Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2018

Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

Errance en France, témoignage de Moussa, juillet 2018

Je suis à Marseille depuis plus d’un an ! Je suis arrivé le 20 juillet 2017. Je suis resté dehors trois mois et cinq jours.

Jeunes Isolés Etrangers
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis à Marseille depuis plus d’un an ! Je suis arrivé le 20 juillet 2017. Je suis resté dehors trois mois et cinq jours.

Je suis allé à l’ADDAP131 le jour même de mon arrivée, j’ai fait mon inscription. À la fin, on m’a dit « au revoir. Il n’y a pas de place pour toi. Il faut attendre trois mois pour qu’une place se libère ».

À partir du 25 octobre 2017, on m’a placé à l’hôtel Thubaneau. J’y suis resté sept mois. En novembre, j’ai passé une évaluation au Tribunal pour avoir une OPP 2. J’attendais les résultats, on me répondait toujours « on n’a pas les résultats ». En avril, on m’a finalement dit qu’on avait perdu mon dossier. Grâce à une avocate que j’ai trouvée via le Manba3 ils ont retrouvé mon dossier.

Le 20 avril 2018, on m’a envoyé à Lille, puis à Dunkerque, à Bois-Fort. Là, on nous a fait dormir dans des containers, il y en avait sept : quatre pour les dortoirs, deux pour les toilettes et douches et un pour les éducateurs. Nous étions 34 jeunes. Autour, il n’y a rien, ce sont des champs, les gens y travaillent avec leurs machines et repartent le soir. Le jour, il y a les éducateurs, la nuit, c’est un gardien de sécurité. On nous a dit qu’il n’y aurait pas de places en foyer avant le mois de décembre. On a refusé, on voulait pas. Le 27 avril, j’ai eu une décision de placement au Conseil Départemental 13 par le Tribunal pour enfants de Lille, par la cour d’Appel de Douai.

Je suis revenu à Marseille le 14 mai. À mon arrivée, je suis allée à l’ADDAP13 qui m’a dit d’aller au commissariat qui m’a dit d’aller à la DIMEF4 qui m’a dit d’aller au Conseil Départemental qui m’a dit d’aller à l’ADDAP qui m’a dit qu’il n’ y a pas de place.

Je dors chez une personne sinon je suis encore à la rue. Elle me nourrit et me donne des titres de transport.

J’avais fait le test pour l’école en décembre 2017 et je n’ai jamais eu de scolarisation. Pourtant, en février, il y avait une place qui s’est libérée mais on ne m’a jamais rien dit. Je ne suis donc pas allé à l’école. Pour la santé, j’ai été traité pour la tuberculose pendant trois mois.

1 ADDAP 13 : Association départementale chargée notamment du service des Mineurs non accompagnés dans les Bouches du Rhône

2 OPP : ordonnance de placement provisoire prise par le juge des enfants

3 El Manba : collectif de soutien aux migrants à Marseille

4 DIMEF : Direction des Maisons de l'Enfance et de la Famille (13) a pour mission d'accueillir toute l'année (24h/24h et 365 jours par an) et en urgence, tous les  mineurs confiés au département..

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES