S'attaquer à un Gitan, c'est s'attaquer à la République.

Retrouvé grâce à une caméra de surveillance, l'individu ayant insulté l'ancien boxeur d'origine gitane serait bientôt inculpé.

Une dépêche de l'AFP nous apprend que l'individu répondant au nom de Macron squi avait insulté Christophe Dettingert en marge d'une manifestation des gilets jaunes, devrait être inculpé dans les heures qui viennent pour injures racistes envers les Gitans après qu'il eût déclaré en public que Dettingert "n'a(vait) pas les mots d'un gitan", laissant ainsi clairement entendre que les Gitans constituaient une catégorie de citoyens inférieure aux autres Français par leurs aptitudes intellectuelles et leur culture. D'après certaines de nos sources, le Premier ministre aurait personnellement téléphoné à Christophe Dettingert pour l'assurer de sa sympathie, affirmant qu'il serait au premier rang si une manifestation était organisée, même par un parti d'opposition,  en soutien aux Français d'origine gitane. La police  aurait identifié le dénommé Macron grâce à une caméra placée à l'angle de la rue du Faubourg Saint-Honoré et la rue de l'Ėlysée. L'affaire tourne en boucle sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision d'information continue et le groupe LREM à l'assemblée nationale envisage de présenter un texte de loi pour que tout propos qui laisserait entendre que les Gitans ne sont pas des citoyens à part entière en répondent devant la justice.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.