- Nietzsche : " humain trop humain" et " par-delà le bien et le mal "

- Albert Jacquard : " éloge de la différence " et " moi et les autres "

- Hubert Reeves , Joël de Rosnay ,Yves Coppens , Dominique Simonet : " la plus belle histoire du monde "

- Lao Tseu : " Tao-tö king "

Et pour les plus téméraires :

- Jean-Jacques Kupiec et Pierre Sonigo : " ni dieu ni gêne "

- Denis Diderot : " Jacques le fataliste et son maître "

- Aldous  Huxley : " le meilleur des mondes "

15 mars 2021 .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou