Macron commencerait-il à être lâché par les journalistes ?

Macron incapable par sa formation de financier et son arrogance de faire face à la situation sociale, c’est ce qui vient de se dire ce vendredi 6 mars dans un débat sur LCI

A une heure qui ne peut guère intéresser que les retraités (en fin d’après-midi), un petit vent frais a soufflé sur LCI ce vendredi 6 mars dans le débat hebdomadaire organisé par Arlette Chabot avec Jean-Sébastien Ferjou d’Atlantico et Soaziz Quemener de Marianne. A l’évidence ces deux journalistes qui sont pourtant dans une bien-pensance revendiquée, commencent sérieusement à douter des aptitudes politiques de Macron et de son équipe gouvernementale. C’est à qui des deux débatteurs, et sous le regard bienveillant d’Arlette Chabot, a le plus déploré les qualités politiques vacillantes de Macron et de ceux de ses ministres qui sont en ce moment à la manœuvre dans les conflits sociaux, et qui raisonnent en « technos » (pour reprendre une expression maintes fois reprise) et non en politiques, voire, pour Macron, en financier qui ne voit que l’aspect comptable des problèmes et non leur dimension économique et industrielle, le tout aggravé par un ego surdimensionné. Mais comme il ne faut quand même pas pousser le bouchon trop loin, dans leur conclusion, ils ont surtout insisté sur leurs craintes que la situation n’échappe à des responsables « raisonnables », au bénéfice, pour reprendre la délicate formule de Ferjou, « de dingos à la Filoche ».

 

N'empêche, comme le chantaient nos ancêtres communards, « ça branle dans le manche ». Et c’est réjouissant

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.