Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2018

Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

L’ASE et le préfet de l’Oise coalisés contre Junior !

Junior, un jeune isolé que l'ASE de l'Oise a été contrainte de prendre en charge par décision du Juge des enfants. A sa majorité, la Préfecture de l'Oise rejette sa demande de titre de séjour, qualifiant son parcours "d'immigration économique. A 16 ans 1/2 !

Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les évaluations de minorité et d’isolement par le dispositif d’accueil des mineurs étrangers isolés sont gérées dans l’Oise directement par le Conseil départemental. Ce sont des systèmes idéologiques de suspicion qui gangrènent les décisions préfectorales et pervertissent le sens et l’application de la loi.

Junior MINIKONGO est arrivé en France à l’âge de seize ans et demi. L'ASE s'appuie sur un entretien mais surtout sur un test d'âge osseux pour refuser une prise en charge. Elle lui est imposée par le Juge des enfants qui s’appuie sur le document d’identité authentifié par la PAF et estime les conclusions du test osseux peu convaincantes.

De la suspicion il va rester des traces…. Junior est scolarisé, l’ASE n’a pas pu empêcher sa remise à niveau décidée par la Direction départementale de l’Éducation nationale, dans un cadre spécialisé, puis sa très bonne scolarité en lycée professionnel (2ème année de CAP de maçonnerie).

Mais l’ASE, malgré la décision du Juge, a maintenu la suspicion de non isolement en soulignant par exemple qu’il cherchait à téléphoner dans son pays et qu’il avait donc une famille. Pourtant, pour obtenir des documents pour sa régularisation, il a bien fallu qu’il joigne des camarades au pays et qu’il leur envoie de l’argent pour aller les récupérer.

L’ASE cesse sa prise en charge aux 18 ans pile de Junior. À sa demande de carte de séjour, la préfecture répond par un refus, refus adressé à l'ASE (dernier domicile de Junior) et renvoie à la préfecture l’avis d’OQTF1 accompagnant le refus de séjour, et ce, sans chercher à l’en informer. Ce sont ses camarades qui s’en sont chargés. Mis au courant, Junior se présente deux fois à la préfecture en demandant l’avis d’OQTF. La préfecture refuse de lui remettre en mains propres, et l’expédie à son adresse actuelle une semaine seulement avant la fin du délai de recours !

Le Préfet, dans ses attendus, parle « d’immigration économique » pour un mineur de 16 ans et demi ! C’est dire qu’il n’a toujours pas accepté le sens de la décision du Juge des enfants et qu’il ne reprend rien des éléments de sa minorité (assiduité à l’école, bénéfice de la formation, intégration sociale et professionnelle) d’un enfant orphelin qui aurait dû conclure à une admission exceptionnelle au séjour.

Nous pensons que l’ensemble suspicieux de la prise en charge ASE explique cette dérive de la préfecture. Nous avons écrit au préfet. Dans sa réponse il maintient son refus en s'appuyant sur les arguments de l’ASE et en ignorant les conclusions de la Juge pour enfants qui l’avaient amenée à prononcer une ordonnance de placement provisoire.

Junior Minikongo a déposé un recours contentieux contre la décision du Préfet. L’audience au Tribunal administratif d’Amiens est prévue le 21 janvier 2019.

Michel Brousse, Solidarité sans papiers (Creil)

1OQTF Obligation de quitter le territoire français

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey