Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2017

Des assistants de service social dénoncent le traitement des jeunes isolés étrangers

L'association nationale des assistants de service social (ANAS) dénonce les conditions réservées aux jeunes isolés étrangers.

Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ANAS : COMMUNIQUÉ DU 09 NOVEMBRE 2017

Les jeunes se déclarant mineurs non accompagnés :  place et fonction de l’assistant de service social 
Avis de l'Association nationale des assistants de service social (ANAS) sur le traitement réservé aux jeunes se déclarant mineurs non accompagnés et sur l'inquiétante confusion entre accompagnement social et contrôle social
L'ANAS dénonce le traitement réservé aux jeunes étrangers se déclarant mineurs non accompagnés (MNA) et leur difficulté à obtenir un accompagnement global pluridisciplinaire adapté (social, juridique et médico-psychologique) ainsi qu’à faire reconnaître leurs droits.
En effet, pour être pris en charge par la protection de l'enfance, ces jeunes sont soumis à une procédure spécifique au sein de laquelle ils sont mis en position de devoir prouver la véracité de leur propos concernant leur minorité et leur isolement familial. Pour cela, ils sont contraints à une procédure d’évaluation qui aboutit à la transmission d’un avis motivé au président du conseil départemental. Cette procédure associe : une « évaluation sociale » menée au cours d'un ou plusieurs entretiens et, au besoin, une expertise médico-légale (impliquant des tests osseux) dont la finalité est de vérifier leur âge si un doute persiste.
L’ANAS considère que ce dispositif est inacceptable d’un point de vue éthique et déontologique, tant dans la façon dont il a été pensé que dans le contexte dans lequel il se déroule dans les faits (1). Citons notamment :
• Le non-recueil du consentement éclairé préalable à l’expertise médico-légale, contrairement à ce qu’exige la loi, et une pression de fait sur ceux qui refuseraient de s'y soumettre car ils seraient soupçonnés de majorité.

• L’utilisation des tests osseux à des fins de détermination de l’âge dont l’absence totale de fiabilité est par ailleurs reconnue (marge d’erreur de 18 mois).

• Le maintien dans la rue de très nombreux jeunes qui, du fait de l'engorgement des lieux d'hébergements, ne bénéficient pas de la mise à l'abri prévue pour mener « l'évaluation sociale » de leur minorité et de leur isolement. Le traitement de leur dossier peut prendre plusieurs mois.

• L’annonce faite par le premier ministre lors du Congrès de l'Assemblée des Départements de France le 20 octobre 2017 indique que l'État propose d'assumer l'évaluation et l'hébergement d'urgence des personnes se déclarant mineures jusqu'à ce que le relais soit pris par le département si leur minorité est confirmée. Aucune précision n'est encore apportée à cette nouvelle disposition mais nous pouvons y entrevoir le déni de la nécessité que ces jeunes relèvent de la protection de l'enfance tant qu'ils n'ont pas prouvé leur minorité, et donc une façon d'entériner la discrimination dont ils font déjà l'objet par rapport aux autres enfants en danger.

• La violence induite par cette « évaluation sociale » laquelle, parce qu’elle est effectuée dans un contexte de contrôle, et non dans un contexte d'accompagnement ou de soins, ne peut prétendre garantir un cadre bienveillant et contenant. Ces conditions sont pourtant indispensables pour accueillir et respecter la parole, la souffrance, la temporalité et la subjectivité des jeunes.

• La confusion entre accompagnement social et contrôle social, par le détournement de la fonction de l'assistant de service social et de l'un de ses outils, l'évaluation sociale.
Concernant ce dernier point, l’ANAS rappelle que l'évaluation sociale à des fins de contrôle de l'âge des jeunes se déclarant MNA est contraire aux finalités même de l’accompagnement social. Il en est de même pour la transmission d'un avis motivé pouvant porter atteinte à la personne humaine, notamment lorsqu’il établit qu’un jeune est majeur, donc en situation irrégulière et légalement expulsable du territoire français.
En effet, l'article 15 du Code de déontologie des assistants de service social stipule : « l'assistant de service social ne doit pas accepter d'intervenir ni de fournir des renseignements dans un but de contrôle ».
L’évaluation à des fins de contrôle envers les jeunes se déclarant mineurs non accompagnés n’est compatible ni avec la place ni avec la fonction d’assistant de service social.
 
                                                                                              La Commission Protection de l'Enfance de l’ANAS

(1) Certains de ces points sont également dénoncés par de nombreux acteurs, dont : • Le Défenseur des Droits, qui a publié plusieurs décisions et avis concernant les MIE/MNA en 2016 et 2017, dont l’avis 17-03 du 7 février 2017 relatif à la prise en charge des mineurs isolés. En page 2, cet avis rappelle que « sur l'ensemble des saisines traités au siège du Pôle Défense des droits de l'enfant, environ 15 % concernent les MIE. Les délégués du défenseur des droits sont en outre sollicités dans le cadre de leurs permanences sur ce sujet par des jeunes, des travailleurs sociaux ou des associations ». • L'Observatoire de la Protection de l'Enfance, qui a fait paraître un dossier thématique en février 2017 : « Mineurs non accompagnés, quels besoins et quelles réponses ? ». • InfoMIE, Centre de Ressources sur les mineurs isolés étrangers, dans des articles publiés sur le site http://www.infomie.net/. • L'UNICEF, en juin 2016 : « Ni sains, ni saufs, enquête sur les enfants non accompagnés dans le Nord de la France ». • Le collectif MIE qui a créé l’ADJIE (Accompagnement et défense des jeunes isolés étrangers), une permanence juridique nécessaire au vu des difficultés rencontrées par les jeunes MIE/MNA ou se déclarant MNA (membres : Cimade, Collectif des exilés du Xème, DEI-France, Fasti, Gisti, Hors-la-Rue, LDH, MRAP, Resf, et des bénévoles sans appartenance associative).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena