Orléans : Lettre au Préfet des parrains et marraines des jeunes majeurs isolés

Depuis plusieurs années les jeunes isolés étrangers du Loiret se sont ’organisés en collectif pour faire valoir leurs droits. Leur combat est soutenu activement par des parrains et marraines, dont des associations et syndicats en tant que tels : le jeudi 28 septembre, ils et elles ont écrit une lettre ouverte au préfet.

Cela fait plusieurs années que sur Orléans et le Loiret des jeunes isolés étrangers s’organisent en collectif pour faire valoir leurs droits. Depuis quelques mois, leur combat est soutenu activement pas des parrains et marraines, dont des associations et syndicats en tant que tels : le jeudi 28 septembre, ils et elles ont écrit une lettre ouverte au préfet.
 

Lettre ouverte au préfet du Loiret

Orléans, le 28 septembre 2017

Monsieur le préfet,

Nous sommes parrains et marraines de jeunes étrangers et nous souhaitons vous poser la question suivante: « JUSQU’À QUAND ? »

Nos filleuls sont venus de très loin. Ils ont fui la guerre ou la misère. Ils sont arrivés en France à l’issue d'un long périple auquel d’autres n'ont pas survécu, pour faire ce que leur pays ne leur offre pas : aller à l’école, être soigné, apprendre un métier, gagner sa vie. Souvent, ils n’ont plus d’attaches dans leur pays, ou bien plus aucun contact avec les personnes qui y sont restées. Parvenus seuls ici, sans famille, adolescents encore, ils ont été mis à l’abri. Ils ont suivi une scolarité qui leur a permis de maîtriser le français, d’avoir des amis et d’obtenir des diplômes. Puis, de « mineurs isolés », ils sont devenus « jeunes adultes sans papiers ».

Pourtant, des papiers, ils en ont : leurs dossiers de demande de séjour maintes fois complétés, maintes fois remaniés, maintes fois déposés en préfecture et qui n’ont abouti qu’à des refus ou des réponses insatisfaisantes !

Alors ils attendent avec angoisse. Ils attendent, sans avoir le droit de travailler, malgré leurs compétences, leur courage et leur bonne volonté, malgré les promesses d’embauche des employeurs qui reconnaissent leurs qualités.

Ils attendent en vain ce qu’ils croyaient trouver dans le pays des droits humains... Ils sont notre avenir et ils attendent... Mais JUSQU’À QUAND FAUT-IL QU’ILS ATTENDENT ??? Nous vous le demandons : JUSQU’À QUAND ???

Nous souhaitons que l’indifférence, l’intolérance et l’égoïsme laissent place à un peu d’égalité, de liberté et de fraternité.

Signataires : Sophie Jallerat, Christian Bourdel, Sabine Gautier, Monique de Belmont, Michèle Fillon, Christine Maggiani, Martine Montanier, Dominique Montant, Pierre Bruas, Mathilde Piote, Nicolas Desré, Jean-François Roche, Anita Coulon, Agnès Eyraud, Gérard Salin, Dominique de Joux, Anaëlle Vandermeersch, Franck Courtois, Marie-Aimé Dassonval, Yves Bodard, Stéphane Jaubert.

Pour la FCPE : Vincent Bouchot, Ghislaine Cosson et Christelle Rouer

Pour SUD Éducation : Théo Roumier et Valérie Martin

Pour SUD Santé Sociaux : Marie-Thérèse Moreno, Nelly Wedajo et Chantal Thabourin

La page Facebook du COJIE (Collectif de soutien aux jeunes isolés étrangers du Loiret) https://www.facebook.com/COJIE-45-997750526953335/.

Joignable à l’adresse de l’ASTI, 14 rue Sainte Anne , 45000 Orléans.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.