Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2018

L’ASE et le préfet de l’Oise coalisés contre Junior !

Junior, un jeune isolé que l'ASE de l'Oise a été contrainte de prendre en charge par décision du Juge des enfants. A sa majorité, la Préfecture de l'Oise rejette sa demande de titre de séjour, qualifiant son parcours "d'immigration économique. A 16 ans 1/2 !

Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les évaluations de minorité et d’isolement par le dispositif d’accueil des mineurs étrangers isolés sont gérées dans l’Oise directement par le Conseil départemental. Ce sont des systèmes idéologiques de suspicion qui gangrènent les décisions préfectorales et pervertissent le sens et l’application de la loi.

Junior MINIKONGO est arrivé en France à l’âge de seize ans et demi. L'ASE s'appuie sur un entretien mais surtout sur un test d'âge osseux pour refuser une prise en charge. Elle lui est imposée par le Juge des enfants qui s’appuie sur le document d’identité authentifié par la PAF et estime les conclusions du test osseux peu convaincantes.

De la suspicion il va rester des traces…. Junior est scolarisé, l’ASE n’a pas pu empêcher sa remise à niveau décidée par la Direction départementale de l’Éducation nationale, dans un cadre spécialisé, puis sa très bonne scolarité en lycée professionnel (2ème année de CAP de maçonnerie).

Mais l’ASE, malgré la décision du Juge, a maintenu la suspicion de non isolement en soulignant par exemple qu’il cherchait à téléphoner dans son pays et qu’il avait donc une famille. Pourtant, pour obtenir des documents pour sa régularisation, il a bien fallu qu’il joigne des camarades au pays et qu’il leur envoie de l’argent pour aller les récupérer.

L’ASE cesse sa prise en charge aux 18 ans pile de Junior. À sa demande de carte de séjour, la préfecture répond par un refus, refus adressé à l'ASE (dernier domicile de Junior) et renvoie à la préfecture l’avis d’OQTF1 accompagnant le refus de séjour, et ce, sans chercher à l’en informer. Ce sont ses camarades qui s’en sont chargés. Mis au courant, Junior se présente deux fois à la préfecture en demandant l’avis d’OQTF. La préfecture refuse de lui remettre en mains propres, et l’expédie à son adresse actuelle une semaine seulement avant la fin du délai de recours !

Le Préfet, dans ses attendus, parle « d’immigration économique » pour un mineur de 16 ans et demi ! C’est dire qu’il n’a toujours pas accepté le sens de la décision du Juge des enfants et qu’il ne reprend rien des éléments de sa minorité (assiduité à l’école, bénéfice de la formation, intégration sociale et professionnelle) d’un enfant orphelin qui aurait dû conclure à une admission exceptionnelle au séjour.

Nous pensons que l’ensemble suspicieux de la prise en charge ASE explique cette dérive de la préfecture. Nous avons écrit au préfet. Dans sa réponse il maintient son refus en s'appuyant sur les arguments de l’ASE et en ignorant les conclusions de la Juge pour enfants qui l’avaient amenée à prononcer une ordonnance de placement provisoire.

Junior Minikongo a déposé un recours contentieux contre la décision du Préfet. L’audience au Tribunal administratif d’Amiens est prévue le 21 janvier 2019.

Michel Brousse, Solidarité sans papiers (Creil)

1OQTF Obligation de quitter le territoire français

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
L’action des policiers a causé la mort de Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu