Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2018

Djelil, 15 ans et demi, arrêté, emprisonné 3 semaines, expulsé et revenu

Djelil, 15 ans, 3 semaines en rétention, expulsé, revenu, reconnu mineur.

Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je m’appelle Djelil, je suis mineur isolé, maintenant je suis pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) des Hauts-de-Seine.  Je suis Burkinabé comme mes parents mais je suis né le 20 octobre 2001 en Côte d’Ivoire, le pays où j’ai vécu.

Mon père est mort en 2015. Ma mère s’est réfugiée dans sa famille avec mon petit frère et moi mais mon oncle, le frère de mon père, nous menaçait en voulant que je travaille dans ses champs. Je l’ai fait quelques temps mais je voulais aller à l’école. J’ai décidé de partir pour la France.

Arrivé en Lybie, j’ai travaillé 4 mois comme couturier dans des conditions très dures, j’ai été battu, j’en ai des cicatrices. J’ai fini par prendre un bateau avec l’argent gagné. Nous étions 126. Le bateau prenait l’eau. Heureusement un hélicoptère nous a vus, un remorqueur nous a traîné très vite vers un bateau. Il y avait tellement de monde dans ce bateau que nous n’avions à manger qu’une fois par jour. On est arrivés en Sicile le 15 décembre 2016, on a été mis dans un camp. On a pris mes empreintes mais j’ai déclaré un faux nom et une fausse date de naissance me rendant majeur. C’est ce que font tous les jeunes pour n’être pas bloqués en Italie. A Vintimille, j’ai pris un train sans payer et je me suis caché dans les WC. Des contrôleurs m’ont fait descendre à Lyon. C’était le 23 février 2017. Des gens m’ont accompagné dans une association qui m’a envoyé à l’ASE. J’ai passé 4 mois dans un hôtel sans aller à l’école malgré ses demandes.

Le 5 avril, j’ai été convoqué à la police et interrogé. On m’a dit que mon extrait d’acte de naissance est faux. J’ai de nouveau été convoqué le 16 mai. J’ai été mis en examen pour « recel de faux documents et escroquerie ». On m’a fait passer des tests d’âge osseux qui me donnaient « un âge moyen entre 26 et 29 ans avec un âge minimum de 21 ans » et un âge maximum de 36 ans ! L’expertise dentaire me donne un « âge moyen de 27 ans ». 

17 juin Rassemblement pour la libération de Djelil

Convoqué une troisième fois le 7 juin, j’ai été placé en garde à vue. Une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) et une interdiction du territoire (ITF) de 18 mois m’ont été données par le préfet du Rhône. J’ai été menotté et emmené au CRA de Lyon. J’avais 15 ans et 8 mois, j’ai été enfermé 26 jours comme un adulte. Heureusement, j’étais très soutenu par le RESF de Lyon. Des militants venaient me voir, m’apportaient des vêtements. Trois rassemblements de plus de 100 de personnes ont eu lieu devant la préfecture pour demander ma libération. Malgré ça, le 3 juillet, des policiers m’ont mis dans un avion pour Roissy où j’ai été mis dans un vol pour Venise. Ma valise avait été enregistrée sur le vol Lyon-Paris mais pas sur le Paris-Venise : les policiers l’ont jetée. En arrivant à Venise je n’avais rien d’autre que le tee-shirt et le pantalon que je portais. J'avais juste un peu d'argent donné avant mon expulsion de Lyon.

Les tests osseux lui donnent de 26 à 29 ans...

 J’ai décidé de revenir en France. J’ai à nouveau passé la frontière à Vintimille, caché dans un train.

Le 6 juillet, à Paris, j’ai été accueilli par un militant RESF qui m’a hébergé presque 2 mois dans le 92 et m’a accompagné dans mes démarches. Une étudiante m’a fait travailler (français, mathématiques) plusieurs heures par jour.

Un nouvel extrait d’acte de naissance et un certificat de nationalité burkinabé m’ont été envoyés par ma famille.  Le 8 août, on est allés à l’ambassade de Côte d’Ivoire. Le Premier Consul a authentifié mon acte de naissance. Le lendemain, le consulat du Burkina-Faso m’a donné une carte d’identité consulaire et une « attestation tenant lieu de passeport ».

Fin août je suis allé à l’ASE du 92 et j’ai été logé dans un hôtel près du lycée où un militant RESF m’avait fait inscrire en CAP maçonnerie. Mes profs sont contents de mon travail, je suis aussi délégué de ma classe.

Mais, le 12 octobre, j’ai été convoqué à l’ASE du 92 pour recevoir un billet de train pour Lyon. On me dit que je dois quitter, ma situation dépend de l’ASE de Lyon. J’ai refusé de prendre le billet. En revenant à l’hôtel, le patron me dit qu’il vient de recevoir l’ordre de me mettre à la porte. Je n’avais pas 16 ans, j’étais à la rue, sans argent, empêché de poursuivre ma scolarité. Heureusement, on a fait un appel, j’ai été super bien accueilli dans une famille, puis une autre, près de mon lycée.

On a écrit au juge des enfants de Nanterre pour demander que je sois repris en charge par l’ASE 92. Des profs de mon lycée, les personnes qui m’ont aidé, l’étudiante qui m’a fait travailler, l’ONG PICUM (Platform for International Cooperation on Undocumented Migrants) devant qui j’avais raconté mon histoire à une rencontre à Paris, m’envoient leur soutien. Un rassemblement des élèves, du personnel et des profs en solidarité avec moi a même eu lieu devant mon lycée. Le journal Parisien 92 a publié un article et une photo.

Le 27 octobre, je suis passé devant une juge des enfants à Nanterre. J’avais une avocate. La juge a décidé que l’ASE du 92 devait me reprendre et me loger, près de mon lycée. On m'a ramené à toute vitesse à l’ASE, on nous a dit qu’il était trop tard (16h50) et que je devais repasser après le W-E… Deux jours après, j’ai finalement été remis dans un hôtel à l'autre bout du département, avec un seul ticket de bus. Et comment faire pour aller à l'école ? Ça a duré un mois.  

A Lyon, on s'occupait aussi de ma situation. Mon avocate de Lyon avait attaqué la décision du Tribunal administratif qui m'avait expulsé en Italie. J’étais présent à l’audience, accompagné d’une trentaine de soutiens lyonnais. Je suis même passé à la télé ! Ce tribunal a TOUT annulé ce qui veut dire cette fois que je suis mineur, pour de bon ! Je suis né le 20 octobre 2001, je n’avais pas 16 ans quand j’ai été arrêté, mis en garde à vue, menotté, emprisonné trois semaines et expulsé sans aucun bagage.

J’ai été maltraité par les autorités françaises. Mais j’ai aussi été soutenu, protégé, sauvé par des habitants de ce pays. Je les en remercie, vraiment. Et c’est pour eux, avec eux, que je souhaite bâtir ma vie dans ce pays.

                            Djelil

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau